FestivalsMUSIQUE

Printemps de Bourges 2021 – Les coups de cœur du festival

The Big Idea © Inès Ziouane

Après une semaine intense de découvertes et d’émotions vives, le Printemps de Bourges fermait son rideau ce dimanche 27 juin. L’occasion de revenir sur les concerts marquants de cette édition en mots et en images.

Ottis Cœur, la rage au corps

Incontournable des iNOUïS, le duo formé par Margaux et Camille secoue autant qu’il libère. Des filles, du rock et des blessures transformées en hymnes qui délivrent : cela nous a suffit pour succomber au charme fou d’Ottis Cœur. Sur scène, la folie de Margaux et le sérieux de Camille provoquent l’osmose et l’incendie. Un set court mais intense où le tandem a su déverser sur le public toute la rage et le talent qu’elles ont dans le ventre (et dans la voix). Un tout premier live prometteur qui résonne encore entre les murs du WiNOUïS.

Ottis Coeur © Inès Ziouane

Lova Lova, transe lumineuse

Il faisait déjà partie de notre sélection des iNOUïS et le live brûlant qu’il nous a offert sur la scène du W a confirmé son talent fou. Plus qu’un simple concert, c’est un vrai show que Lova Lova proposait pour son passage sur scène. Celui qui fascine à se proclamer “maître tonnerre” déploie sa voix pour nous emmener dans sa ville d’origine à Kinshasa. En plusieurs dialectes congolais, il déborde d’une énergie contagieuse et d’une extravagance inégalable. Un live aux sonorités traditionnelles mais pas que, c’est un punk rock désarmant et psyché que l’artiste a donné au public des Inouïs ce jour là. Accompagné par trois musiciens aussi transcendés que lui, Lova Lova a su nous combler de folie et d’amour. Il finira son set par une auto-promo délirante en répétant haut et fort “Filmez tout ! Mettez ça sur internet”. On s’exécute.

Lova Lova © Inès Ziouane

Pomme, jardin magique

Si le Printemps de Bourges est avant tout un espace de découvertes musicales, il est aussi le théâtre de collaborations et de retrouvailles pour des artistes déjà bien installés. C’est le cas avec Pomme qui fêtait son troisième Printemps. Un concert lunaire baigné d’étoiles bienveillantes où l’artiste a invité Flavien Berger et November Ultra à partager la scène avec elle le temps de trois chansons. Un moment d’exception où la magie des harmonies mélodieuses a opéré. Un cadeau tombé du ciel où la scène du Palais d’Auron s’est réinventée en grand jardin où les failles se métamorphosent en fleurs.

Pomme © Mathieu Foucher

VIKKEN, fête triste

Si le milieu de l’électronique est un espace de fête et d’euphorie, il est aussi, pour bien des artistes, un endroit de revendication et de militantisme. Vikken nous l’a prouvé avec son set sous le chapiteau des iNOUïS du Printemps de Bourges. Seul en scène, sous les stroboscopes, l’après-midi s’est transformée en nuit hypnotisante le temps d’un concert. Pendant trente minutes, le musicien a dévoilé au public son premier EP Joie sorti il y a quelques semaines. Des sonorités happantes et sombres par dessus lesquelles l’artiste déclame des textes forts et engagés. On se souvient surtout du titre Pour une Amie qui reflète la litanie de questions oppressantes auxquelles doivent faire face les personnes transgenres dans l’administration mais aussi dans la vie de tous les jours. Un set obscur et pointu où il glissera même une reprise envoûtante du titre Pass This On de The Knife. Le live se dresse en tête de notre top des iNOUïS et lui a même valu le prix du jury iNOUïS : amplement mérité.

VIKKEN © Inès Ziouane

Ladaniva, danse du soleil

Il est de ces artistes qui bousculent la météo avec leurs chansons magiques. Malgré la pluie annoncée, l’averse n’était pas au rendez-vous. Le soleil non plus, et pourtant le ciel s’est paré de rayons brillants pendant le set de Ladaniva. Groupe franco-arménien, qui faisait déjà partie de nos coups de cœurs, Ladaniva déborde d’une énergie solaire. À sept sur scène, la formation enchaîne les morceaux et nous emmène dans des contrées musicales entre folk arménien, rythmes traditionnels inspirés des quatre coins du monde et sonorités modernes. Une bulle de joie qui invite à la danse et à la liberté, et qui le temps d’un set, nous a mis le sourire aux lèvres.

Ladaniva © Inès Ziouane

The Big Idea, le futur du rock

Jeudi 24 juin, 21h30 : le rendez-vous était donné avec The Big Idea. La curiosité de les découvrir sur scène était de mise, après l’écoute de leur – déjà prolifique – discographie (trois albums concepts en trois ans). Et quelle ne fut pas l’agréable surprise vécue sous le chapiteau des Inoüis. Si la formation à six sur scène peut intriguer, les faits sont tout autres. Ici, aucune organisation ou sonorités brouillonnes, mais bien un rock psyché et énervé comme on l’aime. Et impossible de se lasser grâce aux changements de disposition et d’instruments sur scène. Le groupe de Rochelais, qui partira prochainement traverser l’Atlantique pour un quatrième album, n’a pas fini de nous surprendre. Et on a hâte.

Manon Michel

The Big Idea © Inès Ziouane

Retrouvez tous nos coups de cœur du Printemps de Bourges ici :

Auteur·rice·s

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

    Vous pourriez aussi aimer

    More in Festivals