CINÉMASTYLE

« In the Mood for Love » : La qipao, tenue iconique de Madame Chan

In the mood for love par Wong Kar Wai
In the Mood for Love, 2000 © Koch Films

À l’occasion de la ressortie en salles du film culte In the Mood for Love par le réalisateur hongkongais Wong Kar-wai, retour sur le style de Madame Chan, élément incontournable de l’esthétique du film. 

Sorti pour la première fois en 2000, In the Mood for Love ressort cette année au cinéma dans sa version restaurée en 4K. L’occasion de replonger dans l’atmosphère tamisée et vibrante propre au style du cinéaste chinois, à travers un panorama des robes qipao portées par l’élégante Maggie Cheung dans le film. 

Dans le Hong-Kong des années 60

Avec In the Mood for Love, Wong Kar-wai nous replonge dans une période singulière de l’histoire d’Hong-Kong, située entre 1962 et 1966. À cette époque, la diaspora ayant fui la Chine populaire de Mao se recrée une communauté dans le vieux Hong-Kong, à l’écart de la population cantonaise locale. Une ambivalence des cultures et un univers enclavé qui se retrouve dans celui du film, où les stores restent baissés et seule la pluie qui tombe rappelle à l’existence du ciel.  

C’est dans cette atmosphère étriquée et dans ces décors aux couleurs saturées que se rencontrent Monsieur Chow (Tony Leung) et Madame Chan (Maggie Cheung). Wong Kar-wai choisit délibérément cette restriction des espaces, en focalisant sa caméra sur les deux héros et non sur leurs conjoints respectifs, coupables d’adultère, dont on ne verra jamais les visages. Proches, aussi bien physiquement que fatalement, les deux protagonistes ne semblent avoir alors d’autre choix que de tisser des liens.

L’amour en couleur

Thème phare du cinéma, l’amour naissant et passionnel est ici exploré sans être jamais consommé. M. Chow et Mme Chan se croisent, avant de se frôler, de se consoler, sans jamais paraître se toucher réellement. Seul indice aux sentiments qui les habitent : la couleur rouge presque omniprésente des décors choisis par Wong Kar-wai. Des banquettes rouges du restaurant, aux tentures de l’hôtel où ils se retrouvent, le rouge consume l’écran et réchauffe les scènes. 

In the Mood for Love par Wong Kar Wai  - panorama des qipao de Madame Chan, devenues iconiques
In the Mood for Love, 2000 © Koch Films

Cette esthétisation poussée à l’extrême révèle le cinéma presque maniériste de Wong Kar-wai. Le cinéaste sait manier l’art des symboles visuels pour traduire l’intensité des émotions. Savamment orchestrée, l’histoire d’amour entre M. Chow et Mme Chan s’illustre également en musique, répétitive. Le célèbre refrain du Yumeji’s Theme qui les accompagne devient lui aussi un marqueur de leur romance, triste et langoureux.

Les tenues de Mme Chan

Au centre de ce décor si particulier, les deux personnages se distinguent. Lui porte le costume occidental classique, à la cravate sobre, tandis qu’elle arbore la robe qipao, emblématique du Shanghai des années 1920-1930. Cette dernière, dont on dénombre pas moins de vingt déclinaisons dans le film, apparaît comme un personnage à part entière. Tantôt à motif géométrique, tantôt fleurie, la robe qipao de Mme Chan fait écho aux décors du film et permet même d’en suivre la chronologie. 

Dans un enchaînement de scènes similaires qui semblent relater une seule soirée, la multiplication des tenues de Mme Chan fonctionne comme indice temporel. Les spectateurices comprennent qu’il s’agit en fait de soirées différentes, qu’elle et M. Chow passent ensemble. Dans ce film où le temps et l’espace semblent indéfinis, avec par moment des plans fixes sur une horloge qui ne nous indique rien, le public se raccroche inévitablement aux symboles visuels que sont les tenues de l’héroïne. Cette dernière devient l’élément central du film, le fil rouge à sa trame parfois décousue, et le personnage par lequel transparaît le plus d’émotions. 

Le choix des costumes pour In the Mood for Love fut confié au décorateur et costumier William Chang Suk-ping, étroit collaborateur de Wong Kar-wai sur nombreux de ses films. Son travail a contribué au visuel singulier de l’œuvre,  permettant notamment de renforcer le rôle des décors en les associant aux personnages. Lorsque Mme Chan rend visite à M. Chow dans son hôtel, le couloir drapé de rouge qu’elle traverse rappelle au manteau qu’elle porte. De même, lorsqu’elle contemple à travers la fenêtre, sa robe à jonquilles rappelle aux fleurs du vase derrière elle, mais également aux couleurs du mur.

In the Mood for Love par Wong Kar Wai  - panorama des qipao de Madame Chan, devenues iconiques
In the Mood for Love, 2000 © Koch Films

Toujours en harmonie avec les couleurs de la pièce dans laquelle elle se trouve, Mme Chan apparaît d’une élégance raffinée. La forme moulante et le col haut de la qipao sont décrits comme alliant une allure fière à une sensualité assumée. Ces deux éléments, loin de révéler Mme Chan par ses tenues, font d’elle un personnage hypnotique, contrarié. Ses robes, en plus d’être associées aux décors, viennent en effet indiquer l’humeur et les sentiments de son personnage. 

“La robe n’est pas juste une robe. C’est l’humeur du personnage de Maggie. Comme si elle portait ce jour-là cette humeur sur elle.”

Wong Kar-wai

Wong Kar-wai avait spécifié à son costumier que les tenues de sa protagoniste devraient refléter ses émotions, tout autant que le jeu de l’actrice. Ainsi, les scènes où Mme Chan arbore une tenue rouge sont celles où elle ose rejoindre en cachette M. Chow, soulignant son assurance et ses sentiments pour lui. À contrario, les qipao à fleurs dévoilent sa vulnérabilité, à l’instar de la scène où elle pleure sur l’épaule de M. Chow. 

L’autre symbolique forte des tenues dans le film est bien évidemment celle de la tromperie, révélée par les accessoires. Les deux héros comprennent que leurs conjoints respectifs entretiennent une relation secrète en observant la cravate de M. Chow, cadeau de sa femme, similaire à celle du mari de Mme Chan ; puis du sac à main de Mme Chan, cadeau de son mari et identique à celui de Mme Chow. 

In the Mood for Love par Wong Kar Wai  - panorama des qipao de Madame Chan, devenues iconiques
In the Mood for Love, 2000 © Koch Films

La qipao, forte de significations

Pour Wong Kar-wai, le choix de cette tenue pour son actrice principale est symbolique. D’origine mandchoue, un peuple nomade du XVIIe siècle, le style de la robe qipao était autrefois ample et droit. Elle fut recoupée à la mode occidentale et adoptée à partir des années 1900 à Shanghai. D’abord nommée cheongsam (ou changshan), la robe qipao a pour caractéristique une forme moulante qui souligne la taille, définit les épaules grâce à son col montant et s’arrête juste en dessous du genou. Le plus souvent faite en soie, la qipao se décline dans une incroyable variété de tissus et d’imprimés, comme illustré dans In the Mood for Love. 

En 1912 dans la République de Chine, elle est synonyme d’élégance et de luxe, réservée notamment aux femmes de la haute société. Cependant, la qipao est très vite considérée comme symbole du capitalisme. À partir de 1949, elle est interdite sous le régime de Mao Zedong. Elle devient dès lors la tenue caractéristique des shanghaïennes exilées à Hong-Kong, que le personnage de Mme Chan illustre. Des femmes de classes sociales confondues se mettent ainsi à porter la qipao, avec pour seule distinction les différents matériaux et ornements qui agissent comme marqueurs sociaux.  

Dans In the Mood for Love, les qipao de Mme Chan sont souvent faites de soie, légèrement transparente et irisée. Elles sont l’indice de l’origine sociale aisée du personnage, pouvant justifier son profond respect des conventions. Plus somptueuses les unes que les autres, ses robes sont aussi le symbole de la prison dorée de l’héroïne. 

In the Mood for Love par Wong Kar Wai  - panorama des qipao de Madame Chan, devenues iconiques
In the Mood for Love, 2000 © Koch Films


Au cinéma, la qipao fit son apparition dans le film Shanghai Express datant de 1932, avec Marlene Dietrich. Redécouverte à travers la caméra de Wong Kar-wai, elle est devenue depuis emblème iconique de la mode asiatique. Son succès grandissant a renouvelé les codes du style vestimentaire à Shanghai. Bien plus qu’une robe, la qipao est aujourd’hui symbole d’une époque, objet de culture et de tradition.

In the Mood for Love est à (re)découvrir dans les salles obscures depuis le 21 juillet 2021. Pour les fans du cinéaste Wong Kar Wai, retrouvez également des extraits de ses films sur Instagram : @wongkarwaimonamour.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA