Autrement ditSOCIÉTÉ

AUTREMENT DIT : Cuba, Dupont-Moretti, projet Pegasus, inondations et coeur artificiel

Illustration "Autrement Dit" - Claude Joyeux
Illustration "Autrement Dit" - Claude Joyeux

Chaque lundi matin, les infos que vous avez loupées, celles que vous n’avez pas comprises, et celles dont vous vous foutez : autrement dit, l’actu de la semaine résumée.

Manifestations à Cuba contre le gouvernement

Dimanche 11 juillet, des milliers de Cubains sont sortis dans la rue pour manifester contre le gouvernement cubain. La crise économique s’aggrave sur fond de pandémie mondiale qui provoque de nombreuses pénuries. Des manifestations de cette envergure n’avaient pris place depuis la révolution de 1959. Face à la contestation, le pouvoir cubain a attribué la crise économique aux Etats-Unis dont il assure qu’ils maintiennent une politique d’étranglement économique. Le gouvernement a tout de même retirer les taxes et les limites d’importation sur de nombreux produits de première nécessité.

Cette mobilisation a fait un mort et plus de 100 personnes incarcérées dont plusieurs journalistes. La haut-commissaire de l’Organisation des nations unies (ONU) a demandé vendredi 16 juillet la libération de tous les manifestants arrêtés dimanche ainsi que la levée des sanctions américaines sur le pays.

Eric Dupont-Moretti mis en examen pour « prise illégale d’intérêts »

Le ministre de la justice Eric Dupont-Moretti a été mis en examen vendredi 16 juillet pour « prise illégale d’intérêts » par les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR). Il est soupçonné d’avoir profiter de sa position de ministre pour régler des différents qu’il aurait eu avec des magistrats lorsqu’il était avocat. Une accusation qu’il réfute. La décision de justice fait suite à l’ouverture d’une enquête par la CJR en janvier après la déposition de plaintes de trois syndicats de magistrats et de l’association Anticor. L’actuel garde des Sceaux a déjà annoncé son intention de faire appel de cette décision.

Journalistes sous surveillance à cause du « projet Pegasus »

Le collectif de journalistes Forbidden stories a révélé dimanche 18 juillet son enquête autour du « projet Pegasus » qui aurait servi à la surveillance de nombreux journalistes et personnalités publiques dans le monde. Le logiciel espion, de la compagnie israélienne NSO, a été utilisé par une dizaine de pays pour surveiller ses propres concitoyens comme des personnes à l’étranger. C’est notamment le cas du Maroc qui surveillait le rédacteur en chef et fondateur de Mediapart Edwy Plenel ou encore l’ancienne journaliste du Canard enchaîné Dominique Simonnot. Leurs téléphones ont été piratés ainsi leurs conversations, même cryptées, étaient accessibles et leur micro pouvait également être allumé à distance. En tout, près de 1 000 citoyens français auraient eu leur téléphone piraté par le logiciel Pegasus.

Inondations en Allemagne, un bilan provisoire de 160 morts

Après plusieurs jours de pluie et d’inondations, Angela Merkel, la chancelière allemande, est allée constatée les dégâts dimanche 18 juillet en Rhénanie-Palatinat. Le bilan, encore provisoire, s’établit à 160 morts en Allemagne. Le gouvernement a déjà annoncé débloquer une aide financière pour reconstruire mais aussi une aide d’urgence aux sinistrés qui devrait s’élever à 300 millions d’euros selon le journal Bild am Sonntag. L’Union européenne (UE) devrait aussi apporter son aide puisque plusieurs Etats membres ont également été touchés par les intempéries comme les Pays-Bas ou la Belgique.

L’entreprise française Carmat vend pour la première fois son coeur artificiel

Lundi 19 juillet, l’entreprise française Carmat a annoncé avoir commercialisé son coeur artificiel total pour un patient à Naples en Italie. L’implantation du coeur artificiel sert de relais dans l’attente d’une greffe. Le 15 juillet, la première greffe de ce coeur artificiel avait été réalisée aux Etats-Unis dans le cadre d’une étude clinique. Si la bioprothèse est déjà autorisée dans l’Union européenne depuis décembre 2020, elle devrait bientôt l’être outre-Atlantique à l’issue de l’essai.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer