ART

Jean-Pierre Blanche au Musée Estrine : Entre terres et lumières

« Dans la lumière » de Jean-Pierre Blanche (2015). Collection particulière. © Cliché Jean Eric Ely
« Dans la lumière » de Jean-Pierre Blanche (2015). Collection particulière. © Cliché Jean Eric Ely

Alors que les institutions culturelles rouvrent peu à peu leurs portes, le musée provençal Estrine invite pour sa part le spectateur à découvrir l’œuvre de l’artiste contemporain Jean-Pierre Blanche. Focus sur une exposition estivale qui fait la part belle aux couleurs et aux textures. 

Aménagé dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle, le musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence fait résonner depuis quelques semaines, au cœur d’imposants volumes aérés, le battement de l’été. Plus précisément le doux rythme estival sous sa forme imagée, à travers une rétrospective dédiée à Jean-Pierre Blanche. 

L’artiste aixois d’adoption propose en effet, avec ce corpus de grands formats, une mise en image unique de la belle saison, rendant avec intensité tant le poids de la chaleur que la douceur de l’ombre. Au fil de leur parcours, visiteurs et visiteuses peuvent ainsi voir se dresser sur les toiles tant des architectures portuaires méridionales que des éléments naturels foisonnants sous le climat méditerranéen. 

« Marseille, le départ » de Jean-Pierre Blanche (2008). Collection Particulière
© Jean-Eric Ely

Au revoir tristesse

Les paysages diurnes et nocturnes esquissés au fusain, à l’aquarelle et au pastel impressionnent particulièrement par une palette de teintes acidulées sélectionnée avec soin. Le vert sapin fait aisément écho à un rouge brique soutenu, le tout éclairé par un inattendu jaune d’or, par exemple dans la toile « Les Abords » (2013). Les couleurs délivrent alors une autre vision, un autre ressenti du paysage, qui semble tout juste sorti d’un souvenir idéalisé marqué par la nostalgie. 

Les œuvres de Blanche se démarquent également par le travail de texture des aplats éclatants. Le rendu naturaliste des matières donne en effet vie à l’atmosphère dépeinte dans ses peintures et dessins. Les visiteurs et visiteuses sont de la sorte invité.e.s à savourer par le médium de l’image la fraîcheur transperçante des vents du Sud, à ressentir l’humidité parfumée des sous-bois peuplés de pins maritimes. Les perspectives figurées suggèrent de plus l’infinité des traits qui composent l’image. Le paysage apparaît alors sans fin, creusant à l’infini la toile vers un horizon marin ou terrestre. Il se déploie ainsi pleinement hors cadre, hors champ. 

« Les Abords » de Jean-Pierre Blanche (2013). Musée Fabre, Montpellier.
© Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole – photographie Frédéric Jaulmes.

L’exposition Jean-Pierre Blanche constitue définitivement une intrigante découverte, idéale pour initier ou continuer son retour dans les lieux culturels. En plus de nous éclairer sur l’univers pictural de Blanche, venir au Musée Estrine est aussi une belle occasion d’en apprendre plus sur les collections permanentes. Celles-ci comprennent d’ailleurs des pièces étonnantes et méconnues d’artistes tels que Henri Manguin, Ossip Zadkine ou encore Bernard Buffet. 

Exposition Jean-Pierre Blanche. Du 19 mai au 11 juillet 2021. De 7  euros à gratuit. Ouvert de 10 h à 18 h. Fermé le lundi.  Musée Estrine, 8 rue Estrine, Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône).

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in ART