LITTÉRATURESorties BD

« Fake news : l’info qui ne tourne pas rond » – Voyage au bout de l’absurde

fake news : l'info qui ne tourne pas rond
© éditions Delcourt

Après avoir longtemps enquêté sur les phénomènes relatifs aux fake news, la journaliste Doan Bui s’allie à l’illustratrice Leslie Plée pour en expliquer les causes et les rouages. Ce tour d’horizon des fausses nouvelles, porté par un dessin minimaliste réussit à être à la fois réjouissant, drôle et pédagogique.  

«  You are fake news  » lançait Donald Trump à un journaliste de CNN dans les premiers temps de son mandat. Depuis, le concept a fait le tour du monde et s’est installé durablement dans le paysage audiovisuel. «  Fake news  », «  fausses nouvelles  », «  infox  », «  faits alternatifs  », les fausses nouvelles sont partout et se répandent à une vitesse fulgurante grâce aux réseaux sociaux. Journaliste à l’Obs, Doan Bui a enquêté pendant de longs mois sur les fake news, sous toutes les coutures. Avec cette bande-dessinée, elle tente à la fois de montrer comment le phénomène se répand  ; comment des communautés s’organisent autour de ces nouvelles fausses croyances et surtout, pourquoi les fausses nouvelles rencontrent un tel succès. 

L’enquête de Doan Bui, dans ce dédale des fake news, commence après la tuerie de Sandy Hooks. Considérée comme l’un des plus grands massacres en milieu scolaire, le drame a laissé derrière lui de nombreux parents meurtris. Il a également entraîné un autre débat aux États-Unis sur la facilité – notamment pour les mineurs – de se procurer des armes à feu. Pourtant, certains parents des victimes de la tuerie ont été massivement victimes de harcèlement. Les auteurs se nomment les «  Truthers  » et appartiennent à une communauté convaincue que, derrière la tuerie de Sandy Hooks, se cache un complot démocrate. Les enfants morts ne seraient que des acteurs. Les tombes seraient fausses. Les parents, eux, des menteurs. L’objectif  ? Faire interdire la liberté d’avoir des armes aux États-Unis. 

Le doute carthésien

L’enquête de Doan Bui est passionnante puisqu’elle fait preuve d’une vraie rigueur journalistique. Celle-ci rencontre notamment des «  truthers  » pour leur donner la parole. Parmi eux, Wolfgang Halbig, un des gourous de cette communauté. En dépit des preuves avancées par l’autrice, l’homme invoque systématiquement le doute. Leur méthodologie copie les manières du journalisme d’investigation, à l’exception du fait que chaque preuve est remise en cause. Si une information est divulguée par un média mainstream, elle est directement décrédibilisée  ; les colporteurs de fausses nouvelles accusent eux-mêmes la presse de fomenter des fake news. C’est vertigineux. 

© éditions Delcourt

Le dessin de Leslie Plée se marie particulièrement bien avec le contenu du livre. Toujours en noir et blanc à l’exception des données importantes, signalées par des couleurs. Les traits sont très simples  ; les personnages dessinés ne sont pas détaillés. Deux gros points représentent les yeux de Doan Bui. On se dit que la simplicité de ces traits ne pourrait pas rendre compte de la complexité des situations et des émotions. Et pourtant, ça marche. Leslie Plée parvient à illustrer la perplexité de Doan Bui face à ceux qui doutent de la vérité, avec talent, sans mépris. Ce dessin simple, couplé à une palette d’émotion peu étoffée des personnages jure avec l’absurdité des situations. 

Véritable enjeu démocratique

La BD est d’autant plus passionnante que Doan Bui ne se contente pas de retranscrire ses enquêtes précédentes. Si les premiers chapitres portent sur des exemples précis, les derniers s’emploient à définir précisément les mécanismes de l’infox. Et de faire comprendre à leurs lecteur.ices qu’il s’agit là d’un véritable enjeu démocratique. Parce que les fausses nouvelles, en elles-mêmes, existent depuis toujours. Cependant, leur vitesse de diffusion, largement accrue par les plateformes, est nouvelle. 

Cette diffusion à grande échelle des fausses nouvelles est notamment le fait des algorithmes, qui tendent à recommander à l’utilisateur.ice un contenu similaire à celui qu’il.elle consomme déjà. L’objectif étant de le faire rester le plus longtemps possible sur la plateforme. C’est le «  rabbit hole  ». Ainsi, celui ou celle qui consommera une vidéo assurant que la terre est plate s’en verra recommander dix autres. Et, in fine, sera renforcé.e dans la conviction que la terre est bel et bien plate. 

© éditions Delcourt

Si les nouvelles sont fausses, les dangers, eux, sont bien réels. En 2019, selon Reporters sans frontières, l’hostilité à l’égard des journalistes, accusés de mentir au grand public, a augmenté. Leur rapport indique que «  la haine relayée dans nombre de pays par des dirigeants politiques a fini par susciter des passages à l’acte plus graves et plus fréquents.  » Les conséquences se font déjà ressentir dans la vie publique. L’invasion du capitole aux États-Unis par des militants trumpistes en est un exemple. Un exemple qui aura fait cinq morts. Dans la même veine, les fausses nouvelles concernant le changement climatique retardent les mesures politiques et accroissent la menace. La désinformation s’en prend même à notre santé  : selon certains sondages, un tiers des français ne ferait pas confiance aux vaccins. 

En définitive, Doan Bui signe avec Fake news  : l’info qui ne tourne pas rond, un livre indispensable. À mettre dans toutes les mains. 

Fake news  : l’info qui ne tourne pas rond de Doan Bui et Leslie Plée, éditions Delcourt, 22,95 euros. 

Auteur·rice

Journaliste

Vous pourriez aussi aimer

More in LITTÉRATURE