SOCIÉTÉ

AUTREMENT DIT : Valeurs Actuelles, 1er mai, journalistes assassinés, Cyril Ramaphosa et Moscou

Illustration "Autrement Dit" - Claude Joyeux
Illustration "Autrement Dit" - Claude Joyeux

Chaque lundi matin, les infos que vous avez loupées, celles que vous n’avez pas comprises, et celles dont vous vous foutez   : autrement dit, l’actu de la semaine résumée.

Une tribune haineuse d’anciens militaires suscite l’indignation du gouvernement

Valeurs Actuelles a publié mercredi 21 avril une tribune signée par une vingtaine de généraux et plus d’un millier d’autres militaires. L’hebdomadaire relaye leur appel au durcissement des politiques migratoires et la défense de la France contre la « la horde des banlieues ». Ils dénoncent la perte d’une « identité française » et le mépris de « notre pays, ses traditions, sa culture (…) en lui arrachant son passé et son histoire ».

« Ces généraux, même s’ils sont à la retraite, sont aussi soumis au devoir de réserve, au devoir de neutralité et de loyauté. »

Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées à Franceinfo le 29/04/2021

Le chef d’État-Major des armées a pris des mesures de sanction contre 18 militaires. Les autres risques de « plusieurs jours de suspension à la radiation définitive » a-t-il expliqué au Parisien, soutenu par la ministre des armées Florence Parly. Monsieur Grandjean rappelle que « c’est une infime proportion [qui] n’est en rien représentatif de la communauté militaire ».

Trois journalistes espagnols assassinés au Burkina Faso

A l’est du Burkina Faso, trois journalistes européens ont été assassinés cette semaine. Ils réalisaient un documentaire sur la lutte contre le braconnage dans cette région gangrenée par les trafiquants et les groupes djihadistes.

Il s’agissait de deux Espagnols et un Irlandais qui suivaient une formation pour le lancement d’une nouvelle unité de lutte anti-braconnage. Cet évènement rappelle la rapide dégradation sécuritaire dans cette région du pays et les risques considérables auxquels les journalistes qui tentent d’informer dans le Sahel sont exposés.

1er mai : la CGT attaquée à Paris durant la manifestation

À Paris, ils sont entre 25 000 manifestants a avoir répondu présent à l’appel de Philippe Martinez, secrétaire général de la Confédération Générale du Travail (CGT) pour la manifestation du 1er mai. Celle-ci protestait contre les réformes de l’assurance chômage qui doivent entrer en vigueur le 1er juillet.

Pourtant, au terme du défilé, les membres de la CGT ont étés pris à partis et violentés. Ces manifestants cagoulés scandant des insultes telles que « collabo ». 21 blessés graves sont à déplorer dont 4 hospitalisés. Le parquet a ouvert une enquête pour « violences volontaires en réunion » et « dégradations en réunion ».

1er mai : les images des débordements dans la manifestation à Paris – Huffington Post

Afrique du Sud : le président auditionné pour corruption

Le président de l’Afrique de Sud Cyril Ramaphosa a été auditionné cette semaine pour des faits de corruption. Il a été entendu pendant deux jours devant la commission Zondo, du nom du juge qui dirige depuis 2018 la commission d’enquête sur les faits de corruption dans l’État. Son rôle dans des affaires liées à son prédécesseur, rival et ennemi Jacob Zuma lui sont reprochés.

Monsieur Ramaphosa affirme être victime d’un complot et maintient qu’il a été associé par défaut à ces dossiers. Les faits reprochés concernent une somme estimée à 30 milliards d’euros. L’ANC (Congrès national africain) a reconnu mercredi qu’il aurait pu contrer davantage la corruption sous le mandat de Jacob Zuma. Ramaphosa n’a cité aucun nom durant son audition et maintient que la reconnaissance de ces faits ne veut pas dire que l’ANC est corrompu.

Œil pour œil dent pour dent entre Bruxelles et Moscou

En mars 2021, des sanctions ont été prises contre de hauts responsables du Kremlin pour l’arrestation d’Alexei Navalny puis pour les meurtres et répression de militants LGBTQ+ en Tchétchénie. En guise de réponse, Moscou a à son tour placé sur liste noire huit membres de l’Union Européenne. Parmi ces indésirables le président du parlement européen David Sassoli. Le 30 avril la diplomatie russe a justifié cette décision en réponse à la « politique des mesures de restriction unilatérales illégitimes visant des citoyens et des organisations russes ».

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in SOCIÉTÉ