CINÉMA

« À l’abordage » – Un jeu de séduction

Copyright 2020 - GEKO FILMS - ARTE FRAN

Depuis le 21 mai, Arte propose de nous faire découvrir À l’abordage, film réalisé par Guillaume Brac qui met en scène une promotion d’étudiants du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Légèreté et rencontre en sont les thèmes principaux.

En 2017, Guillaume Brac réalisait le diptyque de fiction, Contes de Juillet. Ici, après des longs entretiens avec les étudiants du Conservatoire, il dessine À l’abordage, un long métrage léger et émouvant. Le spectateur surprend les rencontres, les hésitations et les disputes des personnages ; Félix (Éric Nantchouang) veut retrouver Alma (Asma Messaoudene), partie à l’autre bout de la France, il embarque dans son périple son ami Chérif (Salif Cissé). Les deux amis prennent un covoiturage, Edouard (Edouard Sulpice) en est le conducteur. C’est l’été dans la Drôme, il fait chaud, le camping de Die est lieu de déception, humour et séduction.

Des premières rencontres entre les rires et les cris

À première vue, le long métrage est une comédie. L’humour est notamment mis en évidence par les antagonismes entre les personnages. Edouard est susceptible face aux blagues de Félix et aux rires de Chérif. Les personnages se jaugent et apprennent à se connaître. Les scènes sont étroites et laissent place à deux ou trois personnages maximum pour permettre au spectateur d’apprendre, lui aussi, à les connaître. Guillaume Brac a privilégié les plans longs, les personnages se découvrent, se testent, se chamaillent. Le plus long plan du film est sous une tente, lors de leur première nuit au camping. Le dialogue entre Chérif et Edouard marque leur opposition de caractère. Ils sont très proches, chuchotent et commencent à bien s’aimer.

Arte © Edouard Sulpice, Éric Nantchouang, Salif Cissé

La légèreté du début du film est tout d’un coup rompue. Il soulève la tristesse et le désespoir du personnage de Félix. Si Félix entraine tout le monde derrière lui par son enthousiasme et sa fougue dans les débuts du film, au fur et à mesure, il est en colère. Son obstination d’abord frustre le spectateur et les disputes à répétition entre Alma et sa soeur Lucie, qui entre en jeu (Lucie Gallo), l’épuise. Cependant, c’est par l’échec de Félix dans sa relation avec Alma que le film va s’ouvrir. Alors, la caméra s’intéresse dans un second temps aux autres protagonistes. Certains ont une personnalité simple et drôle comme l’animateur Martin (Martin Mesnier), d’autres se dévoilent dans leur complexité.

À l’abordage, un fil entre la rivière et la piscine

Toutes les scènes sont liées entres elles par des thèmes récurrents comme la chaleur, la musique, l’eau. Effectivement on devine un fil entre la rivière et la piscine qui permet de révéler chacun des personnages. Le spectateur détourne son regard du couple de Félix et Alma qui se disputent au coeur du village pour s’intéresser à Chérif, la jeune maman et Edouard, proches de la piscine.

Arte © Éric Nantchouang, Asma Messaoudene

À ce moment là, À l’abordage devient organique et le point de vue circule entre tous les personnages. Chérif rencontre une jeune maman et son nourrisson, interprétée par la fille de Guillaume Brac. Les silences de leurs conversations laissent place à la séduction. Le spectateur est lui aussi timide face à ce délicat rapprochement. Le choix des plans larges permet au spectateur d’être attentif aux détails, aux gestes, aux regards, aux hésitations des personnages.

Salif Cissé, Ana Blagojevic © Arte

Edouard, d’extraction bourgeoise, au fur et à mesure du film, évolue en dehors de son carcan social, il se rapproche de la simplicité. Guillaume Brac le filme en train de nettoyer les toilettes du camping, scène révélatrice de sa transformation. Effectivement, le réalisateur filme un été où le temps est suspendu, dans ce camping toutes les classes sociales sont mélangées pour créer une seule et même histoire. Ce sont les sentiments que Guillaume Brac met en valeur.

Le long métrage s’ouvre sur une scène en musique dans Paris, c’est par la danse que Félix et Alma se rencontre. Ensuite c’est durant un karaoké au camping que Héléna (Ana Blagojevic) et Chérif, seulement tous les deux deviennent de plus en plus intime. À l’abordage se termine au bord de la rivière, Félix qui avait décidé de dormir à la belle étoile, se réveille au son de la guitare d’une jeune femme.

Le film est bouleversant, il est disponible sur Arte jusqu’au 26 juin 2021 et diffusé le 28 mai 2021 à 20h55.

À l’abordage © Göteborg Film Festival 2021

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA