ART

« Profession : photographes » – Éclairer le monde

PROFESSION photographes
Karim Sadii, Patrick Chauvel, Charlotte Abramow, Véronique de Viguerie, Paolo Roversi, Antoine De Caunes, Jane Evelyn Atwood © Rudy Waks / Canal+

Après un numéro spécial consacré aux acteurs à la veille de la cérémonie des César, l’émission Profession, animée par Antoine de Caunes reprend du service. Cette fois-ci se réunissent autour de la table de ronde des photographes  :  Véronique de Vigeurie, Patrick Chauvel, Karim Sadli, Charlotte Abramow, Jane Evelyn Atwood et Paolo Roversi livrent pour l’occasion leurs pensées les plus intimes sur leur métier. 

Au fil de ses émissions, Profession a tenté de montrer un métier déjà original dans toute sa diversité. C’était particulièrement vrai pour le métier d’explorateur. Pour les danseurs, également, dont les styles de danse allaient du classique au hip-hop en passant par le contemporain. Ça l’était moins pour les acteurs qui, même s’ils sont éclectiques dans leurs choix de films, pratique leur métier d’une manière qui est sensiblement la même pour tous. 

Les choses se présentent différemment pour le métier de photographe. L’émission réunit des profils d’une diversité lumineuse. Des photographes de mode, d’abord : le français Karim Sadli et l’italien Paolo Roversi. Ce dernier est aussi portraitiste. Des photojournalistes ensuite : Véronique de Viguerie et Patrick Chauvel, qui même s’il officie pour la presse, est surtout correspondant de guerre, mais aussi réalisateur de documentaire et écrivain. Enfin, des indépendantes et artistes : Charlotte Abramow, qui est aussi réalisatrice et sa consœur, la franco-américaine Jane Evelyn Atwood.  Il s’agit là d’un seul métier, pourtant, pour la première fois, on se demande si ces « professions » ont quelque chose de commun. 

Faire le lien entre plusieurs mondes

En dépit des divergences évidentes des quotidiens de ces photographes, des liens apparaissent sous nos yeux. Il s’agit de transmettre, de «  subir avec les gens les évènements et de les transmettre, sans se mettre en les deux  » pour Patrick Chauvel, reporter de guerre. Les autres acquiescent. «  On travaille pour qu’on ne puisse plus jamais dire qu’on ne savait pas  » ajoute Véronique de Viguerie, photojournaliste. Charlotte Abramow abonde  : «  j’essaie d’apporter de la lumière sur des sujets parfois tabous.  » L’image se transforme alors en un support pour se poser des questions, discuter, éduquer, en somme. Une histoire de transmission donc, montrer le monde tel qu’il est. Sans artifice et dans toute sa vérité. Transmettre.

Jane Evelyn Atwood se définit comme «  passeuse  » d’images, tout l’enjeu pour elle est de faire découvrir aux gens des choses qu’ils ne connaîtraient pas ou ne veulent pas connaître. Pour Karim Sadli, plutôt que d’éclairer le monde, il s’agit de le sublimer. Paolo Roversi, photographe de mode lui aussi pense «  qu’on peut éclairer le monde, si on fait de belles photos.  » De belles photos peuvent selon lui rendre le monde meilleur. 

Éthique du photographe

Antoine de Caunes pose avec habileté les grandes questions qui sous-tendent cette profession. Y a-t-il une morale des photographes, jusqu’où peut-on s’autoriser à aller dans la photographie  ? Y a-t-il des photographies que l’on peut s’interdire de prendre  ? On peut immédiatement aux photos de morts de la guerre ou des débats qu’avaient suscités la photo de cet enfant mort noyé alors qu’il essayait de traverser la méditerranée gagner l’Europe. En bref, quelle est la responsabilité des photographes  ? 

Une émission passionnante sur des gens passionnés, tous, peu importe le lieu où ils se trouvent, en quête du fameux «  instant décisif  » qu’ils souhaitent montrer au monde. 

Profession  : Photographes est à retrouver le 19 avril à 20:50 sur Canal+ et en replay sur myCanal

Auteur·rice

Journaliste

Vous pourriez aussi aimer

More in ART