MUSIQUEPlaylist

Dans la playlist de… Black Country, New Road

Black Country, New Road © Maxwell Grainger

Black Country, New Road © Maxwell Grainger

#52 – Pour mieux connaître les horizons musicaux des artistes que l’on aime et que l’on soutient, quoi de mieux qu’une playlist   ? Le septuor britannique Black Country, New Road a sorti le 5 février dernier leur premier album For the first time. L’occasion pour nous de nous plonger dans les premières fois musicales de Tyler Hyde et Luke Mark, respectivement bassiste et guitariste du groupe. English version below.

Quelle a été votre première claque musicale ?

Luke Mark  : La seule chose qui me vient en tête est Nirvana. C’est le premier truc où j’ai pensé «  putain de merde  ». C’était la première fois où quelque chose était mon truc. Je me souviens avoir apporté le CD Nevermind à l’école. Tous les vendredi après-midi on avait un temps de jeu libre. Avec un ami nous dansions sur ce disque dans un coin de la salle. 

Tyler Hyde  : Je me souviens du premier album que j’ai acheté de mon propre chef. C’était le premier album de Gorillaz. Plus que la musique, c’était le concept dans son ensemble qui était une révolution pour l’enfant que j’étais. Je me souviens avoir été dévastée quand j’ai découvert que les personnages n’étaient pas des vraies personnes. J’idéalisais Noodle. Enfant, je pensais qu’elle était la fille la plus cool du monde. Je voulais être elle. Quand j’ai compris qu’elle n’existait pas, j’ai presque abandonné, ce n’était tellement pas moi, rires. Mais oui, j’ai passé beaucoup de temps à les écouter, à chanter sur leurs musiques. En revanche, ça n’a pas eu d’impact sur la musique que je fais maintenant avec Black Country, New Road. 

Quel a été votre premier crush musical ? 

Tyler : C’est difficile de mesurer à quel point c’était un crush mais Avril Lavigne était ma vie quand j’étais enfant. Elle était mon obsession. Je m’habillais comme elle, ma chambre était colorée en noir, rouge et vert. J’avais ces bracelets au poignet oui avaient des rayures rouges et noires et des pointes en métal. Elle était mon univers. 

Luke : J’ai probablement eu un petit crush pour Meg White mais c’est sûrement parce que je voulais être Jack White. Mais ensuite il y a eu ce truc où ils prétendaient être frère et sœur, c’était un peu étrange. Mais oui, Meg White est mon premier crush musical, elle est plutôt cool, je l’aime toujours. Plus Jack White en revanche, j’emmerde ce type. J’ai eu quelques albums des White Stripes et ils sont toujours restés fidèles à ce thème de rouge et blanc. Je me souviens avoir pensé qu’ils avaient l’air à la fois si désintéressés et cools sur la pochette. J’étais en mode :  «  Putain de merde  ». 

Quelle chanson pourrait illustrer votre premier rencontre ? 

Luke : Quand j’ai rejoint le groupe (NDLR en 2019), l’album de Weyes Blood, Titaning Rising venait juste de sortir et Lewis était obsédé par l’album, on l’écoutait beaucoup. Je suis presque sûr que le lendemain de mon arrivée dans le groupe – car le groupe était déjà formé quand je l’ai rejoint – Lewis a acheté ce disque. On jouait à Rough Trade ce jour là. Il avait donc cet album avec lui pour mon premier et mon troisième concert, ça a marqué mon esprit. 

Tyler : C’est assez difficile de trouver une chanson que nous aimons tous parce que nous sommes sept et que nous aimons vraiment des choses différentes et peu de choses similaires. Mais cet album a traversé suffisamment de différences pour que nous y trouvions tous un aspect que nous aimons vraiment. Je ne sais pas si vous avez déjà vu  Weyes Blood en concert, mais c’est la chanteuse la plus sensationnelle, elle a  exactement la même voix que dans l’album. 

Quelle chanson pourrait représenter la première fois ou vous avez joué ensemble ? 

Il y a une chanson qui représente cette époque pour nous. Le père de Lewis nous l’a jouée il y a de nombreuses années, à peu près à l’époque où son jeu de banjo virtuose nous a donné envie de créer un groupe.

Quel morceau avez-vous le plus écouté quand vous avez écrit votre première chanson ensemble ? 

Tyler : Arcade Fire, c’est une influence très claire. Quand nous avons commencé à jouer Basketball Shoes, Isaac chantait seul la mélodie, mais elle n’était pas assez marquée. Alors nous avons eu l’idée que tout le monde dans le groupe chante la mélodie pour créer une sorte de petite chorale. Aucun d’entre nous n’avait de micro, donc c’était plus une question de performance. Si notre voix était captée par un des micros de la batterie ou autre, c’était un bonus. C’était plus pour le plaisir de jouer, et c’est quelque chose que nous avons appris en regardant de manière obsessionnelle les performances d’Arcade Fire.

Luke : Tyler et Isaac et moi regardions tout le temps la même performance, celle au festival Rock en Seine. Ils chantent tous, courent sur la scène, sans micro, dansent, changent d’instrument, etc. Quand on pourra refaire des concerts, il faudra qu’on fasse comme ça, parce que d’habitude on reste tout le temps immobiles. C’est tellement plus cool, rires.

Quelle chanson écoutiez-vous avant votre premier concert ? 

Tyler : Je pense que la chanson qui pourrait représenter le premier concert que tu as joué avec nous serait The Nautilus d’Anna Meredith. C’est une longue montée en puissance qui dure un peu trop. Nous devions attendre environ 4 minutes avant de monter sur scène, et ces 4 minutes semblaient être une éternité.

Luke : Et aussi, Come Sail Away de Styx sur laquelle nous montions sur scène. Nous étions tous en arrière-scène en train de la chanter, en attendant le grand moment où nous allions monter sur scène. C’était à Peckham.

Tyler : On l’a aussi chanté quand on était sur le bateau à Bristol. 

Luke : C’est le concert où j’ai eu la grippe. 

Tyler : Tu as failli mourir de la grippe, je n’avais jamais vu quelqu’un d’aussi malade.

Luke : C’était au début de 2020, et les premiers deux ou trois cas de coronavirus venaient d’être trouvés au Royaume-Uni. Il y en avait quelques-uns à Glasgow, nous y sommes allés et j’ai chopé la grippe. J’étais là «  what the fuck ?  » mais finalement c’était juste la grippe, rires

Quelle chanson avez vous le plus écouté lors de votre première tournée ? 

Luke : Il y a une chanson de tournée qu’on écoutait tout le temps, Pretty Pimpin de Kurt Vile. 

Tyler : J’adore cette chanson 

Luke : C’est une bonne chanson pour conduire.  

Tyler : J’habitais à Manchester à l’époque et je devais descendre à Londres toutes les semaines environ. Et pendant tout le voyage en train, 2 heures et 5 minutes, j’écoutais cette chanson en boucle. C’est assez monotone, mais c’est une bonne musique de voyage. 

Quelle chanson résumerait votre premier concert ou tournée à l’étranger ?

Tyler : Il y a eu une période où tu étais dans le groupe mais tu ne pouvais pas nous accompagner parce qu’on n’avait pas les moyens. En revanche, quand on a pu tous aller en Belgique, on écoutait Charli XCX.

Luke : J’ai écouté cet album (NDLR Charli ) une fois depuis, ou peut-être deux ou trois fois parce qu’il me donne l’impression d’être dans un avion.

Tyler : On l’avait tous téléchargé, on l’écoutait tous, certains l’écoutait seuls, d’autres partageaient leurs écouteurs. Nous n’avons pas parlé pendant la majeure partie du vol. Puis après, c’était comme si on était tous allés au cinéma, on discutait. Je pense qu’on était tous déçus… Est-ce que je peux dire ça ?  

Luke : Je l’étais un peu, mais je suis un peu moins fan de Charli XCX que certains membres du groupe. Je n’étais pas super déçu ou quoi que ce soit.

Quelle chanson avez-vous le plus écouté lors de l’enregistrement de votre premier album ou qui l’a le plus inspiré ? 

Tyler : Toi et moi avons beaucoup écouté Pinegrove et je pense que cela a pu influencer Track X

Luke : Je me souviens avoir écouté cette chanson de Pinegrove, le premier single du disque Marigold. Je n’arrive pas à me souvenir du nom du titre, je ne l’ai pas écoutée depuis. 

Tyler : The Alarmist ? 

Luke : Probablement. 

Tyler : Je pense qu’Arthur Russel a beaucoup influencé Track X. C’est probablement la principale source d’inspiration.

Luke : Nous avons surtout écouté les chansons I will dream et Words of love. On a aussi pas mal écouté tous les singles qui teasaient le dernier album de The 1975. Cela ne nous a pas influencé, mais nous les avions beaucoup aimés à l’époque. Et puis ils ont sorti l’album et toutes les chansons autres chansons étaient vraiment ennuyeuses. Tous les singles étaient plutôt bons. 


La playlist Spotify :


What was your first musical slap in the face ?  

Luke Mark : Literally, the only thing I can think of is Nirvana. It’s the earliest thing I remember being like ‘holy shit’. It was the first thing that it was my thing. I remember bringing the CD Nevermind into school and we had free play time in the second half of the day every Friday. Me and my friend were dancing around to it in the corner of the room.  

Tyler Hyde : I remember the first album that I bought by myself without any influence. It was the Gorillaz’ first album and that was a revolution for me as a kid. Especially because it was more than the music, it was the whole concept of it. I remember being devastated when I found out that all the characters weren’t real people. I idealized Noodle. As a kid, I thought she was the coolest girl ever. I wanted to be her. When I found she didn’t exist I almost gave up, it was so not me *laughs*, but yeah I spent a lot of time listening to them. I spent a lot of time at singing to them. It didn’t impact the music that I make though, it’s not really related to what we do.  

What was your first crush as a musical artist ? 

Tyler :  It’s hard to know how much a crush it was but Avril Lavigne was my life as a kid. She was my obsession. I dressed like her. My room was coloured black, red and green. And I had those sweatbands on my wrist that were red and black stripes with spiky metal bits on…she was my world.  

Luke : I probably had a bit of a crush on Meg White but it’s probably because I wanted to be Jack White. But then they had this whole thing pretending to be brother and sister, well that’s kind of weird. But yes, Meg White is my first musical crush, she’s pretty cool, I still rate Meg White. Not Jack White anymore, fuck that guy. I had a couple of white stripes albums and they always really stuck with that red and white theme. I remember thinking that they always looked so disinterested and cool on the cover and I remember thinking, ‘Holy Shit.’. 

Which song could illustrate your first encounter ? 

Luke : When I joined the band (in 2019 editor’s note), the Weyes Blood’s album, Titanic Rising just came out and Lewis was obsessed – we listened to it a lot. I’m pretty sure I remember, the day after I joined the band playing gigs – cause the band was already formed when I joined it – Lewis bought that record. We played a gig at Rough Trade that day. So he was carrying that album around for my first and third gigs. That cements it in my mind for sure. 

Tyler : It’s quite hard to find a song that we all like cause it’s seven of us and we really are into different things and few similar things. But this album crossed over enough parts that we all found something in it that we really loved. I don’t know if you’ve seen Weyes Blood’ live before but she’s the most sensational singer, she sounds exactly like she does in the album. 

Which song could illustrate the first time you all played together ? 

There is a song that represents that time to us. Lewis’s dad played us this many years ago around the same time his virtuosic banjo playing inspired us to start a band in the first place. 

Which song did you listen to the most when you wrote your first song together ? 

Tyler : Arcade Fire would be an easy one, that’s a very clear influence.  When we started performing basketball shoes, Isaac was singing, but the melody wasn’t strong enough. So, we had this idea of everyone in the band singing it to create some sort of small choir. But none of us were mic’d up so it was just more of a performance side of things, if your voice got captured by one of the drum mics or something it was a bonus. It was more for the sake of performing it, and this is something we got from obsessively watching a lot of Arcade Fire performances. 

Luke : Me, Tyler and Isaac had watched the same one at Rock En Seine all the time. They’re all singing, running around the stage, not mic’d up, dancing about, changing instruments and stuff. And we were thinking that when we’re allowed to do gigs again, we need to do them like this, because we’d usually just be standing still all the time, but this is so much cooler *laughs*. We need to implement that more actually. 

What song were you listening to before your first gig ? 

Tyler : I think the song that could represent the first gig you play with us would be The Nautilus by Anna Meredith. It’s a big, long build up that would go on a little too long. We’d have to wait for about 4 minutes to go on stage, and those 4 minutes felt like forever. 

Luke : Also, Come Sail Away by Styx which we walked on to stage literally once. We were all backstage singing along to it, waiting for the big drop when we were going to walk out and stuff, that was a good one. It was in Peckham.  

Tyler : We also sang it when we were on the boat in Bristol.  

Luke : That was the gig where I had the flu. 

Tyler : You nearly died from the flu ; I’ve never seen someone so ill before. 

Luke : It was beginning of 2020, and it was the first two or three coronavirus cases had been found in the UK. There were few in Glasgow, we’d been there, and I just got the flu. I was like ‘what the fuck’ but after all it was just the flu *laughs*.  

Which song did you listen to the most during your first tour ? 

Luke : There’s a tour song we used to listen to all the time, Pretty Pimpin by Kurt Vile.  

Tyler : I love that song. 

Luke : It’s a good driving song.   

Tyler : I was based in Manchester at the time, and I had to come down to London every week or so. And the whole train journey – 2 hours 5 minutes – I literally just listened to that one song on repeat. Pretty monotonous but it’s good travelling music.  

Which song would best sum up your first concert and tour abroad ?  

Tyler : There was a period where you were in the band but because we couldn’t afford it, you couldn’t come. But when all of us went to Belgium, we were listening to Charli XCX. 

Luke : I’ve literally listened to that album (Charli editor’s note)  once since then, or maybe two or three times because it just makes me feel being on a plane.  

Tyler : We had all downloaded it, we all were listening, some people had their splitters and were sharing. Then afterwards it was as if we had all been to the cinema, discussing. I think we were all… Disappointed ? Is that fair to say ? 

Luke : I was a little bit, but I’m less of a Charlie fan than some of the rest of the band. I wasn’t super let down or anything. 

Which song did you listen to the most when you recorded your first album ? or which song most influenced your first album ? 

Tyler : You and I listened to Pinegrove a lot, I think it might have influenced Track X.  

Luke : I remembered listening to that one Pinegrove song, the first single of the Marigold record. Now I can’t even remember what it’s called, I haven’t listened to it since then.  

Tyler :The Alarmist  ?  

Luke : Probably.  

Tyler : I think Arthur Russel influenced Track X quite a lot. I think it’s probably the main point of influence.  

Luke : We specifically listened to the songs I will dream and Words of love. We also listened to all the singles coming out from The 1975’s record. That definitely didn’t influence us ; but we were enjoying it at the time. And then they released the album and all of the songs that weren’t singles were fucking boring. All the singles were pretty good. 

Merci à Niall Straughan pour son aide apportée à la transcription de l’interview en anglais.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in MUSIQUE