MUSIQUEMusique en bref

MUSIQUE EN BREF – Entre mars et avril

Visuel : Guillaume Lacoste

Toutes les deux semaines, les journalistes de Maze vous proposent un tour d’horizon des albums et EP qui ont fait l’actualité musicale. Cette semaine : L’Impératrice, Dry Cleaning, Noé Preszow, Special Friend, Ici Dix-Sept et The Drums.

Noé Preszow – À nous

Quelques jours avant le premier confinement, le chanteur Belge Noé Preszow dévoilait un premier titre légèrement prophétique. À Nous comme un appel aux marginaux, au collectif, à une génération « À Nous qui sommes là qui tombons comme chacun dans le panneau, dans les réseaux, dans le vide, dans le trop-plein » Un an plus tard, la chanson devient le nom d’un sublime premier album éponyme, de 13 titres, chez le label Tôt ou Tard. Noé Preszow déverse sa poésie frontalement. Les mots s’échappent dans une urgence de créer. Associé au timbre de sa voix, l’écouter c’est avoir envie de se battre et de pleurer en même temps. Comme dans un contraste, la diversité des instruments, de la rythmique, des refrains invitent à la danse. Le jeune homme bercé par la chanson française et les voix d’une autre époque s’inscrit dans son époque, comme Miossec ou le Damien Saez des débuts. Celui qui dit « contempler ses contemporains » s’exprime par le chant dans une forme de résistance viscérale. Il raconte des tranches de vies avec une furieuse mélancolie : une manifestation récente dans Le Monde à l’envers, une adresse à l’enfant qu’il était dans Exils, une introspection en duo dans Faire les choses bien, la disparition d’un ami de son père dans Les Poches vides. Et cet appel Que tout s’dance résumant parfaitement ce disque. Noé Preszow nous invite à danser « La solitude, l’état de siège, l’état d’urgence » et à « mater le mystère et l’héroïsme de danse sur le capitalisme.  » Un désir de rentrer dans la danse, de suivre loin le chanteur Bruxellois, poète contemporain.

Coups de cœur : Le Monde à l’envers, Faire les choses bien, Exils, Les Poches vides

Sortie le 02 avril

Diane Lestage

Special Friend – Ennemi Commun

Le duo Franco-Américain Special Friend – réunissant Erica Ashleson, à la batterie, et Guillaume Siracusa, à la guitare – accorde sans demie-mesure simplicité et beauté dans son premier album Ennemi Commun. Des lignes de guitares régulières, une batterie sans filtre, et deux voix, souvent timides – Pastel -, parfois fantomatiques – Flaring Jean – ou plus énergiques quand le ton s’y prête – sur Hazard ou Forest – mais toujours harmonieuses dans leur façon de se lier tout au long de la composition. Special Friend nous sollicite avec une délicatesse certaine. Tout l’album vient nous cueillir à point nommé, sans prévenir, faisant régner soudainement une indie pop en slowmotion dans nos têtes et nos playlists. Ennemi Commun s’avère être un très bel objet musical plein d’une poésie lo-fi et d’une nostalgie équivoque. Pour mieux vous immerger dans l’environnement musical inspirant de Special Friend vous pouvez également découvrir leur playlist.

Coups de cœur : Ennemi Commun, Destructionnist, Movement of the Planets

Sortie le 26 mars

Caroline Fauvel

Ici Dix-Sept – III (EP)

Une vague froide et romantique en plein visage : voilà la sensation qui s’empare de nous lorsqu’on découvre, au fil des écoutes, le groupe Ici Dix Sept dans la pré-sélection des iNOUïS du Printemps de Bourges. Originaire de Besançon, le trio dévoilait le 22 mars dernier son troisième EP sobrement intitulé III. Un troisième disque de seulement trois titres qui, malgré son économie de morceaux, réussit à nous emporter dans le paysage brumeux du groupe à mi chemin entre synth pop, new wave et post punk. Un condensé de tout ce qu’on aime et recherche : de la mélancolie glacée, des vapeurs d’outre-tombe et des nappes synthétiques planantes. Avec son mini EP aux inspirations très aquatiques (les Vagues, Cascade), Ici Dix-Sept nous transporte dans des profondeurs aux parfums de ténèbres et de brouillards dans lesquelles on se noie aisément.

Coups de cœur : Distance, Les Vagues

Sortie le 22 mars

Pauline Pitrou

The Drums – Mommy Don’t Spank Me

On a tou.te.s plus ou moins en tête Portamento des Drums, cet album surf pop devenu définitivement culte avec le temps, notamment grâce à des singles comme Money ou Days. Avec Mommy Don’t Spank Me, Johnny Pierce révèle une impressionnante B-Side de l’album de 2011. D’un côté des tracks inédites parfaitement inclues dans l’esthétique early des morceaux du groupe – créant une forme de rupture avec Abysmal Thoughts et Brutalism, respectivement sortis en 2017 en 2019 – couplée à un goût certain pour les teintes électroniques et les synthés, et de l’autre une très belle sélecta de remixes assuré par des artistes renommé.e.s. Twin Shadow, Hurts, trentemøller, qui propose une version relativement sombre et minimaliste de Days, ou Summer Camp, qui eux.elles recréent une version pleinement solaire de How It Ended. Une belle manière de célébrer cette musique indie effervescente qui continue – et continuera surement – de nous faire vibrer.

Coups de cœur : I Can’t Save Your Life, Blue Stripes

Sortie le 02 avril

Caroline Fauvel

L’Impératrice – Tako Tsubo

Trois ans après Matahari, le second album studio de L’Impératrice, Tako Tsubo (littéralement « syndrome du cœur brisé »), sort dans les bacs. Les paroles, ainsi que les thèmes abordés sont plus intimes et variés que sur leur premier opus. Les morceaux oscillent entre influences néo-disco, pop, et funk, notamment sur les excellents singles Fou et Hématome. L’influence de leur tournée américaine est palpable, la moitié du disque est chantée en anglais, une première pour le groupe. Le résultat est envoûtant, et nous offre de belles écoutes, telles que Submarine et Voodoo ?. L’écriture et le phrasé de Flore Benguigui, la compositrice et chanteuse, apportent toujours une touche chic, indissociable des productions soignées de L’Impératrice. On pense notamment à L’équilibriste où elle présente ses désirs et ses désillusions artistiques. Ce nouvel album apparaît donc comme plus coloré que le précédent, plus optimiste. C’est une proposition fraîche et bienvenue en ces temps difficiles ; un concentré de morceaux feel-good à consommer sans modération !

Coups de cœur : Peur des filles, Submarine, Voodoo ?, L’équilibriste

Sortie le 26 mars

Robin Schmidt

Dry Cleaning – New Long Leg

New Long Leg est le premier album de la formation Londonienne Dry Cleaning. Après deux merveilleux EP sortis en 2019, le groupe, bien ancré dans la scène post-punk moderne émergente au Royaume-Uni, défère ses talents sur ce format dix titres. Montagnes russes d’émotions au gré des riffs de la guitare et des fragments de conversations que clament Florence Shaw, sans tumultes, avec sa voix si singulière et distincte. Accompagnée également de la batterie et de fortes lignes de basse, la poésie resplendit avec panache. Une pépite art-punk a l’âme sensible et prenante. Un album tout simplement brillant.

Coups de coeur : Scratchcard Lanyard, Strong Feelings, John Wick, More Big Birds, Every Day Carry

Sortie le 02 avril

Leelou Jomain

Vous pourriez aussi aimer

More in MUSIQUE