LITTÉRATURE

« Normal People » – Orgueil et Préjugés de classe

© Sally Rooney

Après le jubilatoire Conversations entre amis (2019) les éditions de l’Olivier publient (enfin) le deuxième roman de l’Irlandaise Sally Rooney. Un livre qui mêle histoire d’amour et histoire de classes sociales.

Sally Rooney figure certainement parmi les nouvelles plumes les plus rafraichissantes de ces dernières années. Tout semble sourire à la jeune Irlandaise de trente ans. Adapté en série, son deuxième roman Normal People est traduit dans de nombreuses langues et cumule le million d’exemplaires vendus. Son premier roman, Conversations entre amis est lui aussi en court d’adaptation avec au casting Alison Olivier, Sasha Lane (American Honey) et Jemima Kirke (Girls).

Marianne et Connell vont tou.s.tes les deux au même lycée d’une petite ville irlandaise. Elle est riche et très solitaire, il est d’origine modeste et très populaire. Iels se connaissent parce que la mère de Connell fait des ménages pour la famille de Marianne. Au lycée, chacun.e prétend ne pas connaître l’autre même lorsque tou.s.tes deux commencent à se fréquenter. Après le lycée, la balance s’inverse : il ne s’intègre pas à Trinity College, elle s’y sent comme chez elle. D’année en année leurs rapports évoluent et se transforment entre attraction et répulsion.

«  Je pense que le mieux que je puisse faire c’est d’observer comment la classe, entendue au sens large de structure sociale, a un impact sur nos vies personnelles et intimes. C’est à dire comment on porte en nous les réalités matérielles et économiques dans nos relations interpersonnelles. »

Sally Rooney, pour Lousiana Channel, le 26 février 2019

Avide jeunesse à tout asservie

Fidèle au ton de son précèdent livre, la jeune autrice explore à nouveau dans Normal People le thème des relations chaotiques et passionnelles. Dans Conversations entre amis, elle décortiquait les espoirs et les déboires d’un couple à quatre. Ici, le couple se fait duo mais la relation est tout aussi compliquée. Chacun.e blesse l’autre avec son orgueil tout en cherchant sa voie. Sally Rooney nous donne à lire le portrait d’une jeunesse en quête de sens qui n’est pas sans rappeler celle qui se questionne dans les films de Greta Gerwig et Noah Baumbach.

L’histoire coche à priori toutes les cases du stéréotype de la romance : l’intello impopulaire et le sportif viril se rencontrent et tombent (étonnamment) amoureu.x.se. Mais Sally Rooney le sait et joue avec ces codes en ajoutant la dimension des classes sociales. Chez Rooney, les personnages aiment en ayant conscience de la lutte des classes. Déjà dans la nouvelle Mr Salary (2019), Sukie analysait sa relation à Nathan par le prisme de son appartement et de sa dépendance affective et financière avec lui. Dans Normal People, l’autrice adopte principalement le point de vue de Connell, qui est mal à l’aise. Mal à l’aise parce qu’en faisant des études il a le sentiment de trahir sa classe et mal à l’aise parce qu’il se compare à Marianne issue d’un milieu plus élevé (mais aussi plus pervers).

« – Je veux dire, le temps, c’est réel.

– L’argent aussi, c’est réel.

– Mais le temps l’est davantage. Le temps c’est de la physique, l’argent n’est qu’une construction sociale. »

Sally Rooney, Normal People

Un style laconique qui fait mouche

La phrase de Sally Rooney est sèche, grinçante et efficace. L’écrivaine a passé de nombreux années à écumer les concours d’éloquences dans le monde entier. De cette expérience fondatrice, l’autrice a gardé une langue mesurée au cordeau et très bien rythmée. Elle en a également fait le sujet de l’un de ses premiers textes Even if You Beat Me (2015). Ce style à la fois drôle et intelligent – que l’adjectif anglais « witty » caractérise parfaitement – permet aux lecteur.ice.s d’avoir de l’empathie et une distance ironique vis-à-vis les personnages.

Celle que la presse surnomme « la Jane Austen du précariat » ou « l a J.D. Salinger de la générations Snapchat » est assurément l’une des nouvelles voix littéraire à suivre. Ses livres affutent nos sens critiques avec humour. Un troisième roman est en route intitulé Beautiful World Where Are You, prévu en septembre prochain. Il devrait mettre en scène quatre ami.e.s vivant à Dublin, Alice, Felix, Eileen et Simon.

Sally Rooney, Normal People, 2021, Éditions de L’Olivier, 320 p., 22 €

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in LITTÉRATURE