CINÉMA

« 6 X Confiné.e.s » – 6 X Talentueux.ses

Luc Bruyère, Isabelle Tanakil, Alexandre Kominek

© Antoine Chapus / Canal+

Ce lundi 15 mars, Canal + a dévoilé sa nouvelle Création Décalée et confinée, 6 X Confiné.e.s. Une série de six films de vingt minutes réalisés par six réalisateur.rices singulier.ère.s et interprétés par un casting de qualité. Six univers particuliers et déjantés produits par Elias Belkeddar chez Iconoclast.

Mars 2020, une seule pensée en tête, un peu comme une prière : « J’espère que le confinement et la période actuelle ne seront pas un sujet de fiction ». Mars 2021, un an, deux confinements, un couvre-feu à 18h et la fermeture totale des lieux culturels plus tard ; sort la première série confinée sur Canal + … et c’est une réussite. Oui, oui, vous avez bien lu.

Produite par Elias Belkeddar chez Iconoclast, 6 X confiné.e.s apparaît finalement comme un prétexte pour mettre en valeur six talents différents. Le huis clos donne la possibilité à des artistes de s’adonner à l’écriture et à la réalisation de fictions, pour la toute première fois pour certain.e.s d’entre elleux. L’enfermement permet à ces six univers de se déployer tout en abordant le confinement et la période actuelle sous le prisme de la comédie satirique. Aux commandes, dans l’ordre : So Me (réalisateur – entre autres – des clips de Justice, et directeur artistique du label Ed Banger), Antoine de Bary (réalisateur du merveilleux Mes Jours de Gloire ), Pierre Maillard (réalisateur et documentariste), Alice Moitié (photographe, réalisatrice des clips de Myd), Saïd Belktibia (réalisateur, scénariste, membre de Kourtrajmé) et Marina Rollman (humoriste et réalisatrice).

William Lebghil © Antoine Chapus / Canal+

6 X moderne et déjanté

Une seule consigne : écrire et réaliser un film de vingt minutes sur le confinement. Casse-gueule ? Certainement ! Mais les six réalisateur.rices, tout en présentant six histoires plutôt originales et modernes, parviennent à éviter l’effet « catalogue ». Procédé consistant à cocher les cases de sujets à aborder. Et pourtant, le.a spectateur.rice devenu.e petite souris, erre d’un espace à un autre. Chaque film, chaque mise en scène ressemble à l’artiste derrière.

6 X Confiné.e.s évoque dans Scorpex, un DJ de quarante ans (Vincent Cassel) réalisant des lives sur fond vert, confiné avec un jeune compositeur de musique électronique (Manoel Dupont) comme « ghost producer » et sa copine (Mara Taquin) ; un clash de génération et de valeurs.

Un confinement à la campagne dans une famille bourgeoise pour Félix Moati, Marie Bunel et Margot Marie Meneguz où la quiétude va être bouleversée par l’intrusion d’un personnage incarné par Gilbert Melki tombé en panne devant chez eux, dans L’ Art de vivre.

L’ Amour du game met en scène un couple de squatteurs dans un immense appartement parisien. Tarek (William Lebghil), star du stream sur Twitch, ne survit que dans le jeu vidéo tandis que Victoire (Laura Felpin) apprend qu’elle est enceinte. Le virtuel apparait ici comme la seule possibilité de se promener librement en étant enfermé chez soi.

Patrick Rocca, Gilbert Melki, Felix Moati © Louis de Caunes / Canal +

Mélanie (Ludivine Sagnier) profite de la situation sanitaire pour rendre visite à sa famille, issue d’un milieu modeste, avec son petit ami. Pendant sa visite, elle va apprendre qu’elle a vécu enfant un traumatisme dont elle n’a aucun souvenir. Un ressort comique pour évoquer la résilience dans un univers décalé et coloré.

Le Casse du siècle ou comment des voleurs au chômage partiel, menés par Alexis Menenti et Jérémy Ferrari, vont kidnapper les habitants de leur cité afin de voler leur dents en or. Un focus malin sur des petits voyous, grands oubliés pendant le confinement.

La naissance d’un gigolo, à la base infirmier, et la sexualité des plus de soixante ans, censées être les personnes à risques. Gina aborde la liberté du couple et le sexe d’une manière joyeuse malgré l’enfermement et la situation sanitaire anxiogène. Ce dernier film offre des scènes en trio fabuleuses entre Isabelle Tanakil, Alexandre Kominek et le toujours merveilleux Luc Bruyère.

6 X libres

Étrangement, malgré la claustrophobie du sujet, bien ancrées dans la situation actuelle, ces six pastilles atypiques de 6 X Confiné.e.s affirment une grande liberté à la fois de ton et visuelle. Les six réalisateur.rices évoquent des thèmes actuels sans lourdeurs, sans besoin d’appuyer sur la modernité déclamée dans leur histoire. Ils parviennent tous.tes à slalomer entre les genres cinématographiques, flirtant avec la comédie et l’étrange. Ils saisissent avec brio un univers – qui est le leur à chacun.e – dans un espace clos et un temps court.

Les six films réussissent à créer en vingt minutes de la complexité et de l’ambivalence dans les thèmes abordés. Ils montrent ainsi la dualité humaine et celle de notre époque, révélées par cet enfermement forcé. Ces six petits bonbons cinématographiques offrent donc un regard frais et sarcastique sur notre époque contemporaine. Ils se dégustent avec beaucoup de plaisir et donnent envie d’en savoir plus sur les prochains projets de ces réalisateur.rices dans la fiction. Affaire à suivre…

6 X Confiné.e.s, disponible sur My Canal à partir du lundi 15 mars 2021.

Auteur·rice

J'entretiens une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

You may also like

More in CINÉMA