CINÉMA

L’Amérique à pas lents de Kelly Reichardt

FIRST COW_11.12.18_AR_0623.ARW

First Cow © Allyson Riggs / A24

Le Centre Pompidou vient d’annoncer le report à l’automne 2021 de la rétrospective consacrée à la réalisatrice Kelly Reichardt. Une programmation gratuite en ligne est tout de même proposée en attendant la réouverture des lieux culturels. L’occasion de revenir sur le travail de cette cinéaste singulière.

Pour sa 16ème édition consacrée à « L’écologie des images », le festival d’art contemporain Hors Pistes du Centre Pompidou, a choisi de mettre à l’honneur le travail de la cinéaste Kelly Reichardt. Figure du cinéma américain indépendant, la réalisatrice explore en effet dans son travail des thématiques souvent liées à l’écologie, tout en posant un regard doux sur ses personnages et l’Amérique qu’ils.elles traversent. La rétrospective qui devait lui être consacrée du 22 janvier au 7 février est reportée à l’automne 2021 du fait du contexte sanitaire. Le Festival Hors Pistes propose néanmoins une belle programmation en ligne qui se tiendra du 1er au 14 février.

Un court métrage inédit

Le festival devait au départ comprendre une exposition, des projections, des performances et des débats. Si la plupart de ces manifestations sont reportées à l’automne, de nombreux évènements sont maintenus et adaptés. Il sera possible par exemple de visiter virtuellement l’exposition sur le site du Centre Pompidou. De plus, le festival proposera pendant deux semaines deux rendez-vous quotidiens en ligne autour de la question « Peut-on imaginer et pratiquer une écologie des images ? ».

Dans ce cadre, un court métrage inédit de Kelly Reichardt réalisé sur une commande du Centre Pompidou, sera présenté le 1er février. Le court-métrage répondra à la question ouverte « où en êtes-vous ? ». Le public pourra ensuite assister en ligne à 19h le même jour à une discussion avec la réalisatrice, animée par Judith Revault d’Allonnes, autrice du livre Kelly Reichardt, L’Amérique retraversée (De l’incidence éd. – Centre Pompidou), disponible en librairie depuis le 21 janvier.

First Cow © Allyson Riggs / A24

Entre mouvement et contemplation

Le travail de Kelly Reichardt a été souvent qualifié de « cinéma pastoral minimaliste ». La réalisatrice s’est toujours attachée à filmer les grands espaces de l’Amérique en tant que personnage plutôt que simple décor. De son premier long métrage Rivers of Grass (1995) à First Cow (2020) en passant par La Dernière piste (2010), les personnages sont sur les routes de l’Amérique. « Je n’ai jamais cessé de bouger » dit par exemple le personnage principal de First Cow. Western, road-movie, thriller : la cinéaste revisite tous les codes de genres canoniques habituellement survitaminés à un rythme plus apaisé et contemplatif.

« Plus vite, plus vite, plus vite – nous voulons tous que les choses ailles plus vite. J’imagine qu’il y a une part de moi qui aime faire le contraire ».

Kelly Reichardt pour The Guardian, 1er mars 2017

C’est la même attention calme et tranquille portée au vivant qui est présente dans le reste de sa filmographie. Dans Night Moves (2014) par exemple, deux jeunes éco-activistes, interprétés par Dakota Fanning et Jesse Eisenberg sombrent peu à peu dans la paranoïa, retirés dans une ferme biologique de l’Oregon. Dans Certaines Femmes (2017) encore, film qui adapte et croise des nouvelles de l’écrivaine Maile Meloy, Kelly Reichardt dresse en douceur le portrait de quatre femmes (jouées par Laura Dern, Michelle Williams, Kristen Stewart et Lily Gladstone) dans les larges vallées du Montana, l’un des États Nord-Américain à la plus faible densité de population.

Night Moves © Tipping Point Productions

L’Amérique des marges

En sept long-métrages, Kelly Reichardt a su dresser un portrait à la fois sensible et alternatif de l’Amérique. Les personnages qu’elle choisit sont souvent à la marge et le déplacement est pour eux une nécessité plutôt qu’un choix. Beaucoup de ses films s’ouvrent par le même plan fixe programmatique : un train défile lentement et annonce les voyages qui suivront. Dans Wendy et Lucy (2008), Wendy (Michelle Williams) a pris la route avec sa chienne Lucy pour l’Alaska dans l’espoir de trouver un travail. Dans La Dernière piste (2010) trois familles en caravane affrontent les plaines de l’Oregon dans l’espoir de trouver une vie meilleure dans l’Ouest du 19e siècle.

« J’aime tous mes personnages. Les hommes et les femmes et la manière dont ils sont reliés aux animaux, aux paysages… »

Kelly Reichardt pour Maze, 24 mars 2017
Certaines Femmes © Peripher Filmverleih

Au côté de la cinéaste Kelly Reichardt, d’autres rencontres sont prévues pour cette édition virtuelle du Festival Hors Pistes. Point commun entre les invité.e.s : leur « quête de sobriété écologique et le souci du vivant ». Seront donc présent.e.s entre autres dans cette édition : la philosophe belge Vinciane Despret, le danseur et chorégraphe Jérôme Bel, les artistes visuels Hito Steyerl ou Nicolas Gourault ainsi que Philippe Descola qui parlera d’anthropologie des images. On pourra (espérons-le) retrouver la rétrospective complète de Kelly Reichardt au Centre Pompidou, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris du 14 au 24 octobre 2021.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA