Dans la playlist de… Beach Youth

Crédit : Adrien Melchior

#49 Pour mieux connaître les horizons musicaux des artistes que l’on aime et que l’on soutient, quoi de mieux qu’une playlist  ? En attendant la sortie de leur premier album, Postcard, les Caennais de Beach Youth nous font part des morceaux qui les ont accompagné ces derniers temps : entre variété française, claviers mélancoliques et pop analogique.

Better Person – Something To Lose (2020)

[Simon] «  J’attendais avec impatience l’album de Better Person et quand il est arrivé je n’ai écouté que ça pendant 2 mois. C’est d’une élégance et d’une maîtrise folle. Et ça me transporte directement au Tennis Bar à Berlin où je l’ai vu en concert avec mon amoureuse. Il ne devait pas y avoir plus de 20 personnes dans le public mais la moitié des gens étaient des musiciens que j’adore  : Sean Nicholas Savage, Tops, Discovery Zone et Two Gospels  !  »

Burning Hearts – Sea Birds (2009)

[Étienne] « Début 2020, Simon envoie un paquet de mails à des labels dans notre genre pour soutenir la sortie de Postcard, le premier album du groupe. Au printemps, le label américain Shelflife Records nous répond favorablement, ils adorent l’album et veulent le sortir, c’est une super nouvelle pour nous ! À ce moment là je suis confiné chez mes parents, le temps est magnifique, je décide de me caler dans le jardin et de me mettre une partie de la discographie Shelflife dans les oreilles (que je connais alors peu). Je découvre l’album Aboa Sleeping de Burning Hearts et flashe sur le 6ème titre : Sea Birds. Le moment est parfait et je me passe même plusieurs fois le titre en boucle en chopant des coups de soleil.  »

Okay Kaya – Mother’s Nature Bitch (2020)

[Simon] «  J’ai découvert Okay Kaya via ses collaborations avec Porches et King Krule, qui font partie de mes références absolues. Elle arrive à écrire des chansons sur des sujets aussi rares que le stérilet, les règles, l’asexualité ou l’horrible typo «  comic sans  ». C’est touchant, intelligent et souvent drôle aussi  !  »

Andrea Lazslo de SimoneImmensità (2020)

[Gautier] « Le seul titre qui m’a marqué dernièrement. Je l’ai écouté pour la première fois sur l’autoroute, l’endroit idéal j’imagine tant il me fait voyager. On aurait pu le voir cette année aux Trans Musicales, mais vous savez… »

Yann Tiersen – Porz Goret (2015)

[Étienne] «  Mes parents écoutaient beaucoup Yann Tiersen quand j’étais petit. Dernièrement, je leur en ai piqué deux vieux CD pour écouter dans ma voiture puisque les CD dans ma voiture, ils commencent à tourner en rond. J’ai rapidement été séduit une seconde fois et puis j’ai regardé un peu ce qu’il avait fait plus récemment. Je suis tombé sur son titre Porz Goret qui est très vite devenu un petit classique pour moi. C’est con pour un normand, mais ce Yann me donne des envies de Bretagne. »

GENTSEmotional Facelift (2019)

[Simon] « Ça fait maintenant plus d’un an que j’ai découvert cette chanson lors d’un road-trip hivernal direction Le Havre, mais elle me fait toujours le même effet. Elle est tout simplement imparable. Les paroles associent des questionnements introspectifs («  Am I too much ?  ») à l’idée d’un lifting émotionnel. Je trouve ça génial comme idée, la chirurgie esthétique de l’estime de soi. Depuis je l’ai chanté au volant sur les routes du Lubéron et entre l’Allemagne et les Pays-Bas.  »

Rufus Wainwright – Tiergarten (2007)

[Étienne] « Il peut parfois se passer beaucoup de temps sans qu’une nouvelle découverte musicale ne sonne comme une évidence à nos oreilles. On écoute plein de choses nouvelles, et puis ça devient vite une habitude d’écouter de la musique, c’est quasi-machinal, parfois on ne s’en rend même plus compte. Tiergarten de Rufus Wainwright fait partie de ces morceaux qui dès la première écoute m’ont rappelé pourquoi j’aimais tant la musique.  »

Barbagallo – Debout (2021)

[Gautier] «  En artiste français, ils sont peu à rester durablement dans ma playlist. J’ai du mal à dire pourquoi, mais tous les titres de Barbagallo me semblent réussis. C’est à la fois simple et très créatif, c’est ce que j’aime.  »

Alvvays – Pecking Order (2018)

[Simon] « Toutes les deux semaines à peu près je fais une énorme fixette sur un groupe. Je regarde tous les concerts que je peux trouver sur Youtube, je lis toutes les interviews qui existent, je saigne leur discographie et leurs textes puis ça devient mon seul sujet de conversation. Ça me fait du bien d’en parler, croyez-moi  ! Dernièrement c’est tombé sur Alvvays et à force de chercher je suis tombé sur ce titre inédit que j’écoute en boucle depuis. C’est une petite bombe pop comme ces génies savent les faire et elle a comblé mon impatience d’entendre du nouveau de leur part  ! »

Bertrand Burgalat – Les choses qu’on ne peut dire à personne (2017)

[Étienne] «  J’ai remarqué que ce morceau s’écoutait hyper bien en ville. Se promener sur un trottoir avec ce titre dans les oreilles donne une toute autre allure aux gens qu’on croise. Ils semblent alors faire partie intégrante de la musique. Attention donc à ne pas faire n’importe quoi, cette vie là est réelle et ils risqueraient bien de vous regarder bizarrement. »


Le dernier clip de Beach Youth avant la sortie de leur premier album, Postcard, en avril prochain :


Caroline Fauvel

LILLE

Du cinéma et de la musique - Master Métiers de la Culture

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.