STYLE

Charles de Vilmorin : Le petit prince de la mode chez Rochas

Charles de Vilmorin Haute Couture Printemps-Été 2021, crédit Guillaume Plas

Charles de Vilmorin Haute Couture Printemps-Été 2021, par Guillaume Plas

«  Audace, humilité et confiance  ». Voici les maîtres mots qui ont mené le couturier Charles de Vilmorin vers une gloire certaine. Le 8 février 2021, moins d’un an après la naissance de sa propre marque, Charles devient le directeur artistique de la célèbre maison Rochas, remplaçant ainsi Alessandro Dell’Acqua. Une promotion impressionnante pour un jeune artiste de seulement 24 ans. Retour sur la naissance de celui que les journaux ont déjà renommé le petit prince de la mode.

Un parcours méticuleusement dessiné

Le chemin de Charles de Vilmorin semble se rapprocher de celui d’une véritable success story. Comme si le destin avait parlé à sa place, le jeune homme se voue au monde de la Haute Couture dès sa plus tendre enfance. Ce goût pour l’art et la mode il en hérite de sa famille. Sa grande tante se trouve être l’élégante romancière et poétesse Louise de Vilmorin, célèbre pour son roman Madame de. Son père, passionné, et plus précisément fasciné, par le travail de Christian Lacroix, travaillait déjà aux finances de certaines maisons de mode.

Charles n’est encore qu’un enfant lorsqu’une discussion avec son père le convainc de son propre avenir. Dès lors, il vouera son temps à dévorer les magazines, défilés et documentaires de mode. Il ne perdra pas une seconde puisqu’il passera même son stage de 3e chez Lanvin, aux côtés d’Albert Elbaz. Après le bac, il intègre l’Ecole de la Chambre Syndicale de la Haute Couture afin de suivre une formation de stylisme-modélisme, puis enchaîne sur un master à l’Institut Français de la Mode en création d’entreprise. De manière à valider son master, Charles de Vilmorin se créer un stage de substitution en créant sa toute première collection, faite de bombers. Un collectionneur anonyme acheta toute sa collection, ce qui permit au jeune prodige d’ouvrir sa propre maison de couture. C’était il y a moins d’un an.

Le romantisme au paroxysme de son psychédélisme

Le style de Charles de Vilmorin c’est avant tout des dessins de créatures mi-hommes mi-reptiles baignées dans des marres de couleurs extravagantes  ; un goût pour l’étrange et l’éclatant qui semble s’accroître au fur et à mesure du temps. Parmi ses principales influences on reconnaît sans nul doute le singularisme du créateur Jean-Charles de Castelbajac et de la plasticienne Niki de Saint Phalle. Toutefois, Charles réussit à maintenir son œuvre au sein d’une certaine atmosphère romantique parsemée de fleurs, cœurs et rouge à lèvres. Ses dessins ne sont ni ébauches, ni croquis, mais bien des tourbillons de lignes et de formes excentriquement colorées. Les visages, magnifiquement monstrueux, nous étonnent par leurs yeux immenses, acteurs d’un regard aussi bien triste que sournois. Longues chevelures et plantes s’entremêlent parfois, faisant écho à un Klimt des temps modernes.

La première collection automne-hiver 2020 tire ses principales inspirations des manifestations pro-PMA. Une ode à l’amour composée de cœurs immenses et de visages non genrés qui se contemplent et s’embrassent. Les bombers sont larges, bouffants, toujours très flashy. Par la suite, le jeune couturier donnera naissance à une série de foulards et chemisiers maculés de fleurs dégoulinantes de passion bariolée. Le style Charles de Vilmorin surprend et étonne d’autant plus que le couturier reste plutôt sobre, à l’inverse de ses créations et de ses mannequins.   

Sur le chemin du succès la route sera courte

Charles de Vilmorin se fait rapidement remarquer grâce à une communication rondement menée et des photos Instagram minutieusement pensées. Il n’y a pas de doute, la qualité de ses images et de ses mises en scène démontrent une aisance certaine pour la photographie  ; aussi bien devant que derrière la caméra.
Dès les débuts de sa création, la marque du jeune couturier connaît un franc succès et les journalistes se bousculent pour parler du nouveau petit prince de la mode aux airs de Saint Laurent. La machine est lancée.

En novembre 2020 il participe au GucciFest, un festival de court-métrages permettant à la maison Gucci, ainsi que de jeunes créateurs, de présenter leurs collections. Une occasion pour l’artiste de se rapprocher une nouvelle fois de la caméra dans un court-métrage intitulé Repugnantam. On retrouve Charles au milieu de ses créations, celles qui prennent vie, lutins, fées, elfes, farfadets et autres créatures fantastiques, personnifications de son inlassable onirisme.

Notamment aidé et soutenu par l’attaché de presse de mode Lucien Pages, parrainé par l’illustre Jean-Paul Gaultier, ou encore par le charismatique Loïc Prigent, Charles de Vilmorin réussi à se frayer très rapidement une place dans la sphère très sélect de la Haute Couture. Moins d’un an après la création de sa propre maison, il détient déjà sa place à la semaine Haute Couture printemps-été 2021. La collection est peinte à la main sur des tissus et des formes qui restent fidèles à son style  ; une collection brute bercée par «  la notion de liberté  » dit-il.

La consécration ultime n’a pas tardé pour le jeune virtuose de la mode qui, depuis le 8 février dernier, est devenu le directeur artistique de la maison Rochas, à seulement 24 ans. Il explique dans un communiqué de presse  : «  Rochas est une marque qui me tient à cœur de par son histoire qui se croise avec celle de ma famille et son patrimoine que je trouve très riche et inspirant. J’ai hâte d’apporter ma touche personnelle et de réinterpréter les codes de cette belle maison  ». La première collection très prometteuse sera ainsi révélée pour l’été 2022.

Impossible de ne pas souligner le caractère exceptionnel de ce parcours, qui non seulement démontre un talent certain, mais souligne aussi une vision très avant-gardiste de la mode d’aujourd’hui. La maison Rochas existant depuis 1925, Charles de Vilmorin laisse ainsi une marque dans l’Histoire de la mode. Un jeune artiste moderne en pleine évolution, bouillonnant d’idées fantasmagoriques, qui devra toutefois désormais s’allier au style et aux codes Rochas. Les saisons prochaines risquent bien d’être spectaculaires.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in STYLE