MUSIQUE EN BREF – Spleen d’hiver

Toutes les deux semaines, les journalistes de Maze vous proposent un tour d’horizon des albums et EP qui ont fait l’actualité musicale.

Jazmine Sullivan – Heaux Tales

La diva américaine Jazmine Sullivan revient avec un album concept sur fond de féminisme et d’émancipation, une perle soul et R’nB appelée Heaux Tales. Nous retrouvons à la production Dev Hynes (Blood Orange) et Key Wane connu pour avoir écrit pour Drake et Beyoncé, rien que ça. Ce projet aux sonorités gospel est agrémenté de petites pastilles où l’on découvre des histoires de femmes qui partagent leurs expériences dans ce monde dominé par les hommes. Ces capsules sonores nous donnent l’impression d’être autour d’une table, spectateur de ces échanges intimes et pleins de vérités. L’album est embelli par des featurings de renom comme le grand Anderson .Paak, ainsi que les chanteuses H.E.R et Ari Lennox. Les productions à la D’Angelo et les envolées lyriques soul de Jazmine nous offrent une musique délicate mais puissante.

Coup de cœur : Pricetags (feat. Anderson Paak)

Sortie le 8 janvier

Thomas Soulet

Shame – Drunk Tank Pink

Trois ans après la sortie de leur premier album Songs of Praise, les cinq londoniens de Shame sont de retour avec le très attendu Drunk Tank Pink. « 2020 that’s the year » me disait le guitariste Eddie Green, au festival Sonic City en 2019. Mais depuis, un petit contre-temps nommé miss Corona a poussé le groupe à reporter la sortie de ce second opus. L’histoire de ce beau bébé commence avec un appel inopportun. Alors en concert à Chicago pour célébrer le passage à la « belle » année 2020, les garçons sont sollicités par James Ford producteur des Arctic Monkeys et d’une belle brochette de groupes britanniques. Le rendez-vous est pris. Shame passeront 20 jours à enregistrer leurs morceaux aux studios La Frette, en banlieue parisienne. Les titres qui vont de la joyeuse fête à une tension plus obscure ont été écrits lors d’une pause de quelques mois en 2019, après trois ans de tournée effrénés. Forcément ce retour à « la vie normale » a marqué au fer ce nouvel album. Quand on passe la fin de son adolescence à parcourir le monde en étant constamment entouré, retrouver le train-train quotidien est une violente claque dans la figure. Plus de distractions, il faut composer avec la solitude. “Even though the album was written pre-pandemic, it deals with so much isolation” (même si l’album a été écrit avant la pandémie, il traite beaucoup d’isolement) expliquait le chanteur Charlie Steen à NME. Drunk Tank Pink trouve son nom dans le womb (utérus, ndlr) de Charlie Steen, sa chambre rose aménagée dans une ancienne maison de retraite délabrée. C’est là que le groupe s’est retrouvé pour composer et travailler les onze titres de l’album. Ce second opus diffère de son prédécesseur par les sonorités groovy apporté par la retraite post-tournée de Sean Coyle-Smith. Pendant deux mois le guitariste a perfectionné sa pratique de son instrument en disséquant les albums de Talking Heads. Résultat : les guitares sautillent, les compositions sont plus complexes, Shame approfondissent leur son post-punk.

Coup de cœur : March day, Born in Luton, Human, For a minute

Sortie le 15 janvier

Juliette Soudarin

FRENETIK – Jeu de Couleurs

Frenetik, l’espoir du rap bruxellois, sort sa mixtape Jeu de couleurs et confirme les attentes de celleux qui criaient au rookie prometteur. Après l’EP Brouillon en 2020 et quelques collaborations, notamment aux côtés de Geeko et Twinsmatic, le rappeur bombardait de sa voix grave le fond vert du Colors Show avec le titre INFRAROUGE. Jeu de couleurs est une palette de quatorze titres à l’écriture profonde et fine, tant dans la mélancolie et l’introspection que dans la rage et la rancœur. L’esthétique orageuse du projet se lie aux sonorités drill (Chaos, Mode furtif, Mauvais œil) ou plus trap (Bleu, Blanche Neige, Rouge). Pari osé, Frenetik choisit de ne s’accompagner que du pianiste Sofiane Pamart sur le magnifique titre fleuve Noir sur Blanc. Le producteur Twinsmatic est lui présent sur Frérot, Mac Laren et Ultra Violet. Mention spéciale à la rythmique particulièrement unique du morceau Jaune, dont l’instrumentale signée Chuki Beats est une véritable pépite. Mouvement historique, outro planante de l’œuvre, peut se targuer, quant à elle, d’avoir une physionomie cinématographique s’entremêlant à des aigus vocodés maitrisés à souhait. Bref, on attend l’album.

Coups de cœur : Lumière, Mouvement historique, Noir sur blanc

Sortie le 22 janvier

Inès Zeghloul

Basile Di Manski – Les Nouveaux Quartiers

Jusqu’ici, Basile di Manski avait toujours chanté en anglais, que ce soit sur Personnal Point Break (2018), Transworld (2019) ou In Camera (2016 déjà ?), des compositions toutes parues chez Pain Surprises Records. Pour Les Nouveaux Quartiers, l’artiste se lance avec son propre label, Californie Mentale, se lachant dans le vide, explorant un peu plus la nostalgie et la poésie des mots en français. Il renouvèle cependant les caractéristiques qui lui sont propres, la voix parfois un peu hésitante, en demi-teinte, chantant l’absurdité d’un quotidien, souvent monotone, sur des instrumentales bien amenées. On retiendra la délicatesse de Dans l’Espace dont le clip vient justement de sortir, le très dance Le Reggaeton du Froid, ou encore le sensuel Penelope. Un bel album tout en couleurs et subtilités pour donner un peu de hauteur à ces heures moroses.

Coups de cœur : Dans l’Espace, Occupé

Sortie le 20 janvier

Caroline Fauvel

Marie Plassard – SPLEEN (EP)

L’EP de Marie Plassard, porté par L’amour meurt en décembre sortait vendredi dernier. Très remarquée au fil des featurings, notamment sur No Love aux côtés de Dinos, l’artiste revient en solo avec un huit-titres, Spleen, fruit d’un mariage d’univers rafraîchissant et pourtant amplement mélancolique. Spleen parle d’un amour sombre, teinté de douce passion et de démons vicieux. Une énergie quasi onirique se dégage du projet, notamment grâce à l’accent mis sur une reverb sonore appuyée. Marie Plassard oscille entre instrumentales trap assumées, douces touches de guitare sur le titre éponyme et simples vibes R’n’B (Toute Seule). Coup de cœur pour le morceau Dans mes rêves, à la rythmique rappelant Walking Away de Craig David. Itinéraire d’une larme est, quant à lui, un condensé d’introspection d’une calme et jolie tristesse.

Coups de cœur : Itinéraire d’une larme, Dans mes rêves

Sortie le 22 janvier

Inès Zeghloul

Lo Village – Lost in America (EP)

Lo Village Ama, Charles, Kane est la formation R’n’B à découvrir plus que jamais. Le groupe, actif depuis 2016, sort son EP Lost in America sur leur label Rebel Music Collective. Un condensé de rythmiques dansantes, couplées à la voix très soul de la chanteuse, ainsi qu’à un rap transcendant. Cet EP, qui donne suite aux albums Last Summer (2016) et For The Birds (2017), ainsi qu’à bon nombre de singles, suggère un alliage intransigeant entre pamphlet politique, rythmiques bien amenées et vibe indie. Pour découvrir plus amplement ce collectif, nous ne pouvons que vous recommander le visionnage des différents épisodes de Lo End Theory, tournés en 2020 et disponibles sur leur chaîne YouTube.

Coup de cœur : Out The Window, Lost In America

Sortie le 22 janvier

Caroline Fauvel

AJAZ – Fièvre (EP)

Pour son deuxième projet, qui succède à JUMP sorti courant 2020, le rappeur parisien nous livre sa chronique d’un été mouvementé baigné d’ombres et de lumières. Avec Fièvre, Ajaz déploie sa plume pour mettre en mots ses maux et ses grandes émotions. Six titres où la mélancolie réflexive (Adieu Marseille, Paris Battait) côtoie de près la fièvre dansante et romantique (Cherry Bomb, Téléporte). Entre rap et chant, Ajaz nous offre une palette large où il visite plusieurs territoires musicaux, toujours avec la même sensibilité troublante. Une quête de soi en demi-teinte qui confirme le talent du jeune artiste à manier la langue comme un magicien éperdu. Entre Paris et Marseille, les rayons et les averses, il se balade sur des instrumentales vaporeuses et nous prouve que la musique est le meilleur des remède aux névroses.

Coups de cœur : Adieu Marseille, Cherry Bomb, Paris Battait

Sortie le 15 janvier

Pauline Pitrou

Yndi – Introdução (Live Acoustique)

Introdução est l’introduction au nouveau projet de cette artiste talentueuse que l’on connaissait sous le nom de Dream Koala. Après la révélation de son premier single, Ailleurs, en live sur COLORS, elle mêle portugais brésilien et français dans un tryptique acoustique envoûtant. Guitare à la main, voix mesurée et suave, elle convoque ici les grands noms du répertoire brésilien qu’elle cite comme inspirations : João Gilberto, Djavan, Caetano Veloso ou encore Vinicius de Moraes. Une juste réappropriation des codes classiques de la musique brésilienne qui lui vont à merveille, et s’entremêlent sans difficulté avec le chant délicat des mots en français. Assurément une artiste à suivre cette année.

Sortie le 22 janvier

Caroline Fauvel

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.