CINÉMA

Festival du Court-métrage de Clermont-Ferrand 2021 – Le film court, court toujours !

Jusqu’au bout les organisateurs.rices du festival du court-métrage de Clermont-Ferrand avaient cru à la possibilité de se retrouver toustes ensemble dans les salles. Heureusement pour les amoureux.se.s du court-métrage, ces dernier.ère.s ont concocté une édition en ligne qui s’est ouverte le 29 janvier et proposera jusqu’au 6 février, des films, bien sûr, mais aussi les rencontres en ligne, les événements et master class qui font la renommée du festival depuis sa création en 1982.

Afin de rendre cette édition la plus accessible possible, les organisateurices ont ainsi décidé de la création d’un pass unique à 12 euros qui ouvrira l’accès à toutes les sélections jusqu’à la fin du festival le 6 février. Il en va de même pour le festival Premiers Plans d’Angers, dont la compétition officielle se déroule en ligne depuis le 25 janvier et s’achève ce 31 janvier. Mais pas de panique pour les retardataires, puisqu’un partenariat entre le festival et la Cinetek, sous forme d’un pass au tarif unique de 7 euros permettra aux curieux.se.s de découvrir douze films des rétrospectives Chantal Akerman, Federico Fellini et L’Évasion qui ont fait l’identité de cette édition 2021 un peu particulière.

Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles
© Collections CINEMATEK – © Chantal Akerman Foundation

Des sélections réduites mais vivantes 

Comme il fallait s’y attendre, les organisateurs.rices du festival de Clermont Ferrand ont fait le choix de resserrer leur sélection en ligne autour des trois piliers du festival  : la compétition nationale, internationale et le Labo. Sur les quelques 8300 propositions faites au festival pour cette édition, 417 films composent les trois sélections principales que viennent entourer d’autres programmes, bien connus des habitué.e.s du festival.

Pas de sélections thématiques cette année ou de rétrospective consacrée à un.e réalisateurice, mais les organisateurs.rices ont choisi de conserver la sélection Regard d’Afrique qui présentera quatorze court-métrages de tous genres explorant la diversité des cinémas africains ; Films en Région qui met un coup de projecteur sur les films réalisés au sein de la région Auvergne-Rhône Alpes ; Décibels ! dont les programmes mettent en lumière les qualités cinématographiques des clips musicaux ; et enfin le prix du public européen. Pour la traditionnelle carte blanche, le festival s’est tourné vers la maison de production Ikki Films, dont les spectateurs.rices ont pu découvrir l’univers l’an dernier, avec Mouton, loup et tasse de thé de Marion Lacourt qui figurait en compétition nationale.

copyright Ikki Films

Quant aux jurys il faut noter qu’il est cette année composé, pour les compétitions nationales et internationales et le Labo, d’une écrasante majorité de femmes professionnelles du cinéma. Le jury international compte ainsi parmi ses membres le producteur Bernard Faivre, la productrice, scénariste et programmatrice Pascale Faure et les réalisateurs.rices Bérangère Mc Neese, Anthony Nti et Hefang Wey. Du côté du jury national c’est Sigrid Bouaziz, Pierre-Dominique Burgaud, Judith Henry et Foued Mansour qui présideront cette compétition. Enfin le jury du Labo, qui réunit chaque année des artistes de multiples horizons, sera présidé par la chanteuse, compositrice et interprète, Jeanne Added, accompagnée de la réalisatrice Juanita Onzaga et Christine Ott, musicienne et arrangeuse qui a notamment collaboré avec Claire Denis.

Soirée d’ouverture  : garder le contact

Pas de double programme cette année pour la cérémonie d’ouverture, qui se tient d’ordinaire en deux temps à la salle Jean Cocteau, mais un programme de six courts-métrages. Les organisateurs.rices du festival ont choisi de conserver l’identité de cette soirée qui met en lumière les univers des jurys du festival. Les spectateurs.rices en ligne hier soir ont ainsi pu découvrir, sur la plateforme du festival, Le Chant d’Ahmed de Foued Mansour et Chroniques du Pont d’Hefang Wey, toustes deux jurys de la compétition nationale et internationale.

En ouverture de cette cérémonie, les spectateurs.rices ont pu découvrir un court-métrage drôle et cynique sur les sentiments éveillés par l’expérience du confinement, réalisé par Sébastien Betbeder à qui l’ont doit la comédie amoureuse sensible, 2 automnes 3 hivers. La cérémonie s’est poursuivie avec Zygomatiques de Stephen Cafiero, un court-métrage dystopique dans lequel le réalisateur imagine une société sans humour dans laquelle un seul homme a la capacité de rire et devient l’objet de recherches scientifiques. Avec The External World, deuxième court-métrage d’animation de la sélection, David O’Reilly a plongé les spectateurs.rices dans un univers pop acide et violent qui questionne les limites de la représentation de la violence, notamment lorsqu’il s’agit d’images animées. Enfin la cérémonie s’est achevée avec la projection du clip Rone-Room with a view, réalisé par (LA)HORDE – Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel qui accompagne le compositeur dans ce spectacle musical et dansé que l’on espère voir bientôt sur scène.

En attendant, les spectateurs.rices ont toute une semaine devant elle.eux pour se plonger dans la programmation de cette édition clermontoise, dont le maintien est plus que jamais essentiel, pour soutenir les artistes et les professionnel.le.s des métiers du cinéma et continuer à se retrouver autour des images.  

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA