MUSIQUESTYLE

Zoom sur Sky Ferreira

Collage : Mélody Aubert

Sky Ferreira promet la sortie imminente d’un nouvel album très (trop) attendu depuis Night Time, My Time en 2013. Elle répond aux fans qui s’impatientent que cet album «  n’aurait pas pu paraître sous la présidence de Trump  ». Un titre inédit Downhill Lullaby sert de mise en bouche. En attendant la sortie de Masochism, plongeons dans une rétrospective musicale (et stylistique) de l’artiste et icône de la tendance expurgée «  soft-grunge  ».

As If !

Sa carrière musicale débute avec des sonorités électro-pop, emblématiques des débuts de la décennie 2010. Après avoir signé avec Capital Records en 2011, Sky, (alors âgée de 19 ans) sera formatée par l’A&R du label afin de correspondre au produit issu d’un marketing bien huilé. De cette collaboration naît un EP, As If  !, comprenant des titres comme Sex Rules aux paroles évocatrices (We are animals, No matter what we deny, Our bodies strong like magnets), qui lui offriront une exposition timide. Le titre sera utilisé pour la campagne de pub One de Calvin Klein, en plus de la participation de Ferreira en tant que mannequin. Après ces quelques titres anecdotiques, le label se séparera de son jeune talent. Cette annonce ne fera qu’exacerber l’envie d’indépendance et besoin d’affranchissement de l’ingénue.

Côté look, elle arbore de très longs cheveux blonds cendrés (naturels) ainsi qu’une garde-robe aux accents vintage-grunge-destroy, axée sur les années 80-90. Ses inspirations sont Joan Jett, Siouxsie Soux, en passant par Alice aux Pays des Merveilles et Brooke Shields. Parmi ses designers favoris figurent alors Chrissie Miller et Vivienne Westwood. Bottes montantes à lacets, imprimé léopard, collants faussement déchirés, accessoires cloutés, rouge à lèvres rouge pimpant et crayon noir dans la muqueuse soulignant ses jolis yeux verts sont les éléments formant sa panoplie.

Ghost

Ce qui avait été annoncé initialement comme un album sera finalement un EP de 5 titres Ghost. Sorti en 2012, celui-ci marquera le début de collaborations avec des pointures telles que Shirley Manson (leadeuse du groupe Garbage) ou encore Devonté Hynes (plus connu sous le nom de Blood Orange). Les influences musicales apparaissent nombreuses et diverses. Bien que la prédominante soit la synth-pop, on y trouve des éléments grunge (Red Lips), acoustique (Sad Dream) et new-wave (Everything is Embarrasing). La versatilité de la jeune Sky s’exprime à travers ces différents genres et des paroles qui témoignent d’une maturité émotionnelle et d’une forte empathie. Les critiques s’accordent à dire que c’est un bon projet (certaines lui reprocheront cependant un manque de cohérence) et que le potentiel de l’artiste reste à exploiter.

Côté look, la pochette en noir et blanc de l’EP (photographiée par Hedi Slimane) dévoile sa nouvelle chevelure blonde peroxydée. Ce changement capillaire peut être perçu comme un signe de renouveau et une forme de réapropriation du corps. Veste en jean courte, chemise en flanelle superposée sur une robe babydoll à motif fleurie, elle incarne alors la mode « soft-grunge » née et propagée sur Tumblr à l’aube des années 2010.

Night Time, My Time

Suite à de nombreux désaccords avec son label de l’époque (Polydor), Ferreira financera elle-même les dernières sessions studios d’enregistrement, grâce à l’argent qu’elle aura gagné du mannequinat, pour finaliser ce qui sera son premier (et unique) album Night Time, My Time. Un titre qui parlera aux fans de Twin Peaks puisqu’il est tiré d’un dialogue entre Laura Palmer et Donna Hayward du film Twin Peaks  : Fire Walk with Me. La réussite de cet album réside d’abord dans son universalité, il conte les vérités d’une jeune femme de 21 ans dans un monde hostile, celui de l’industrie musicale et du monde au sens plus large. Si certains titres synth-pop comme I Blame Myself ou You’re Not The One sont calibrés pour plaire au plus grand nombre – même aux oreilles les plus candides -, d’autres comme Kristine ou Omanko qui flirtent avec la noise-pop semblent destinés à un auditoire plus averti. Le rendu est efficace  : la musique est incisive, les paroles mélancoliques et cyniques réussissent à traduire avec justesse une personnalité tiraillée, la voix va tirer dans les graves avec un contralto sublime. On ne peut évidemment pas passer à côté de la pochette (sélectionnée aux dépens du label) par Gaspard Noé. Elle dévoile Sky torse nu qui adopte un regard sinistre derrière la vitre d’une douche. «  Mon expression sur cette photo reflète l’état d’esprit dans lequel j’étais ce jour-là. Je traversais une période très difficile  » déclarera-t-elle. «  La nudité ne devrait pas être un problème  ». Huit ans plus tard, la pochette en question est toujours censurée, les tétons féminins demeurant considérés comme des organes sexuels dans les médias.

Côté look, c’est le plus souvent en robe nuisette, parka kaki oversized et les cheveux châtain foncé que la chanteuse se présente en 2014. Muse de Saint Laurent en 2013, elle ajoutera ne pas toujours avoir les moyens d’acheter la marque (malgré les -50 % auquel elle a droit dans toutes les boutiques) car les frais d’essence en tournée sont à sa charge. Elle décrit un passage dans une de ces boutiques : « Lorsque ma carte est refusée je suis terriblement gênée. Encore plus lorsque la vendeuse dit « Vous êtes Sky, vous êtes dans la publicité ».

Masochism

Fait rare dans l’industrie actuelle et à l’ère de l’instantanéité des réseaux-sociaux, Sky Ferreira repousse indéfiniment la sortie de son second album depuis plus de 6 ans. Rare d’autant plus quand il s’agit d’une néo-artiste pour qui il reste encore à établir et à affirmer une véritable direction artistique. Malgré l’anticipation et la pression des fans, Ferreira ne se désarme pas et prends le temps de façonner ce qui, à coup sûr, sera un projet abouti. Sa nature perfectionniste la pousse à privilégier l’art à la productivité. Elle justifie l’attente en déclarant que «  ce n’est pas un choix  » et que de multiples facteurs ont contribué au report de l’album, notamment celui d’une personne de son label ayant fait échouer une collaboration avec Mike Dean (directeur musical de Kanye West). Le premier single Downhill Lullaby  est une sorte de berceuse gothique qui va au rythme de violons enivrants et d’une basse lourde rappelant les profondeurs obscures d’un lac dans la nuit. Le producteur du morceau n’est autre que Dean Hurley, directeur de la musique de Twin Peaks ; série dans laquelle elle a pu faire une apparition remarquée en 2017. Quant au sur-attendu Masochism il sera majoritairement auto-produit, écrit en collaboration avec (entre-autre) l’artiste dream-pop Tamaryn et Jorge Elbrecht. La pochette est signée Tyler Kohlhoff (qui n’est pas sans rappeler la pochette de l’album Floating Into the Night de Julee Cruise) Sky est au centre, comme unique point incandescent baignée dans un abîme infini. Malgré les nombreux tumultes liés à la mise au monde de cet album, le produit final sera probablement une véritable réussite. Une version plus sombre, plus mature de Night Time, My Time, Masochism devrait être la suite narrative du premier album.

Côté look, l’imaginaire masochiste (référence évidente au titre de l’album) avec les gants en latex noir est capturé dans un photo-shoot par Tyler Kohlhoff. Bien que l’univers visuel soit associé au masochisme, Sky précise à propos de l’album « Je ne veux pas révéler grand-chose. Cependant, le titre ne parle pas de sadisme et de masochisme. Le titre n’est pas du tout sexuel. Il s’agit plus de masochisme émotionnel. »

En résistant à la pression et en gardant ses distances lorsqu’elle l’estime nécessaire, Sky promet une oeuvre à la hauteur de ses ambitions. Si Night Time, My Time reste à ce jour l’un des projet alternatif-rock les plus réussis des années 2010, tout repose désormais sur le prochain joyaux Masochism de celle pour qui Debbie Harry déclare «  être l’une des rares personnes à pouvoir tout faire. »

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in MUSIQUE