CINÉMA

(Re)Voir – « Un Conte de Noël » : S’aimer et se déchirer

© Bac films

Jusqu’au 31 janvier prochain, la plateforme de streaming France.tv met à disposition gratuitement le septième long-métrage du réalisateur Arnaud Desplechin. L’occasion de revoir ce chef-d’œuvre du cinéma français, nommé en sélection officielle à Cannes l’année de sa sortie. 

Un Conte de Noël raconte les tourments et les déchirures d’une famille du Nord de la France. Les parents, incarnés par Catherine Deneuve et Jean-Paul Roussillon ont deux enfants. L’aîné tombe gravement malade et seule une greffe peut le sauver  ; dans la famille, personne n’est compatible. Le couple décide de faire un autre enfant, dans l’espoir que celui-ci puisse sauver le premier. C’est ainsi que naît Henri, le vilain petit canard de la famille Vuillard. Henri n’est pas compatible et l’aîné meurt. Le couple fait un nouvel enfant, Ivan naît.

Le film s’ouvre sur l’élaboration de ce schéma familial compliqué, qui sera la genèse et le fil conducteur de l’histoire. La sœur aînée, interprétée par Anne Consigny, décide un jour de renier son frère Henri, soupçonné de n’avoir apporté rien d’autre que du malheur au sein du foyer. Henri est alors honni, déclaré persona non grata, jusqu’à ce que la mère, Junon, tombe gravement malade et ait besoin, à son tour, d’une greffe de l’un de ses enfants. 

Une écriture somptueuse

La force de ce film réside dans la finesse de l’écriture d’Arnaud Depleschin, régulièrement plébiscitée par la critique. Dans son film, la caricature n’existe pas et chaque personnage est un nuancier de sentiments et d’émotions souvent contradictoires  : le réalisateur croque avec justesse la condition humaine.

Les dialogues sont plus proches du théâtre que du cinéma et sonnent pourtant vrai dans la bouche des différents personnages du film. L’écriture est élégante, le style recherché, ce qui n’est pas sans rappeler les dialogues des films d’Éric Rohmer. 

Le réalisateur met en place des scènes sur le mode du confessionnal, comme des didascalies dans lesquelles les personnes confient des émotions qui se répondent. Les différents membres de la famille se haïssent autant qu’ils s’aiment et font face aux malheurs de la vie avec panache. 

Un film choral atypique

Le film d’Arnaud Desplechin est aussi porté par une distribution prestigieuse  : Mathieu Amalric, acteur fétiche du réalisateur, dans son rôle d’éternel intellectuel fantasque et névrosé, toujours accompagné d’Emmanuelle Devos, qui apparaît également dans d’autres films du réalisateur. D’autres grands noms du cinéma d’auteur français figurent aussi au casting  : Catherine Deneuve et sa fille Chiara Mastroianni, Melvil Poupaud, Jean-Paul Roussillon ou encore Anne Consigny. 

Ces acteurs, pour la plupart issus du cinéma d’auteur français, donnent une tonalité dramatique supplémentaire au film et aux errances des différents personnages. 

En définitive, Un conte de Noël est une merveille du cinéma de Desplechin et se hisse sans effort au rang de classique du cinéma. À voir ou à revoir, sans modération.

Auteur·rice

Journaliste

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA