MUSIQUE EN BREF – Fin d’année douce amère

Toutes les deux semaines, les journalistes de Maze vous proposent un tour d’horizon des albums et EP qui ont fait l’actualité musicale.

LAVENDER – My Soul Is Not For Sale

Après deux EP, Lavender sort son premier album chez le tout jeune label parisien Abri. Sa musique est un alliage complexe de rock, de soul, de trap qui lui permet de développer un style particulier qu’il qualifie de rock808 — en référence à la célèbre boîte à rythme de Roland, la TR-808. My Soul is not for sale a ce ton léger et vaporeux qui rappelle volontiers les compositions de King Krule, sur les morceaux In My Hand ou Should It Be The Same et leurs guitares aériennes. Pour autant, grâce à une rythmique solide et une maitrise de l’auto tune, Lavender donne aussi un aspect plus sérieux, sombre, punk à sa musique, le rapprochant de certaines production du rap américain, notamment de Kanye West. À l’arrivée, les styles et influences qui se croisent sont nombreux mais le résultat est parfaitement cohérent, mature et maitrisé.

Sortie le 18 décembre

Coup de cœur : Blood Pressure

Victor Costa

Four Tet – Parallel / 871

C’est une sortie inattendue que nous a imposé Four Tet en ce 24 décembre. Deux nouveaux albums, Parallel et 871, quelques mois après le superbe et mouvant Sixteen Oceans. Parallel se veut moins pluriel, moins ambitieux, prenant plutôt la forme d’une belle mixtape menée d’un seul et même fil dans une constance agréable à l’oreille. Les choix de matières sonores sont cette fois plus synthétiques qu’organiques. L’artiste y mêle des mouvements aussi bien ambiant, qu’issus de la drum’n bass. Sur 871 il expérimente, joue sur des cordes épaisses et limpides, créant une symbiose vibrante – comme sur le titre 0000 871 0010, un des seuls longs formats de la composition. En faisant le choix de partitions courtes il laisse une place très juste à l’expérimentation, et ainsi, d’une certaine façon, à une vaste palette d’émotions sonores. Ces deux albums sont disponibles directement sur le Bandcamp de l’artiste britannique.

Sortie le 24 décembre

Coups de cœur : Parallel 4, 0000 871 0012

Caroline Fauvel

Paul McCartney – McCartney III

Toujours aussi prolifique, Paul McCartney sort l’album McCartney III. Disponible depuis le 18 décembre dernier, ce 11 titres donne une forme finale à un travail entièrement écrit, produit et réalisé par l’artiste de 78 ans. Depuis son studio de Sussex, pendant le confinement, le musicien s’est exprimé chaque jour en expérimentant à travers les paroles, et divers instruments, sans penser que cet ensemble s’achèverait par un disque. Un récit fleuve qui nous berce par ses climats variés. Des guitares effrénées, à l’instrumental de Long Tailed Winter Bird qui nous hypnotise, en passant par le rock effervescent de Find My Way, ou la folk de Pretty Boys : cet album a tout pour nous rendre heureux. McCartney III vaut le détour rien que pour le morceau Deep Deep Feeling, un titre de plus de 8 minutes, profond et limpide qui ne manquera pas d’en faire frissonner plus d’un. Une belle conclusion à la trilogie amorcée avec McCartney en 1970, il y a près de 50 ans.

Sortie le 18 décembre

Coup de cœur : Deep Deep Feeling

Manon Vincent

Alpha Wann – Don Dada Mixtape Vol 1

«  Certifié disque roro sans entrer dans la playlist de Laulau. Si j’l’ai fait, tu peux l’faire, qualité en guise de promo. », défend Alpha Wann sur le titre apdl, présent sur la Don Dada Mixtape Vol 1 sortie en cette fin d’année. Au détour d’une énième pique envers Skyrock et l’industrie mainstream, le rappeur revendique une pratique underground reconnue et encensée uniquement pour la vertu de son art. UMLA, premier album sorti en 2018, avait couronné d’or le rappeur et contribué à hisser son artisanat technique sur le devant d’une scène où le mystérieux Alpha détonne. Après une promo discrète et paradoxalement très relayée, la Don Dada mixtape a affolé son auditoire. Néanmoins, ici il ne s’agit en rien d’un projet solo. Le disque est un concentré collaboratif issu du label Don Dada, entre titres fleuves et tours de passe-passe. Les invités y sont de renom : Infinit’, Freeze Corleone, Lesram, Veust, K.S.A, Kalash Criminel, 3010, Deen Burbigo, Kaaris, Ratu$… Un casting grisant soupoudré du retour remarqué et remarquable de Nekfeu, présent sur quatre titres. Mention spéciale à l’esthétique léchée du projet et au travail prodigieux et revendicateur de Raegular qui nous offre une pochette d’album physique digne d’une composition sur toile.

Sortie le 18 décembre

Coup de cœur : Pistons vs. Pacers , carrelage italien

Inès Zeghloul

Serpent – Time For a Rethink (EP)

Après deux albums plutôt bien réussis Mathieu Lescop revient avec un nouveau projet intitulé Serpent. Ce premier EP, aux sonorités très Talking Heads, nous présente une musique post-punk saupoudrée de riffs funky et dansants. Nous sommes comme transportés dans la scène rock mancunienne des années 70-80 où le groupe pourrait littéralement avoir sa place chez Factory Records. Adieu la langue de Molière, si douce dans ses projets solo, il laisse place à celle de Shakespeare. Le groupe parle de « retrouver l’excitation jouissive de l’électricité, de l’écriture collective et intuitive ». Tel un reptile devant sa proie, la formation compose à l’instinct et nous présente une musique qui s’adresse directement à notre cerveau reptilien. Une post-punk efficace qui ne demande qu’a entre entendu au fond d’un rade humide et sombre où la bière coule à flot.

Sortie le 18 décembre

Coups de cœur : Love/hate

Thomas Soulet

Caroline Fauvel

LILLE

Du cinéma et de la musique - Master Métiers de la Culture

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.