MUSIQUE EN BREF – Valse d’automne

Toutes les deux semaines, les journalistes de Maze vous proposent un tour d’horizon des albums et EP qui ont fait l’actualité musicale.

Sebastien Tellier – Simple Mind

Alors que les salles de concerts sont malheureusement portes closes du fait de la pandémie, Arte a organisé des concerts diffusés en streaming ce vendredi. Au programme : Prudence, Arlo Parks, et Sébastien Tellier. Le grand barbu iconoclaste a défendu son nouvel album Simple Minds paru aussi ce vendredi, dans lequel il reprend ses plus célèbres compositions, notamment celles des albums Sexuality (2008) et L’aventura (2014). Accompagné de plusieurs accolytes, Sébastien Tellier réinterprète notamment L’amour et la violence, Look, Divine, Ricky l’adolescent. Le chanteur prend le soin, tout au long de l’album, de détacher les mots, qui ne sont accompagnés que par des compositions plus organiques et émouvantes. Le piano et les cordes s’étirent, faisant ressortir encore un peu plus la poésie et la sensualité des morceaux originaux.

Sortie le 13 novembre

Coups de cœur : Fingers of steel, L’amour et la violence, Comment revoir Oursinet ?

Victor Costa

This Is The Kit – Off Off On

La formation leadée par Kate Stables continue depuis 2008 à produire un rock folk à la sobriété et à l’efficacité transcendante. C’est surement ça qui nous a le plus convaincu dans ce sixième album, la simplicité évidente et solaire avec laquelle les voix et les instruments se développent dans une seule et même symbiose. Chaque partition semble se décliner telle une progression délicate comme sur Started Again, ou sur Was Magician. Les cuivres apportent une teneur toujours bienvenue et inattendue à des morceaux d’apparences très classiques – ce qui n’est pas sans nous rappeler le travail de Kate Stables auprès de cabane. Off Off On s’immisce ainsi sans mal dans nos esprits et nos playlists suggérant une poésie sincère et accomplie.

Sortie le 23 octobre

Coups de cœur : Carry Us Please, Shinbone Soap, Was Magician

Caroline Fauvel

Molchat Doma – Monuments

Après avoir été ré-édité par le label américain Sacred Bones Records au début de l’année – et par la même occasion popularisé en Europe et en Amérique du Nord – Molchat Doma décélère et revient avec un troisième album plus mûr et plus profond. Avec Etazhi (2018), les biélorusses nourris aux classiques de la musique synthwave et post-punk anglophone des années 1980 (Joy Division, Eurythmics) mais également soviétique (Kino, Bioconstructor) ont livré un album assez classique et efficace dans le genre. Sudno, le morceau le plus populaire de l’album, est devenu la bande originale de nombreux mèmes cette année. Mais avec Monument, Molchat Doma propose un disque plus personnel, où l’influence soviétique est beaucoup plus pregnante (sur la pochette aussi, où l’on retrouve une faucille et un marteau), avec des morceaux plus longs teintés d’une certaine mélancolie. Avec ce troisième disque, Molchat Doma s’installe donc confortablement dans le paysage des musiques actuelles, se désolant de la difficulté de porter sa musique sur scène dans un pays qui connait, à l’heure actuelle, une grave crise politique.

Sortie le 13 novembre

Coups de cœur : Ne Smeshno, Utonut

Victor Costa

Kiara Jones – Black Garden (EP)

Après avoir sorti trois morceaux remarqués, Black Garden, Sober et And I feel the Same, Kiara Jones dévoile enfin son premier EP intitulé Black Garden. La charismatique jeune femme de 27 ans nous offre un 5 titres néo-soul à souhait, groovy, nébuleux, avec une touche artistique bien à elle. Kiara Jones est reconnaissable entre mille. D’un anglais sans aucune prétention à un EP très juste, sans âge, Black Garden n’est d’aucun mimétisme mainstream. La special touch ? Des chœurs semblant porter les morceaux sans envolée, tout en les parsemant d’une touche de fantastique qui ravit notre oreille musicale. Si les titres Black Garden et Sober sont oniriques à souhait, Not today, And I feel the same et Another day sont des petites bulles funky énergisantes. Mention spéciale à la musicalité générale de l’EP entremêlant les instruments, des claviers aux basses sensuelles, aux sonorités à la fois vintages et carrément néo-soul anglo-saxonne. Une douceur pour vos playlists automnales.

Sortie le 6 novembre

Coups de cœur : Another day

Inès Zeghloul

Prudence – Be Water (EP)

On ne croyait pas si bien dire en avançant que le projet d’Olivia Merilahti était prometteur lors de la sortie de Never With U en mars dernier. Be Water est le titre de son premier EP, quatre morceaux et un remix du Français Kiddy Smile. L’artiste distille en solo une pop sombre et électrique que sa voix vient continuellement nuancer et magnifier. C’est cette voix qui se pose au premier plan aussi bien en français sur Offenses, qu’en anglais sur les autres titres. Prudence suggère aussi de nouvelles alternatives esthétiques assumées qui ne font qu’appuyer la dimension singulière des sonorités produites, c’est un travail complet et complexe qui gagne à être connu. On vous invite d’ailleurs à découvrir et re-découvrir sa performance lors du ARTE Concert Festival à la Gaîté Lyrique qui fait véritablement honneur à cet EP.

Sortie le 4 novembre

Coups de cœur : Be Water, More Love – Don’t Go Home

Caroline Fauvel

Don Turi – 54 Steps (EP)

Crescendo. Il fallait bien ça à Emiliano Turi pour progresser dans son escalier de 54 marches qui reliait son appartement à la rue. Le batteur de Jeanne Added a subi trois mois de convalescence dans un lit d’hôpital avant de reprendre possession de son corps dans un monde confiné. La musique électronique facilite le travail en solitaire avant de reprendre le chemin des bars, des boîtes, pour retrouver la grande mobilité du corps. Emiliano propose donc un EP constitué de six titres, où la répétitivité des beats entraîne les voix dans un tourbillon comme en atteste Dark Tunnel. Il y a quelque chose de l’ordre de la libération dans ce morceau, comme un cri d’angoisse maîtrisé par la musique. C’est bien une montée en puissance que nous propose le projet de Don Turi, avec ce titre d’ouverture sublime. Le deuxième morceau, Bambini Sperduti, a la gueule d’un manifeste. Les rythmes déraillent, accentuées par les boucles électroniques parfois agressives. C’est un torrent de sonorités qui témoigne d’un goût pour l’expérimentation, pour la confrontation des genres ainsi qu’une connaissance profonde de l’histoire de la musique. La fenêtre contemplée par l’artiste pendant sa convalescence lui a été bonne conseillère. 

Sortie le 16 novembre

Coup de cœur  : The Window

Clément Simon

Dogs For Friends – I’ll Pet U 4 Ever (EP)

Avec ce nouvel opus de six titres, le groupe d’Angers Dogs For Friends s’inscrit dans la lignée de son premier EP, Fatboy, sortie l’année dernière. Un chemin semé de synthétiseurs, de guitares lancinantes, et mélodies envoutantes. Sublime et harmonieux, tout semble être dosé à la quasi-perfection. Trois titres ont déjà été dévoilés ces deniers mois, dont Make It Your Own. La chanson est accompagnée d’un clip fascinant, réalisé par Nina Faustine Touches & Robin Alliel, où y rayonne La Gouvernante. Les sons à la pop magnétique et aux paroles amoureuses s’enchainent avec fluidité, rythmés par une voix qui nous conforte. I’ll Pet U 4ever attrape vos cœurs, vous plonge dans une petite bulle temporelle tendre et mélancolique… Il en devient votre meilleur ami pour ces prochaines semaines  ! 

Sortie le 13 novembre

Coup de cœur : Great 

Leelou Jomain

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.