La Visite Guidée – Épisode 11 : le Museo Thyssen-Bornemisza à Madrid

Museo Thyssen-Bornemisza © Hélène Desplechin

On se fait un musée ? Maze vous embarque pour une visite guidée, qu’il soit mythique comme le MET, insolite comme le Musée de la chasse et de la nature, à couper le souffle comme le Louvre Abu Dhabi ou qu’il demande encore à être connu… Épisode 11 : le Museo Thyssen-Bornemisza, musée d’art ancien, moderne et contemporain incontournable de Madrid.

Le triptyque Prado, Reina Sofía, Thyssen-Bornemisza constitue la vitrine des riches collections artistiques de l’Espagne, au sein de la capitale. Ouvert en 1992, tout comme le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, le Museo Thyssen-Bornemisza se situe à l’angle du Paseo del Prado et de la Carrera de San Jerónimo. Le bâtiment, qui abrite les collections du musée sur trois étages, n’est autre que le Palacio de Villahermosa, ancien manoir des ducs de Villahermosa, construit et rénové au XVIIIe siècle.

Les intérieurs d’une grande partie du manoir sont de style français, selon le goût de la duchesse de Villahermosa Maria Manuela Pignatelli de Aragón y Gonzaga, aussi commanditaire du remodelage néoclassique de la façade, en brique et en granit, à l’image du Museo del Prado. Des rois et des personnages emblématiques de l’Espagne ont arpenté les salles du palace jusqu’à sa transformation en musée au début des années 1990, par l’architecte Rafael Moneo. Le musée a reçu deux dons des Thyssen-Bornemisza, riche famille d’industriels allemands, en 1993 et en 2004. En tout, près de mille œuvres sont conservées au musée. Elles retracent un panorama de l’histoire de l’art compris entre le XIIIe et le XXe siècle  : de Van Eyck à Hopper, en passant par Le Caravage, Monet, Gauguin, Mondrian.

Le baron Thyssen : de la passion au musée

Le centenaire de la naissance du baron Thyssen, fondateur du musée, aura lieu en 2021. À cette occasion, le musée a ouvert une exposition dédiée à sa grande passion pour l’art moderne et, en particulier, l’expressionnisme allemand. Hans Heinrich – dit « Heini » – Thyssen a acquis, en mai 1961, une première œuvre de cette période artistique lors d’une vente aux enchères de Stuttgart. Le baron n’avait jusqu’alors collectionné que des œuvres anciennes de grands maîtres, tout comme son père. Cette œuvre, intitulée Jeune couple (1935), est une aquarelle de l’artiste allemand Emil Nolde. Heini Thyssen fut instantanément fasciné par les couleurs audacieuses et l’atmosphère si particulière émanant de l’œuvre. Cette acquisition constitue la première pièce d’une grande collection d’art moderne. À la mort de son père en 1947, il hérite d’une collection d’art en majorité constituée d’œuvres baroques et issues de la Renaissance. À l’âge de quarante ans, Heini Thyssen s’écarte de la pensée conservatrice de son père et s’inspire de ses amis Stávros Niárchos et David Rockefeller, résolument modernes.

Ernst Ludwig Kirchner, Fränzi devant une chaise sculptée, 1910, © Fundación Colección Thyssen-Bornemisza, Madrid

« J’ai commencé à penser que si les premières années du XXe siècle ont produit tant de choses importantes dans les sciences, les technologies et d’autres domaines, l’art de cette époque devait aussi être intéressant. »

Hans Heinrich von Thyssen-Bornemisza

Sous le troisième Reich, l’art expressionniste était interdit, qualifié d’«  art dégénéré  ». Le soutien d’Heini à ce mouvement participe aussi d’une volonté de restaurer l’image de la famille Thyssen, entachée par son implication financière dans l’accession au pouvoir d’Adolf Hitler. Le lourd passé familial n’est toutefois pas l’unique raison pour laquelle Heini a constitué sa collection. C’était avant tout un passionné  : il considérait l’expressionnisme comme une «  drogue  » lui procurant une «  stimulation nerveuse  » et représentative d’un «  esprit de liberté  », en rupture totale avec la tradition académique. Il trouve en Roman Norbert Ketterer une figure paternelle. Ce commissaire-priseur et propriétaire de galerie a joué un rôle important dans la réhabilitation de l’art expressionniste allemand sur le marché international. Grâce à lui, Heini découvre le travail d’Ernst Ludwig Kirchner, figure majeure du mouvement, et fait l’acquisition de cinquante œuvres expressionnistes. Les années suivantes sont marquées par l’achat d’œuvres de grands noms du dadaïsme, du surréalisme, de l’expressionnisme abstrait, du pop art.

Explorer les collections depuis chez soi

Aujourd’hui, la Fundación Colección Thyssen-Bornemisza est chargée de la gestion, de la conservation et de la diffusion de la collection d’œuvres d’art du musée, acquise en 1993 par l’État espagnol. Au début des années 2000, Carmen Thyssen-Bornemisza, veuve du baron Thyssen, augmente la collection du musée de deux-cents œuvres, dont une partie est exposée au Museu Nacional d’Art de Catalunya (Barcelone).

Visite virtuelle de la collection permanente du Museo Thyssen-Bornemisza, CdA

Le site Internet du musée propose à ses visiteurs une visite virtuelle des collections permanentes, exposées sur trois étages correspondant à trois grandes périodes –ancienne, moderne et contemporaine– de l’histoire de l’art. En cliquant sur les peintures exposées, il est possible d’en contempler les moindres détails. Le visiteur a aussi accès à des commentaires descriptifs sur les œuvres. L’actuelle exposition temporaire consacrée à l’expressionnisme allemand (27 octobre 2020 – 14 mars 2021) est accessible à la fois physiquement et virtuellement.

Museo Thyssen Bornemisza, Paseo del Prado, 8, 28014 Madrid, Espagne. Ouvert de 12h à 16h le lundi, de 10h à 19h du mardi au dimanche (nocturne jusqu’à 21h le samedi). Informations : +34 917 91 13 70

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.