Danse – le ballet de l’Opéra de Paris confiné mais pas résigné

© Julien Benhamou/OnP

Confinement oblige, l’Opéra de Paris a adapté sa programmation et décidé de présenter sa soirée «  Créer aujourd’hui  » en Facebook Live le vendredi 13 novembre. Au programme, trois pièces de Sidi Larbi Cherkaoui, Tess Voelker et Mehdi Kerkouche. «  Danser, danser sinon nous somme perdus  » disait Pina Bausch. Message reçu. 

20h, le rideau se lève ou, plutôt, l’écran s’allume. La caméra flotte dans les allées de l’Opéra Garnier, s’approche de quelques artistes et ouvreurs puis pénètre dans la grande salle où des sculptures lumineuses censées figurer un public patiente gentiment. Le spectacle peut commencer. En ligne, près de 4000 personnes sont connectées sur la page Facebook Live de l’évènement après avoir accepté de payer 4,49€ pour passer une soirée à l’Opéra – ou presque.

Créer aujourd’hui ? 

Trois pièces issues de trois univers très différents sont programmées. La première (Exposure) est de Sidi Larbi Cherkaoui, le plus expérimenté des invités de la soirée. Il propose une chorégraphie pour un groupe sur une musique de Woodkid le tout en costume Chanel. La deuxième pièce (Clouds inside) est signée Tess Voelker, une jeune américaine de seulement 22 ans danseuse au Netherlands Dans Theater.  Sur scène, un couple qui se cherche et se trouve. La dernière, et pas la moindre, est le Et si de Mehdi Kerkouche. A priori peu de choses en commun entre ces trois artistes si ce n’est la danse elle-même et, surtout, le fait de créer aujourd’hui, en plein pandémie mondiale alors qu’une partie de la population mondiale est encore confinée et que les salles de spectacle sont fermées. Alors pourquoi créer ? Pour qui ? Pour quel message, susciter quelles émotions ? Dans une petite vidéo chaque chorégraphe répond à ces questions avant le début de sa pièce, en paroles et en mouvement. Si l’exercice est traité de manière plutôt convenue par Cherkaoui et Voelker, Kerkouche se distingue par sa sincérité, une qualité que l’on retrouve dans sa pièce, de loin la meilleure de la soirée. Energique et cinématographique, la pièce fait rapidement oublier le poussif Exposure et le trop court Clouds Inside – même si cette pièce n’est pas dénuée d’intérêt surtout du point de vue de la mise en scène. 

© OnP

De TF1 à l’Opéra 

L’histoire est désormais connue. Formé au studio Harmonic à Paris, Mehdi Kerkouche fait ses armes sur des comédies musicales (Le roi soleil), sur les plateaux de TF1 pour lesquels il chorégraphie les défilés de Miss France ou l’émission Mask Singer mais aussi pour le jeu vidéo Just Dance ou auprès d’artistes comme Christine and the Queens. Un univers loin de l’Opéra de Paris dans lequel il va finalement être invité par la directrice de la Danse Aurélie Dupont qui le repère sur instagram. Un conte de fée contemporain qui se termine par le plus beau des happy end puisque Et si est une vraie réussite. Si la pièce évoque très rapidement le travail de Pina Bausch comme de Crystal Pite, Et si n’en demeure pas moins une création originale qui séduit par sa virtuosité, sa musique (composée par Guillaume Alric, la moitié du groupe The Blaze) ainsi que sa scénographie hypnotisante et très «  fin du monde  ». Une pièce aboutie sur tous les plans et une collaboration qu’on aimerait beaucoup voir se poursuivre.  

«  Créer aujourd’hui  », captation disponible jusqu’au dimanche 15 novembre pour 4,49€. En ligne ultérieurement sur France Télévisions. Durée : 1h30. Achat des places : Ballet de l’Opéra de Paris

Chloë Braz-Vieira

Rédactrice "Art". Toujours quelque part entre un théâtre, un film, un ballet, un opéra et une expo.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.