BD du mois – Pérégrinations

Chaque mois, la rédaction littérature vous offre un petit résumé de quelques nouveautés BD, fraîchement parues. Au programme pour ce mois de novembre : des romans graphiques poétiques sur la femme ou effrayant sur la forêt, deux adaptations illustrées de romans et la dernière sortie de Riad Sattouf. 

« Femmes et nos pensées au fil du temps » – Pauline Silva

La Boîte à bulles publie le 4 novembre le roman graphique Femmes et nos pensées au fil du temps, traduction d’une œuvre chilienne. Ce long poème illustré accompagne Pilar de sa naissance jusqu’au terme de sa vie, une vie dont les fragments éparpillés nous dévoilent ses pensées, ses émotions, ses découvertes dans une langue simple qui irrigue l’ouvrage comme un filet d’eau claire. Chaque page révèle une nouvelle illustration mêlant les palettes de couleurs ainsi que les médiums picturaux – aquarelle, craie ou stylo bic. Paulina Silva offre le spectacle de l’intimité d’une vie, symphonie des échos d’une expérience collective à beaucoup de femmes que la traductrice française, Véronique Massenot, rend accessible aux francophones. 

Crédits : Paulina Massot et Véronique Massenot / La boîte à bulles

Femmes et nos pensées au fil du temps, Paulina Silva et Véronique Massenot, La boîte à bulles. 20 euros 

Lisette Pouvreau

« L’Effet mère et les non-enfants » – Hélène Defromont

L’Effet mère et les non-enfants, paru le 13 novembre aux éditions L’Œuf, interroge le désir de maternité en sondant les émotions d’une femme à diverses étapes de sa vie. Il arrive, comme ici, que la pulsion maternelle – ou paternelle – ne germe pas et la narratrice, la mère des non-enfants, relie ses souvenirs et ses pensées à la lumière de cette absence. Ce roman graphique, parsemé de dessins aux formes abstraites et poétiques, emmène le lecteur dans un voyage autour de l’enfance et de l’âge adulte : ce temps où c’est au tour de la petite fille de jadis de faire, ou de ne pas faire, un enfant. 

Crédits : Hélène Defromont/Éditions de l’Œuf

L’effet mère et les non-enfants, Hélène Defromont, Editions L’Œuf. 20 euros.

Lisette Pouvreau

« L’Arabe du futur 5 » – Riad Sattouf

Ça y est, le tant attendu tome 5 de l’Arabe du Futur est sorti aux éditions Allary. Plus sédentaire que les précédents, ce numéro suit l’adolescence en Bretagne de l’auteur Riad Sattouf entre 1992 et 1994. Terminant son collège à Rennes, le personnage évoque sa découverte de la BD, de la littérature d’horreur et de la musique grunge. Il nous parle également de l’angoisse vécue par sa famille après que son père a emmené sans prévenir le cadet de la fratrie. 

Crédits : Riad Sattouf / Allary Editions

L’Arabe du futur 5, Une jeunesse au Moyen-Orient, Riad Sattouf, Allary Editions. 22,90 euros

Marthe Chalard-Malgorn

« Vernon Subutex » – Luz et Virginie Despentes

Après avoir été adaptée en série l’année dernière sur Canal +, la trilogie Vernon Subutex est ce mois-ci réécrite sous forme dessinée. Et qui de mieux que Luz, ex caricaturiste chez Charlie Hebdo et habitué du magazine Fluide Glacial, pour mener à bien cette transposition ? Une adaptation née sous le signe d’une vraie collaboration : déçue par la version en série de son roman, Virginie Despentes a elle-même proposé au bédéiste de croquer les errances parisiennes de Vernon Subutex, ex-disquaire sans le sou mis à la porte de chez lui. Dans ce projet à quatre mains donc, se mêlent le trait léger et inventif du caricaturiste et le texte incisif de Despentes, librement adapté pour la BD. Une occasion de (re)découvrir la galerie des personnages de cette histoire en quelques 304 pages !

Crédits : Luz et Virginie Despentes / Editions Albin Michel

Vernon Subutex, tome 1, Virginie Despentes et Luz, Albin Michel. 29,90 euros

Anaïs Dinarque

« La Forêt » – Thomas Ott

Thomas Ott est passé maître dans la technique de la carte à gratter. Sous son cutter, les ombres se font plus sombres, les formes plus étranges, les sous-bois plus effrayants. Inspiré du graveur belge Frans Masereel et de ses 25 images de la passion d’un homme (1918), Ott nous prouve une nouvelle fois avec La Forêt que « le beau est toujours bizarre ». En suivant ce petit garçon échappé d’une maison endeuillée toujours plus loin dans la forêt, on se rappelle en frissonnant les plus sombres contes de notre enfance…

Crédits : Thomas Ott / Editions Martin de Halleux

La Forêt, Thomas Ott, Les Editions Martin de Halleux. 22 euros.

Anaïs Dinarque

« Des Souris et des hommes » – Rebecca Dautremer et John Steinbeck

En choisissant la nouvelle la plus évocatrice des « bitter years », l’illustratrice Rebecca Dautremer livre ici un roman graphique dense, restituant avec justesse l’ambiance et l’imagerie des années 30 indissociable des photographies de Dorothea Lange et de la peinture de Grant Wood. Des références qui trouvent écho dans l’univers visuel de cette œuvre qui rappelle la photographie et les publicités d’époque. Il fallait le talent d’une des plus célèbres illustratrices françaises pour magnifier le texte et proposer ce fabuleux voyage dans le monde de Steinbeck. 

Crédits : Rébecca Dautremer / Editions Tishina

Des Souris et des hommes, Rébecca Dautremer & John Steinbeck, Éditions Tishina. 37 euros.

Benjamin Mazaleyrat

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.