ART

Planète vivante, une immersion au cœur de la biodiversité

première salle de l'exposition
© Institut royal des Sciences naturelles de Belgique

Selon vous, la baleine est plus proche du requin, du phoque, ou de la girafe ? La réponse peut être surprenante, mais oui, c’est bien de la girafe. Pour mieux comprendre la parenté des espèces, l’exposition permanente « Planète vivante » ouvre ses portes à l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique.

L’exposition débute sur un « wouah  » pour le visiteur comme l’explique Cécile Gerin, muséologue. Selon elle, il n’y a pas d’autre mot pour marquer la surprise de la première salle – près de 850 espèces sont rassemblées sur deux étages. La visite s’ouvre sur une immense pièce où les animaux de chaque continent sont mélangés pour donner un effet de surprise au public : les renards cohabitent avec les pandas, les girafes avec les paons, ou encore les sauterelles avec les poules. Un grand nombre des animaux présents provient de différentes collections mises de côté pendant des années dans les musées et d’autres ont été naturalisés plus récemment.

©Institut royal des Sciences naturelles de Belgique

« Nous avons également reçu des animaux morts du zoo d’Anvers et des centres de revalidation pour animaux »

Ellen Carlier – taxidermiste

L’objectif de ce mélange d’espèces est de mettre en avant le foisonnement de la biodiversité sur plus de 2000 m² d’exposition.

« Planète vivante » ce n’est pas seulement un ensemble d’animaux naturalisés. La galerie joue sur des projections pour rendre vivant les murs. En un instant, nous pouvons être plongés au cœur de la toundra et quelques pas plus loin se trouver sous d’immenses vagues de l’océan. Ces animations se focalisent sur la beauté de la nature qui peut à tout moment disparaitre.

Une exposition pédagogique et ludique

Si la première salle est seulement une surprise pour les yeux, la suite de la visite se veut plus ludique. De nombreux jeux sont accessibles pour les plus jeunes, comme par exemple, retrouver la bonne parenté entre plusieurs espèces, dans quel milieu doit vivre tel animal, etc. Quelques écrans tactiles sont présents au fil de la visite. Les informations présentes sur ces écrans sont des jeux pédagogiques qui permettent de mieux comprendre les caractéristiques de chaque espèce. Grâce à ces jeux, il est possible de mieux comprendre le lien entre une baleine et une girafe. En raison de la crise sanitaire certains jeux du parcours ne sont malheureusement plus accessibles. C’est le cas des petites boîtes noires où il faut plonger la main pour retrouver à qui appartient la patte.

En plus du parcours de jeu pour les enfants, l’exposition propose des témoignages audios et des vidéos pédagogiques pour les adultes dans la dernière salle de l’exposition. Cette salle, au premier étage, permet de comprendre comment la nature reprend ses droits malgré des tempêtes, des incendies ou encore les changements climatiques. L’exposition ne se veut pas moralisante pour le visiteur, mais plutôt pédagogique, afin qu’il soit sensibilisé à l’environnement.

© Institut royal des Sciences naturelles de Belgique

Sensibilisation à la protection de la nature

Une sensibilisation nécessaire si nous voulons éviter que la disparition de la biodiversité ne s’accélère encore. Pour Caroline Nieberding, professeure d’écologie terrestre, depuis le milieu des années 1990 l’accélération de la 6ème extinction est en cours.

« Dans trente ans on aura perdu 1 million d’espèces, c’est-à-dire, 10 % des espèces qui existent sur terre. Et ce sont les espèces de grosses tailles qui risquent de disparaitre en premier, comme les éléphants, les baleines, tous les gros mammifères qu’on voit dans l’exposition. »

Caroline Nieberding – Professeure d’écologie terrestre

Sur terre il existe encore un grand nombre d’espèces, cependant, c’est le nombre d’individus qui les composent qui diminue à vue d’oeil. De plus, certaines espèces ont besoins d’autres espèces pour survivre, c’est le cycle de la vie. La galerie se termine par un point de vue plus scientifique et tente de mettre en avant des solutions environnementales. En sensibilisant les enfants, les parents sont eux même sensibilisés aux changements de la biodiversité.

Du puceron de trois millimètres à la baleine de 23 mètres, l’exposition explore les liens entre les espèces pour nous familiariser à la biodiversité de notre terre. Mieux comprendre la planète, c’est mieux la protéger.

Musée des Sciences Naturelles – “Planète vivante” exposition permanente. Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h. Tarif : 7 euros adulte et gratuit pour les moins de 6 ans, adresse : Rue Vautier 29, 1000 Bruxelles, Port du masque obligatoire à partir de 12 ans. Informations et billetterie en ligne.

Auteur·rice

You may also like

More in ART