La Visite Guidée – Épisode 10 : La Cinémathèque française à Paris

Légende : La Cinémathèque française pendant l’exposition « Mômes & Cie », Paris 2017. Source : Capelle Tourn / Ooshot / CRT Paris Ile-de-France.

La Cinémathèque française pendant l’exposition « Mômes & Cie », Paris 2017 © Capelle Tourn / Ooshot / CRT Paris Ile-de-France

On se fait un musée ? Maze vous embarque pour une visite guidée de musée, qu’il soit mythique comme le MET, insolite comme le Musée de la chasse et de la nature, à couper le souffle comme le Louvre Abu Dhabi ou qu’il demande encore à être connu… Épisode 10 : la Cinémathèque française, au cœur du septième art.

Au sein du parc de Bercy se déploie, enveloppée dans son cocon de pierre et de verre signée Frank Gehry, une institution muséale et culturelle étonnante. Inaugurée en 1936 par Henri Langlois, instigateur de la conservation et la restauration de films, la Cinémathèque française naît d’une volonté de démocratiser une forme d’art du spectacle jeune par une diffusion et une accessibilité pour tous les publics, tout en préservant films, machines, objets et supports physiques en œuvre dans le processus créatif du cinéma. Ce lieu unique et inspirant, aujourd’hui devenu monument de la conservation et de la diffusion cinématographique, ouvre ainsi les portes des salles obscures et dévoile les coulisses magiques de la fabrique de l’imaginaire, à destination des néophytes autant que des fervents amoureux du cinéma.

Triple lanternes magiques conservées dans les réserves de la Cinémathèque française © Radio France – Héloïse Erignac

La Cinémathèque constitue un espace d’exposition ludique pour petits et grands, mettant en scène mythes (Exposition « Vampires : de Dracula à Buffy »), héros (Rétrospective « Révoltes sexuelles, révolutions visuelles, 100 ans de cinéma arc-en-ciel ») et façonneurs (Exposition « Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste  ») du grand mais aussi du petit écran. Au cours de sa déambulation, le visiteur plonge dans l’univers des long-métrages qui ont marqué l’Histoire du Cinéma par le biais d’expositions originales et immersives, où s’entrecroisent reconstitutions de décors, artefacts et accessoires de films et séries cultes. 

Le musée du Cinéma, dont la réouverture sous le nom musée Méliès est prévue dès janvier 2021, sert quant à lui d’écrin à l’exposition permanente et nous laisse de même découvrir quantité d’images d’archives, objets, storyboard, rush, costumes, affiches, dessins, des films les plus iconiques. Quel plaisir de découvrir au cœur de la collection, le sourire de la tête momifiée de Mme Bates (Psychose de Alfred Hitchcock, 1960) ou encore la peau d’âne arborée par Catherine Deneuve dans le fameux film éponyme (Jacques Demy, 1970) ! Tout comme de regarder et tester les premières machines de projection d’images qui inaugurent les débuts du cinéma à la fin du XIXe siècle : du Kinétoscope d’Edison au Cinématographe des frères Lumière, en passant par les lanternes magiques et les premiers effets spéciaux.

Exposition « Il était une fois Sergio Leone » présentant les affiches de Pour une poignée de dollars ainsi que le fameux poncho porté par Clint Eastwood dans le film © Arts in the City

Parmi les dernières salles de France à diffuser des longs et courts-métrages sur bobine, les salles de cinéma de la Cinémathèque regorgent de trésors et curiosités cinématographiques finement sélectionnées. Notons les superbes soirées spéciales intitulées « Cinéma Bis  » au cours desquelles sont projetées des pépites eighties de séries B ou Z, «  bizarres, fantastiques, d’horreur ou érotiques  », tirées du cinéma de genre et d’exploitation le plus underground et absurde qui soit. Au fil du visionnage de ces ovnis vintage et kitchissimes un temps oubliés, se mêlent de manière incongru space opera et western spaghetti sur fond de synthé et décors en carton-pâte, pour notre plus grand plaisir. 

Outre nous en apprendre plus sur l’œuvre de grand.e.s cinéastes et compositeur.trice.s à travers des rétrospectives qui nous emmènent jusqu’au bout de la nuit, il est également possible d’assister à des avant-premières et des master class, disponibles aussi en ligne. Certains films sont d’ailleurs directement disponibles en ligne, sur la base de données doucement nommée « Henri » , en hommage au cher fondateur de la Cinémathèque française. Libre à chacun d’opter pour une projection privée et cosy d’un film choisi avec soin à la Bibliothèque du Film, pour une séance à la carte. 

Exposition « Stanley Kubrick » présentant l’affiche du film Lolita, Paris, 2011 © Abaca

La Cinémathèque constitue un lieu définitivement singulier, chaleureux et qui ne cesse de susciter notre curiosité, que l’on soit cinéphile ou non, à conseiller aux passionné.e.s des salles plongées dans la pénombre et aux amateurs de lumière, artifices, strass et paillettes. Nous recommandons chaudement la belle programmation des mois à venir, qui met à l’honneur les pionnières du cinéma soviétique, Gérard Oury, Jean-Claude Carrière ainsi que deux grands Louis du Cinéma : le génie surréaliste Luis Buñuel (rétrospective) et l’icône comique de toutes les générations Louis de Funès (exposition temporaire). 

La Cinémathèque Française , 51 Rue de Bercy 75013 Paris. Métro Bercy (ligne 14 et 6). Ouvert du lundi au dimanche de 10 h à 22 h selon les jours et périodes de l’année. Informations et réservations

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés