Dom Juan à la comédie Saint-Michel – Tous les vices à la mode passent pour vertus

© Pierre Brissart

Le plus célèbre coureur de jupons de Molière revient en force pour la rentrée, au sein d’une pièce originale et modernisée présentée à la comédie Saint-Michel jusqu’au 3 janvier 2021.

À deux pas du Panthéon, dans une des rues attenantes au Jardin du Luxembourg, une petite porte poussée nous mène aux étroites salles de la comédie Saint-Michel. Ce petit théâtre parisien accueille chaque mercredi et dimanche, restrictions sanitaires respectées, des spectateurs masqués, et leur présente une adaptation du célèbre Dom Juan de Molière interprété par la troupe théâtrale Les Framboisiers.

« Il faut l’avouer, l’amour est un grand maître. Ce qu’on ne fut jamais, il nous l’enseigne à l’être. » Ainsi la comédie mythique de Jean-Baptiste Poquelin définit le sentiment amoureux, au fur et à mesure de son intrigue qui érige bel et bien l’amour en maître. Dom Juan ou Le Festin de pierres est écrit par Molière en 1664 pour être présentée l’année suivante à la Cour et au peuple, lors d’une quinzaine de représentations triomphales. Cette pièce en cinq actes gravite autour du personnage de Dom Juan, sceptique coureur de jupons, amoureux de l’amour, qui ne peut se résoudre à renoncer aux fastes de celui-ci en choisissant une femme parmi toutes. Son serviteur, Sganarelle, essaye de lui faire entendre raison, mais se heurte sans ménage à une façade candide : l’amour est la plus belle chose sur terre, pourquoi ne pas la partager avec plusieurs personnes ? Que répondre à quelqu’un qui fait ainsi l’éloge de l’amour ? Fuyant ainsi sa dernière épouse en date, dame Elvire, qu’il a fait sortir du couvent pour l’épouser, Dom Juan repart sur les routes afin de retrouver l’amour sous une nouvelle forme. Cette comédie aux nuances tragiques, et quelques fois moralisatrices est excellente matière à diverses formes de réalisations, que ce soit au théâtre ou à l’opéra. 

Pour cette adaptation à petit budget, la troupe des Framboisiers a choisi à la fois l’originalité et la sobriété. Ainsi, l’équipe de cinq comédiens interprète la dizaine de rôles de la pièce en effectuant des roulements, les décors sont très simples et les transitions de panneau se font à la vue de tous. Cette simplicité n’est pas malvenue, permettant ainsi de se concentrer davantage sur le texte, et de s’imaginer soi-même les détails non-représentés comme il nous plaît. De plus, une recherche d’originalité est à souligner pour quelques scènes : à l’aide d’un projecteur lumineux, les lieux les plus emblématiques de la comédie, comme par exemple la forêt et le tombeau du gouverneur sont représentés devant nous et les comédiens, à la manière d’un film, ont pré-enregistré les dialogues. Une manière pour eux de souffler entre deux tirades, et pour nous d’apprécier l’effort fourni au nom de l’exactitude scénique. 

Cependant, nous pouvons constater quelques petits défauts techniques brouillant le tableau de la comédie. De l’hésitation, du mâchage de mots, rendant les tirades moins compréhensibles et, de fait, moins drôles. Bien que le propre de la comédie soit d’être débitée rapidement, il aurait peut-être mieux valu ralentir la cadence afin de se concentrer sur la bonne formulation, pour rendre le tout audible à tout moment. De cette mauvaise élocution surgit une perte de certaines citations mythiques de la pièce, que l’on a du mal à retrouver et qui nous laissent sur notre faim une fois le spectacle terminé. Une mauvaise élocution et une tendance à «  crier  » les tirades plutôt que les déclamer font que des discours sont peu compréhensibles, et interrompent la lancée comique de la pièce. 

Néanmoins, outre ces quelques défauts, l’affaire est rondement menée, et les comédiens effectuent un travail exemplaire, en comptant en plus le fait que chacun, sauf Dom Juan et Sganarelle, joue plusieurs rôles. C’est un Dom Juan vivant, un Dom Juan amoureux qui prend vie dans la petite salle de la Comédie Saint-Michel, aux mains et à l’âme d’une troupe qui y met des tripes en plus d’y mettre les moyens. A voir, à apprécier, et à faire travailler l’imagination ! 

Dom Juan à la comédie Saint-Michel, 95 Bd Saint-Michel 75005 PARIS. Le mercredi à 21h30 et le dimanche à 18h45 jusqu’au 3 janvier 2021. Tarifs : CAT1 tarif normal 32€/ réduit 26€/- de 15 ans 22€
CAT2 tarif normal 26€/réduit 20€/- de 15 ans 16€. Plus d’informations et réservations

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.