Ciné NewsCINÉMA

Ciné news – « Ibrahim » de Samir Guesmi, multi-récompensé à Angoulême

Chaque semaine, la rédaction vous résume l’actualité du cinéma. Festivals, cérémonies, tournages et autres événements, vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas au courant.

13ème Festival du Film Francophone d’Angoulême : le palmarès

Cette année et contre toutes attentes, avait lieu la 13 ème édition du Festival du Film Francophone d’Angoulême. Du 28 août au 2 septembre, cinéphiles et professionnels du cinéma se sont rejoints pour regarder les salles se ré-emplir et découvrir les films de la programmation. Le jury composé d’Evelyne Brochu, Yves Bigot, Manele Labidi, Marc Zinga, Clara Luciani, Gustave Kervern, Benoît Délepine et Elsa Zylberstein ont dû voter pour attribuer les fameux Valois aux dix films en compétition cette année. Les films lauréats de cette édition 2020 : Antoinette dans les Cévennes de Caroline Vignal, Eléonore d’Amro Hamzawi, L’Ennemi de Stephan Streker, L’Etreinte de Ludovic Bergery, Garçon Chiffon de Nicolas Maury, Ibrahim de Samir Guesmi, Mica d’Ismaël Ferroukhi, Petit Pays d’Eric Barbier, Slalom de Charlène Favier et Un triomphe, d’Emmanuel Courcol, ont du attendre la cérémonie du 2 septembre au soir pour connaître le verdict. Le Valois du Public a été attribué à Un triomphe, ainsi qu’un prix ex aequo pour Sofian Khammes et Pierre Lottin qui ont gagné le Valois de l’acteur. Isabelle Kabano a obtenu le Valois de l’actrice pour son rôle de mère dans Petit Pays. Et c’est finalement Ibrahim grand gagnant de cette année qui a raflé une grande partie des prix avec Le Valois du scénario, celui de la réalisation et le grand Valois de Diamant.

Carla Bernini

We are who we are : quand une rencontre fait basculer un monde

Le 14 septembre, la plateforme de streaming HBO accueillera dans son répertoire la nouvelle série de Luca Guadagnino, intitulée We are who we are. Frazer, un adolescent new-yorkais, est contraint de quitter sa ville natale pour aller habiter avec ses deux mères sur une base militaire en Vénétie. Là-bas, il y fait la rencontre dévastatrice de Caitlin, une adolescente habitant depuis plusieurs années sur la base, et qui va en peu de temps bouleverser tout ce qu’il croyait connaître. Pour sa première série, le réalisateur de Call me by your name a écrit et réalisé lui-même les épisodes de la saison 1, au nombre de 8. Et à voir la bande-annonce sortie il y a peu, l’on ne peut s’empêcher de constater des ressemblances, d’ambiance notamment, avec l’histoire d’amour de Elio et Oliver. Certes, cette chronique adolescente aux allures d’été nous plonge dans les tourbillons de changements qui nous happent à cet- âge-là, qui plus est dans un fond de décor italien. Pourtant, selon le réalisateur dans une interview à IndieWire, son précédent film portait sur le passé, alors que la série a pour credo Ici et maintenant. Au travers de thématiques comme la naissance du désir, les interrogations sur le genre, la transformation de la perception de la vie, We are who we are est surtout une ode à la rencontre, la vraie, celle qui efface tout sur son passage, et donne une toute nouvelle forme, couleur et odeur à notre vie.

Giulia Lisi

Première extrait de « La voix humaine » de Pedro Almodovar

Le réalisateur espagnol Pedro Almodovar présente le premier extrait de La Voix Humaine, son premier film en anglais. Ce court-métrage est une adaptation de la pièce de théâtre de Jean Cocteau, relatant une rupture difficile et met en scène Tilda Swinton. Dans cet extrait, on retrouve l’actrice au regard troublé évoluant dans un décor moderne. Spécialiste des portraits de femmes, Almodovar met ce personnage des années 30 dans l’ère du temps. Le réalisateur n’en est pas à sa première adaptation de cette pièce, en effet son premier succès Femme au bord de la crise de nerfs (1988) était déjà une libre inteprêtation de l’oeuvre de Jean Cocteau. La voix humaine sera présenté hors compétition à la Mostra de Venise qui se tient du 2 au 12 septembre.

Isma guerroumi

Vous pourriez aussi aimer

More in Ciné News