CINÉMA

« The Rental » – Plus d’ennui que de peur

© IFC Films

Pour ses premiers pas derrière la caméra, Dave Franco réalise un film d’horreur sur le thème d’uberisation très prometteur sur le papier mais qui peine à convaincre à l’écran. Malgré un scénario intéressant, le réalisateur se perd rapidement dans son propre film.

Le titre du film est clair : La location. C’est donc l’histoire de quatre jeunes qui louent une maison sur un site de type Airbnb pour se détendre le temps d’un week-end. À partir de là, les possibilités horrifiques étaient multiples pour Dave Franco. En effet, louer la maison d’un inconnu est un point de départ intéressant, l’histoire a un énorme potentiel et on s’attend au pire à chaque instant. Pourtant le pire n’arrive jamais.

La première heure du film se présente comme une observation des relations qui lient les personnages. Ce sont deux frères, Josh et Charlie, avec leurs copines respectives, Mina et Michelle, la copine de Josh étant aussi la collègue de son frère. Très vite la relation entre Mina et son beau frère/collègue s’avère très ambiguë et on s’imagine donc que l’horreur viendra de l’intérieur du groupe. Il n’en sera rien. Notons néanmoins la qualité du casting, composé de Dan Stevens, Sheila Vand, Jeremy Allen White et Alison Brie, qualité qui malheureusement ne suffit pas à sauver le film, même si leurs talents permettent aux dialogues de paraître plus intéressants qu’ils ne le sont réellement.

Tout au long du film le réalisateur tente de mettre en place une certaine tension qui malheureusement ne fonctionne qu’à moitié tant les procédés censés la provoquer sont grossiers et fortement appuyés. On a tout d’abord l’hôte du Airbnb, un homme de 60 ans, raciste et un peu étrange qui sera accusé par le groupe de les espionner avec des mini-caméras, puis on a l’épaisse brume, trop épaisse pour être réelle, qui apparaît à certains moments du film, accompagnée d’une musique volontairement angoissante. Ces éléments ajoutés aux différentes tensions déjà existantes entre les personnages ne servent finalement pas à grand chose et tombent la plupart du temps à plat.

Ensuite viennent les dernières vingt minutes du film qui semblent avoir été écrites par un scénariste totalement différent tant tout s’accélère en une fraction de seconde. On découvre alors un nouveau personnage masqué, jusqu’alors totalement inconnu, qui va se mettre à tuer violemment notre cher petit groupe. La dernière partie du film se présente plus comme une sorte de slasher contrastant avec le début lent et plutôt ennuyeux. On a l’impression que Dave Franco a accordé trop d’importance aux détails dans la première partie de son film alors que ces derniers n’ont que peu d’influence et ou d’importance dans la suite de son oeuvre. On ne peut que souhaiter à Dave Franco plus de réussite et de maîtrise pour la suite de sa carrière de cinéaste.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA