SORTIES BD – « L’homme le plus flippé du monde », pour tous.tes les angoissé.es

© Illustration de Théo Grosjean, L’homme le plus flippé du monde – éditions Delcourt, 2020.

Après son premier album Un gentil orc sauvage qui avait remporté le Prix Pépite au festival jeunesse de Montreuil, Théo Grosjean signe un nouveau projet BD chez Delcourt. Il reprend une série très appréciée sur son compte Instagram dans laquelle il se confie, tout en humour, sur les angoisses et les peurs qui habitent son quotidien. On s’y reconnaît parfois, on compatit souvent et surtout, on rit beaucoup.

Le personnage, victime entre autres d’overthinking, cette tendance qui consiste à accumuler dans son cerveau pensées et réflexions jusqu’à l’implosion, est dans la perpétuelle remise en question de ses moindres faits et gestes. Des angoisses comportementales aux phobies, en passant par l’hypocondrie ou aux injonctions sociétales sur la virilité, il cumule ce qu’il appelle ses petites terreurs du quotidien recyclées en une belle matière à raconter des histoires. Sous la forme d’anecdotes courtes, Théo Grosjean nous révèle les difficultés de la vie avec un TAG, un trouble de l’anxiété généralisée, tout en détournant ces moments de malaise pour en rire et prendre du recul. Toutes les choses les plus simples deviennent des montagnes infranchissables comme le fait de respirer, manger et dormir provoquant chez lui un stress insurmontable. Avec talent, il parvient à s’emparer de cette faculté qu’a l’angoisse de créer des situations extrêmes à partir de petits riens. Le personnage – toujours en décalage, touchant et drôle à la fois – nous emmène dans un univers frôlant l’absurde et nous ouvre son intimité. Par exemple, l’angoisse se transforme en un homme d’affaire qui lui énumère froidement ses mille craintes.

Extrait de L’homme le plus flippé du monde de Théo Grosjean, Delcourt

En période de pandémie mondiale, L’homme le plus flippé du monde est une BD où chacun trouvera son compte en parvenant à expulser efficacement ses angoisses par l’humour. La force de cet ouvrage réside dans sa facilité à créer du lien entre le lecteur et le personnage. Que l’on soit un anxieux compulsif ou une force de la nature, ces pages nous émeuvent et nous font rire. L’énorme communauté qui s’est formée sur les réseaux sociaux autour du travail de l’auteur atteste du sentiment collectif juste que transmet cette BD. Dans une société où nous sommes constamment poussés à cacher nos peurs et nos appréhensions – comme si nous vivions dans un entretien d’embauche perpétuel – partager ses failles pour en rire permet de les apaiser le temps d’une lecture. Si chacun possède ses petites méthodes pour mieux gérer l’angoisse, le partage de ces expériences intimes et le désamorçage de la peur par l’humour semble être un moyen efficace pour conscientiser la complexité des émotions humaines. Et peut-être que des victimes lucides valent mieux que des super-héros imaginaires.

Extrait de L’homme le plus flippé du monde de Théo Grosjean, Delcourt

En attendant impatiemment le tome 2 et la prochaine création de Théo Grosjean, Le spectateur aux éditions Soleil, il faut absolument relire cette BD pleine de tendresse qui nous a fait nous sentir connectés avec les autres malgré l’angoisse, la distance et les masques.

L’homme le plus flippé du monde, 1. Petites terreurs du quotidien – par Théo Grosjean aux éditions Delcourt : 15,50€

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés