SORTIES BD – « Baume du Tigre », l’appel de la liberté

Crédits : Couverture de Baume du Tigre, par Lucie Quéméner aux éditions Delcourt

Lucie Quéméner, fraîchement diplômée de l’Académie Brassart Delcourt, nous dévoile son premier album de BD Baume du tigre. L’ouvrage est sorti au début du mois chez Delcourt et vient de remporter le Prix France Culture BD des étudiants. Un projet très personnel, au style graphique bien affirmé qui ne manquera pas de vous toucher. 

Le livre, un bel objet de 250 pages nous intrigue par sa couverture rouge sur laquelle ressortent quatre jeunes filles crayonnées, les valises à la main, les yeux pleins de doutes. Au fond on devine la façade de la maison familiale qu’elles vont quitter. Celle près de la mer où commence l’histoire. Cette maison, comme une commode pleine de souvenirs, raconte l’histoire de toute une famille, par-delà les générations. C’est une histoire toute entière mêlée au voyage de leurs grands-parents qui ont quitté la Chine pour immigrer en France. Ce récit de l’immigration, Lucie Quéméner a décidé de le raconter autrement, en s’intéressant davantage à l’après, à cette installation sur le long terme et aux mélanges culturels et générationnels. Dans une fresque familiale tendre et dure à la fois, nous découvrons cette grande maison près de la plage et l’escalier que chaque génération de femmes a descendu, une valise à la main, dans l’espoir de vivre autrement.

Tradition et modernité, le passage du temps dans l’univers familial

Celui qui est au centre de la table – comme au centre de l’histoire – c’est d’abord le grand-père des jeunes filles Wilma, Isa, Etta et Edda. Pétri des normes culturelles de son époque et de son pays d’origine, il dirige la famille d’une main de fer jusqu’aux tenues de ses petites-filles et des études qu’elles peuvent faire. Pour ce patriarche entouré de ses proches au sein du restaurant qu’il a créé, il est impensable qu’Edda devienne médecin. C’est en se mesurant à son refus que les jeunes filles entreprennent une quête d’émancipation où la liberté dont elles rêvent rime avec une évasion loin des carcans traditionnels familiaux. 

Le cycle des femmes 

Dans ce vaste livre, plus d’une histoire s’éveille et les passés des différentes femmes de la famille viennent s’entremêler avec le présent. Être une femme n’est pas aisé dans cette famille où les hommes prennent les décisions. Et lorsqu’elles fuient vers la ville, les jeunes filles découvrent que la société n’est pas toujours juste envers elles, même si leur amour ne cesse de les protéger. Dans cette BD, les histoires de ces femmes se rejoignent, alternant à la fois désir de fuite et retour aux sources comme Edda qui, devenue médecin, s’intéresse aux soins traditionnels chinois. Ce qui est beau, ici, c’est que rien n’est tranché, ni définitif. Il n’y a pas de destin, ni de fatalité, seulement des choix et des chemins qui, comme les flux des énergies dans notre corps, nous montrent une vie possible où les blessures se referment ou bien s’entrouvrent pour raconter leur histoire. 

Douceur d’un crayon noir

Le rouge de la couverture nous a d’abord accroché notre regard avant qu’il soit emporté par le tourbillon du trait de crayon de Lucie Quéméner. La BD toute entière joue des nuances de noirs et de gris, oscillant entre fonds blancs très lumineux et crayonnages en ombres obscures. Cette BD qui s’attèle à nous décrire le temps qui passe, d’un départ à l’autre, rappelle par ce choix du noir et blanc les photographies du passé, celles des parents ou bien des grands-parents. Les visages, très stylisés qu’un trait doux et déterminé révèle, nous invitent à jouer au jeu des ressemblances en retrouvant les airs du grand-père ou de la mère chez l’une ou l’autre des jeunes filles. 

Baume du Tigre tire son nom de cet onguent traditionnel chinois célèbre. C’est plus qu’un nom que lui emprunte ce livre dont l’histoire et le dessin vous brûlent parfois, comme la pommade sur vos tempes, mais ailleurs vous apaisent et vous attendrissent. Un premier album très prometteur d’une artiste que nous n’allons pas perdre de vue. 

Baume du Tigre, par Lucie Quéméner aux éditions Delcourt – 23,95€