MUSIQUEMusique en bref

MUSIQUE EN BREF – Furie douce

Toutes les deux semaines, les journalistes de Maze vous proposent un tour d’horizon des albums et EP qui ont fait l’actualité musicale.

HINDS – The Prettiest Curse

On se laisse prendre facilement par la furie punk pop de Hinds sur ce dernier album. Une composition colorée qui invite à la sororité face à cette bande de filles emplie d’une liberté chatoyante. Hinds continue de composer et de proposer des morceaux où leurs voix s’entremêlent, tantôt en anglais (souvent), tantôt en espagnol (parfois) – où les guitares et la batterie continuent de faire chavirer nos cœurs, dans un ton un peu plus rock qu’auparavant. Si Leave Me Alone, leur premier album sorti en 2016 demeure indétrônable pour nous, The Prettiest Curse demeure une suite logique, légère et totalement réussie – de la langueur délicate de This Moment Forever, a l’énergie débordante de Burn.

Coup de cœur : Burn

Sortie le 5 juin

Caroline Fauvel

Régina Demina – Hystérie !

Le romantisme noir et gothique reprend ses lettres de noblesse et ce n’est pas sans l’artiste pluridisciplinaire Régina Demina. Performeuse, comédienne, danseuse chanteuse, la jeune femme sous ses airs d’écolière punk délurée est sur tous les fronts artistiques et sur toutes les lèvres. Découverte en 2018 avec sa reprise hypnotisante et sulfureuse de Tandem (Vanessa Paradis), la dame au coeur sombre dévoilait le 12 juin dernier son tout premier album Hystérie ! Un disque novateur et osé qui navigue musicalement entre clubbing-emo (L’amour monstre, Ondine Mélancolie), pop vaporeuse sous autotune (Nabila, Chimère). On sent dans ce premier album un besoin immédiat de se délivrer des maux en se jouant des codes. Fracas et violences du monde et des passions, grands incendies et bouquets de fleurs fanées : Régina Démina puise dans la violence et le romantisme morbide pour créer un disque rouge et noire, chaotique et poétique. Un univers musical perdu entre $afia Bahmed Schwartz et Mansfield TYA qui se démarque par le pouvoir qu’il a de retranscrire sans filtre les souffrances d’une époque.

Coups de coeur : Fantasia, L’amour monstre, Nabila, Fleur de Métal

Sortie le 12 juin

Pauline Pitrou

Westerman – Your Hero Is Not Dead

Nous avions connu Westerman avec son single Edison sorti en 2018, depuis difficile pour nous de lâcher sa musique. C’est donc avec plaisir que nous accueillons la sortie de Your Hero Is Not Dead son premier album, produit par Nathan Jenkins (aka Bullion). Dans une harmonie impeccable l’album conjugue un rock soft et une electro-pop feutrée, aux accents new wave, qui valorisent aisément la voix en échos de Will Westerman. Car c’est sans doute ça la force de la musique de Westerman, la voix et le travail de celle-ci au fur et à mesure des morceaux – elle s’impose dans ses thématiques conflictuelles, comme une chorale impeccable sur Drawbridge – et se décline progressivement autour de cette idée de profondeur, sur le mélancolique Blue Comanche ou sur le single Waiting On Design. Elle vient structurer l’alliage significatif des instruments et des sons pour se fondre dans une globalité, et c’est ce qui en fait assurément un grand premier album.

Coups de cœur : Confirmation (SSBD) , Blue Comanche

Sortie le 5 juin

Caroline Fauvel

De Béart à Béart(s) vol.2 (compilation)

Quelques nuits se sont écoulées depuis la mort de Guy Béart, troubadour à la discographie imposante quoi qu’inégale. Il nous laisse quelques mélodies qui traînent sur cet album de reprises dirigé par ses deux filles, Eve et Emmanuelle. En prenant le temps pour lui rendre hommage, les sœurs Béart ont réussi à tisser un album sensible qui n’hésite pas à violenter le rythme des chansons. Si Emmanuelle Béart glisse sa voix dans certains morceaux, ce sont surtout d’autres artistes qui ont réarrangé et interprété les titres. Il y en a des plus faibles que d’autres (celui de Vianney, notamment) mais l’album réserve de belles surprises à l’instar d’une reprise offerte par Catherine Ringer. Les mélodies nous raccrochent à l’univers de Guy Béart avant de nous emmener ailleurs, dans les territoires propres à chaque artiste. Une petite inconnue vient se greffer à l’ensemble : la musique électronique. Cette palette sonore se glisse dans les recoins de certains morceaux comme celui qui vient conclure l’album. Intitulé Vous – c’est vous, le titre nous offre un petit bout de Christophe, disparu il y a deux mois. « Emparez-vous de ses chansons » disait Emmanuelle Béart. Le message est bien passé.

Coups de cœur : Ceux qui s’aiment (Pomme), Vous – c’est vous (Christophe)

Sortie le 12 juin

Clément Simon

Marty De Lutèce – Cruel été (EP)

Et si la saison des amours brûlantes inspire à certain.es la légèreté et l’insouciance, pour d’autres elle aspire à la cruauté et aux pensées sombres. Repéré au sein du duo Lutèce, le rappeur lyonnais Marty De Lutèce choisit le moment idéal pour dévoiler sa nouvelle mixtape Cruel été. Bien loin de l’égo-trip, le jeune artiste nous dépeint un été névrosé traversé par les sentiments amers de la vie et de l’amour. Entre rap aérien, pop grave et musique électronique, De Lutèce n’a pas peur de conter le vague à l’âme et la nostalgie de la belle saison. A l’image d’une nouvelle vague de rappeurs à l’âme triste qui déconstruisent les codes du rap comme Zed Yun Pavarotti, Jorrdee ou encore Hyacinthe, l’artiste déploie une sensibilité assumée et explore les genres pour établir une musique plurielle. Avec Cruel été, Marty De Lutèce nous offre un spleen de fin de vacances en plein mois de juin. Nostalgique avant l’heure.

Coups de coeur : Cruel été, Brûler, OK BOSS

Sortie le 12 juin


Retrouvez aussi les chroniques longues de Love, Disordely, nouvel album de Thomas Azier et Gene de LA PRIEST.

Auteur·rice

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

    You may also like

    More in MUSIQUE