MUSIQUE EN BREF – Chaleur estivale

Toute les deux semaines, les journalistes de Maze dénichent pour vous les meilleures sorties musicales du moment.

Starchild & The New Romantic – Forever

C’est une belle découverte que l’on doit ici au leader de Porches, Aaron Maine qui a partagé la sortie de ce second album sur son compte Instagram. Proche de la scène indie RnB new-yorkaise, avec des artistes comme Blood Orange ou Solange, Starchild & The New Romantic fait ici la part belle aux featurings, et c’est une force évidente de Forever – qui n’était pas présente sur son précédent album Language, sorti en 2018. On y trouve ainsi Toro y Moi sur le superbe Tape – , Nick Hakim, Le’asha, Rosehardt sur le track Silent Disco, et London O’Connor sur le morceau introductif Forever – qui donne toute sa teneur eigthies à cet album avec des synthés prédominants. L’artiste cultive son éclectisme en conjuguant les genres et les influences de plusieurs décennies de musique, allant du hip-hop, à la new wave, de Bowie à Frank Ocean.

Coup de cœur : Tape

Sortie le 19 juin

Caroline Fauvel

Bob Dylan – Rough and Rowdy Ways

Après plusieurs disques de reprises, Bob Dylan nous offre un nouvel album studio aux allures de testament. Il y avait des inquiétudes. Qu’a-t-il à offrir en 2020 après avoir traversé les décennies, trimballé sa guitare et son harmonica à travers le monde ? Pas d’inquiétude, le blues dylanien résonne parfaitement à l’ère du coronavirus. Rought and Rowdy ways prolonge le geste de Tempest, son dernier album de chansons originales. On y retrouve les mêmes thèmes mais dans un enrobage plus dépouillé, presque à l’os. Au milieu de la douceur dégagée par l’album, la voix de Bob Dylan se fait touchante, marquant le poids des années, loin de la fougue qui émanait des protests songs juvéniles. L’orgie de récompenses – le Prix Pulitzer en 2008, le Prix Nobel de littérature en 2016 – n’ont pas affecté son talent d’écriture. On y croise de vieux camarades chers à Dylan (le guitariste Black Mils, entre autres) pour un ultime ( ?) tour de piste revigorant.

Coup de cœur : False Prophet

Sortie le 19 juin

Clément Simon

SAULT – Untitled (Black Is)

Album testament ou révolutionnaire, c’est la réponse que propose SAULT, mystérieux collectif britannique et nouveaux chouchous de Forever Living Originals. Une réponse au climat actuel – quoique ancestral – et bien évidemment à Georges Floyd, dernier martyr en date des violences policières, qui emporte avec lui un flot de colère immense. «  Change is happening », comme un mantra, un leitmotiv qu’affiche le groupe sur leur site, en écho au nom de l’album, Untitled (Black Is). «  Black is beautiful (…) black is excellent (…) black is shiny, all at the same damn time. » Une infinité de façon de décrire le Black people, et une infinité de genres dont ils en sont les précurseurs : la black music. Car si l’album est littéralement inclassable, on le doit à l’incroyable mélange de genres qui y fait office ; de la soul (WildfiresMiracles) au gospel (Out The Lies) en passant par l’afro funk (Bow) et le RnB (Eternal LifeSorry Ain’t Enough). Un délice qu’on suit aveuglement à travers 20 titres, dont quelques interludes qui viennent appuyer l’engagement que prend SAULT avec ce disque, le proposant en téléchargement libre et de reverser les quelques généreux dons aux associations des droits de l’homme et de la lutte anti-racisme. Un combat qui aura, in fine, mené inconsciemment à la naissance d’un des plus beaux et sincères albums de 2020.

Coups de cœur : Wildfires, Sorry Ain’t Enough, Miracles

Sortie le 19 juin

Guillaume Lacoste

Natalia Lacunza – En Casa (EP)

La créativité des artistes durant le confinement porte encore ses fruits puisque Natalia Lacunza vient de sortir son nouvel EP, En casa qui est un album live. Cette jeune artiste s’est fait connaitre dans Operación Triunfo España, un télé crochet qui a inspiré la Star Academy en France. Cet album live de quatre morceaux reprend certaines de ses chansons en versions acoustiques, donnant un aspect pur et sans artifices à sa musique. Elle s’est enregistrée chez elle toute seule, donnant un son totalement inédit dans ses morceaux, beaucoup plus personnel et intimiste. Son style indie pop et sa voix rappellent le timbre de Billie Eilish, cela donne un coté charmant à sa musique et très féminin. Cette auteur-compositeur nous transporte avec ses sonorités anglaises mais surtout très espagnoles. A écouter pour se laisser transporter.

Coup de cœur : Olvídate de mí, Algo duele más

Sortie le 18 juin

Apolline Froger

Film Noir – Tendrement (EP)

Comme beaucoup d’autres à cette période, la question de reporter ou non la sortie d’un disque s’est posée. Bouclé précisément la veille du confinement dans les studios du magicien et complice producteur Samy Osta, les frangins De la Baume ont préféré tirer parti de ce moment d’ouverture sur le monde pour démarrer, la promo de leur nouvel EP Tendrement, six mois après le sulfureux Vertiges (Men of Glory). Un disque à l’image de la philosophie confinement, à savoir une histoire moins centrée sur soi-même. A commencer par le premier et puissant single Chateau d’Eau, avec un phrasé et look garage que The Kills n’aurait pas renié. Le second coup de coeur de ce maxi réside bien évidemment sur Elisa et son tempo mi balade mi course, porté par le timbre noir et suave d’Alexandre, qui amène un petit quelque chose de solaire à la production. Avant de conclure «  Comment fait-on du mieux, quand on a fait du mal ? » Une énigme pour chacun, et qui nous laisse sur notre faim, en attendant le retour du collectif dans les salles, dès le mois d’octobre en Europe. On croise les doigts en tout cas.

Coups de cœur : Elisa, Chateau d’Eau

Sortie le 26 juin

Guillaume Lacoste

Samba De La Muerte – Landmark (EP)

Le caennais Samba De La Muerte revient en force avec Landmark, un EP à la fois très mature et espiègle, – enregistré en grande partie à distance pendant le confinement – qui parvient avec justesse à mettre en avant des sonorités plus éclectiques les unes que les autres. Adrien Leprêtre, porte ce projet sans concession en continuant de multiplier les influences et les éclats multiculturels ; comme sur Backbone avec Martin Daguerre, et Lockdown Groove enregistré avec The Supreme Urville Choir, des morceaux jazz electro résolument progressif, ou sur le single Enough Is Enough qui suggère des sonorités électroniques bien plus latines et précipitées. Landmark est un bel objet musical, hybride, qui ancre un peu plus le projet du multi-instrumentiste dans notre paysage musical actuel et nous démontre toute la variété de ses talents.

Coup de cœur : Mit Manade

Sortie le 26 juin

Caroline Fauvel

Daniel Mist – Troubles (EP)

Faire résonner toutes les contradictions du monde au sein d’un EP, c’est peut-être ce qui anime Daniel Mist lorsqu’il propose un titre d’ouverture qui nous balade d’un genre musical à l’autre, utilisant les possibilités offertes par la technologie pour dérouler l’horizon. Tout en contrôle, l’artiste compose et produit tous ses morceaux. En perturbant les mélodies par des effets sonores électroniques, il s’interroge sur la place qu’occupe la technologie dans nos vies. Cette dernière est partout, jusque dans les sons de l’artiste. Pas de nostalgie musicale, seulement un doute quant au lien entre l’homme et la machine, « The next species on earthwill be created by us, the next species on earth will beat us » comme il le déclame dans le deuxième titre de l’EP. En quatre titres, l’artiste déploie une myriade de sons, du piano au synthétiseur en passant par un riff de basse entremêlée de bruits électroniques. Premier EP ambitieux, Troubles présage le meilleur pour la suite du parcours de Daniel Mist. Le futur lui tend les bras.

Coup de cœur : The Ballet

Sortie le 19 juin

Clément Simon

Feng Suave – Warping Youth (EP)

On ne présente plus Feng Suave, ce duo dont les voix soul ont su immédiatement nous charmer, et ce dès leur EP du même nom sorti en 2017. La musique est demeure portée par ces voix en chorales délicates, où la sensualité se fait une place de choix. La formation poursuit sa parade, en proposant des morceaux aux singularités subtiles – comme Day One, dernier morceau et ballade acoustique qui évolue en partition plus rock ; ou Half-Moon Bag qui se développe comme une douce composition dream-pop aux guitares veloutées. Un dernier EP avant le premier album ? – on l’espère vivement.

Coups de cœur : Maybe Another Time et Day One

Sortie le 26 juin

Caroline Fauvel

Gussstave – Bedroom Posters (*Spring) (EP)

Il y avait d’abord eu le sexy Flying Limousine qui nous avait irrémédiablement attiré vers Gussstave, avec ses accords de guitare et son clip tourné sur pellicule où l’on découvrait l’artiste nonchalant sur son skate. La bonne surprise c’est que tout son premier EP, Bedroom Poster (*Springs) n’est qu’une suite logique de ce morceau qui nous l’avait fait connaitre, les mélodies dream-pop sont simples mais efficaces, les accords catchy, la voix légère et aérienne, et on n’en demandait pas plus pour être conquis.es. Gussstave est franco-brittanique installé à Paris, mais chante exclusivement en anglais – bien que l’on saisisse l’accent français sur Outro, le dernier morceau de l’EP – et parvient sans difficulté à transmettre une élégance désinvolte de par la musique qu’il délivre. Ce premier EP est un aperçu en sept titres de tout ce que pourra nous proposer cet artiste, qui n’a pas fini de squatter nos playlists estivales.

Coup de cœur : Marmalade

Sortie le 19 juin

Caroline Fauvel

Caroline Fauvel

LILLE

Du cinéma et de la musique - Master Métiers de la Culture

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés