LES CLIPS DU MOIS – Juin #1

Deux fois par mois, la rédaction vous offre une sélection de dix clips qui ont fait l’actualité musicale. Pour cette première vague du mois de juin, une danse romantique avec P.R2B, une épopée colorée sur balcon avec Voyou ou encore un trip fou sous un soleil vivant avec Bonnie Banane.

P.R2B – Dolce Vita par P.R2B et Marie Stephane Imbert


C’est dans un Marseille confiné et complètement vide que PR2B déambule, presque toujours en dansant sur “une ritournelle qui ne s’arrête pas“, dans la rue, au milieu de la route ou sur la plage, au lever ou à la tombée du jour. Tantôt une danse simple et libératrice, relâchée, celle qui nous fait faire un peu n’importe quoi, quand on se dit tout simplement que la vie est belle ; tantôt très appliquée, maitrisée, pro même, mais jamais sérieuse, une danse comme on aime en faire dans ces clubs qui manquent tant à certains depuis plusieurs mois. On veut courir avec Pauline, sous ce ciel ennuagé qui passe du bleu au rose, courir pour retrouver l’être aimé, lui dire aussi bien qu’elle comme on l’aime : “je n’ai jamais aimé personne, ou je n’ai jamais aimé comme ça“. Un joli clip qui donne le sourire, pour une chanson douce, qui touche au coeur.

Kevin Dufrêche

Chateau Forte – Tomber Encore par Kahina Le Querrec et Nicolas Jehl

Souvenez-nous de ce moment où la nuit tombe, pas tout à fait le jour, pas tout à fait le nuit, mais l’entre deux presque insaisissable qui s’évapore au moment même où on l’évoque. Pour leur deuxième single Tomber Encore, le jeune duo Château Forte invoque les fantômes du crépuscule pour parler des choses puissantes de la vie, un peu d’amour, de mort et de souvenirs lancés par la voix quasi-sacrée de Lola-Ly et un bain électronique étrange et aérien où l’on se jette les yeux fermés. Pour mettre en images le titre qui succède au sublime À moitié chiens, le groupe fait appel à Kahina Le Querrec et Nicolas Jehl qui sélectionnent une avalanche de vidéos toutes traversées par le même grain ancien et crépusculaire. Un montage sublime d’où se dégage une mélancolie grise et céleste dont on tombe amoureux.ses, encore et encore.

Pauline Pitrou

Clou – Comme Au Cinéma par Vincent Delerm

Il y a quelques mois, quand les concerts existaient encore, la chanteuse Clou faisait la première partie de Vincent Delerm. Il y a quelques jours Tôt ou tard a dévoilé un clip réalisé par le chanteur pour son titre Comme au cinéma. Il avait déjà réalisé ses propres clips mais pour la première fois, Vincent Delerm passe derrière la caméra pour un autre artiste. Toute en sobriété, réalisé seul en confinement, dans un superbe noir et blanc, il met en lumière le visage de Clou. Un visage comme chez Agnès Varda à qui il rendait hommage dans son dernier album, un visage comme des photographies, un visage « Comme au cinéma »

Diane Lestage

Voyou – Carnaval par Zite et Léo

Il trace sa route, Voyou. Depuis la sortie de son premier album début 2019, il distille régulièrement des singles qui restent dans un coin de nos têtes, accompagnés de jolis clips, qui nous emmènent dans son univers toujours léger et chatoyant. Preuve de plus avec Carnaval, clip coloré, qui nous rappelle que le printemps est là. A la réalisation de cette histoire d’amour au balcon entre un homme-oiseau et sa voisine, on retrouve Zite & Léo, un duo qui avait déjà collaboré avec Isaac Delusion notamment. Une histoire douce et arc-en-ciel, un hommage au carnaval, tradition du nord, d’où Voyou est originaire. Le remède idéal pour enfin tourner la page du confinement.

Kevin Dufrêche

Temps Calme – Emie par Antoine Pouilly

Conjuguant krautrock et pop psyche, la formation lilloise Temps Calme fait son entrée dans notre champ auditif avec un premier single Emie. Un titre illustré sobrement mais efficacement par un clip tout en contemplation, alternant des images entre temps long et court, laissant place aux écrans cathodiques déréglés et aux stations spatiales en flottement. Des images de SF éthérées, travaillées par Antoine Pouilly, pour un résultat on ne peut plus aérien, qui s’harmonise merveilleusement avec les accords profonds et les paroles envolées d’Emie. Un groupe à suivre.

Caroline Fauvel

Le Noiseur – Danse de salon par Aurélien Ferré

Après Musique de chambre, Le Noiseur dévoile le clip – réalisé par Aurélien Ferré – de son nouveau titre : Danse de salon. Un clip confiné sur fond vert et canapé où le chanteur pieds nu en chemises à fleurs, nous fait voyager de chez lui avec le dixième degré et le charisme auquel il nous a habitué avec ses précédentes chansons. Un beat qui donne envie de se trémousser, des effets spéciaux de qualité et sa voix suave qui entonne : « Je devais partir à L.A mais j’ai plus le droit d’y aller. Je crois que je vais rester chez moi et passer le balai. Si je veux partir en voyage, faudra que j’écoute Desireless. Et pour aller plus loin, je mettrai à fond la caisse. J’en vois qui dansent, dansent sur le balcon J’en vois qui dansent, dansent dans le salon ». L’été commence plutôt bien.

Diane Lestage

Lean Chihiro – To The Max par Clifto Cream

Et si les bâtiments qui transpercent le ciel sont un grand classique dans l’esthétique visuelle du rap, la talentueuse parisienne Lean Chihiro rajoute des couleurs aux buildings dans son dernier clip To The Max. Tresses roses sur ciel bleu et collants Hello Kitty, l’artiste se réapproprie l’espace citadin et rajoute une touche de folie dans le paysage. Réalisée par Clifto Cream, la vidéo navigue entre plans sur la chanteuse et courts extraits d’animés japonais que la jeune femme adule et qui lui ont d’ailleurs inspirés son nom de scène. Un clip à l’énergie bouillonnante qui s’inscrit dans la droite lignée de l’univers que se crée la chanteuse depuis le premier titre qui l’a fait connaître Summer Hunter. Un pas de plus vers le sommet.

Pauline Pitrou

Agoria ft. Blasé – 3 Letters par Hernan Corera, Walter Cornas, Juan Cavia

Probablement un des derniers du genre (espérons) ; Three Letters fait sans conteste parti de ces clips aux humeurs confinement. Pourquoi ? Parce qu’il met en lumière quantité de petits moments qui nous ont échappé pendant la période. Des états d’absence en quelque sorte. Parler tout seul, à son animal, se mettre à bouger/danser dans tous les sens sans raison. “This could be yesterday, this could be tomorrow” (ça pourrait être hier comme demain) précise l’artiste dans son pitch. Le réalisateur Hernan Corera a souhaité capter ces moments via un plan fixe, comme si l’intéressé avait voulu se filmer. Dans le clip, on y voit un homme danser le drift (sûrement un clin d’oeil à son dernier album du même nom), en synchronisation sur le beat electro entêtant et hypnotique du français. Et si le danseur retient évidemment toute notre attention, on ne peut s’empêcher de remarquer les mouvements répétitifs voire fantomatiques d’une femme, assise derrière sur une chaise. Sans compter sur le chien, baigné de la lumière de la pièce, qui semble être le seul à dénoter le caractère étrange de la scène. Assurément le meilleur “pétage de câble” de ce confinement.

Guillaume Lacoste

Bonnie Banane – La Lune & Le Soleil par Clifto Cream

Un plongeon dans le génie déjanté de Bonnie Banane, c’est sûrement tout ce dont vous avez besoin pour vous évader en ce moment. Pour son nouveau single La Lune et Le Soleil, la fidèle acolyte de Myth Sizer revient en solitaire et nous offre un trip délirant dans un monde inspiré des animés des années 90. Coupe extravagante, peluches géantes, soleil et lune personnifiées posés dans un décor coloré et exiguë qui rappelle évidemment la série pour enfants Les Teletubbies. Pour ce duel entre nuit et jour, l’artiste au grooove R&’nB implacable fait appel au réalisateur Clifto Cream qui offre au morceau un écrin lumineux et old school digne des plus belles hallucinations.

Pauline Pitrou

Oscar Emch – Antalgique par Valentin Bruhière

Bienvenu dans le laboratoire romantique de Oscar Emch. Celui qu’on a découvert aux côtés de la chanteuse Enchantée Julia (Le Salon) ou encore du groupe Bolides (Haut Parleur) dévoile Antalgique, un nouveau titre remède pour les blessé.es du coeur. Mis en image par Valentin Bruhière – déjà aux manettes du clip Fais les Danser – la vidéo nous téléporte dans un décor industriel éclairé de néons où le chanteur s’improvise en chimiste pour créer la potion parfaite, le médicament magique qui apaisera les peines amoureuses. Un titre à l’ambiance solaire où soul et R&’nB s’entremêlent pour nous offrir une chanson lascive et groovy à souhait.

Pauline Pitrou

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés