« Première Fois » – Les émois haute couture de Jäde

© Fifou

Repérée sur soundcloud en 2017, la digitale girl Jäde signée chez Entreprise dévoile Première Fois, un EP entre pop et trap, satin et velours.

Dans la vie il y a plusieurs premières fois. La première fois qu’on a écouté Jäde, c’était au détour d’un voyage sur la planète SoundCloud, plateforme avant-gardiste où se bousculent des pépites souvent inconnues qui mériteraient une plus grande visibilité. Une première mixtape Cliché, fond rose, fleurs dans les cheveux, voix de velours et instrus vintage sucrées ont suffit à nous faire fondre. Ont suivies de multiples collaborations avec le collectif Lyonzon, Lala &ce ou encore Nelick. Trois ans après, la lyonnaise exilée à Paris nous offre sa Première Fois, un premier EP qui varie les ambiances musicales et les états d’âmes et nous montre les différentes facettes artistiques de la chanteuse.

« J’suis une fille sensible, j’aime pas trop les nuits sans suite » : sensible mais forte de caractère, Jäde manie les mots de son temps et les pose où il faut, entre sensualité et nonchalance. Et c’est cette manière de chanter comme on parle, sans détour, qui charme tant dans l’univers de l’artiste. Pas tout à fait rap, pas complètement pop mais un peu des deux, la musique de Jäde recèle de surprises et peut se greffer à cette scène R&’nB française émergente sur laquelle on peut notamment croiser des femmes comme Enchantée Julia, Bonnie Banane ou encore Joanna.

Ces multiples variations d’instrus, elle les doit en partie à ses collaborations avec de nombreux producteurs à la patte bien différente, une trap dissonante et étrange sur Longtemps et Milano (schumi1), un R&’nb feutré et vintage sur Docteur et -12° (Kofie bae) le tout traversé par la même langueur exaltante.

Peines de coeur (Docteur), jeux de séduction (Les vêtements, Satin) luxe fantasmé (Milano), Première Fois déborde de modernité et de romantisme 2.0. En rouge et rose, l’univers esthétique et musical singulier de l’artiste plaira autant aux amateur.trices de rap qu’aux féru.es de pop. Le tapis rouge est déroulé, les dès sont jetés, reste plus qu’à attendre que le doux prénom de Jäde s’accroche à toutes les lèvres, et ça ne saurait tarder.

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.