PALME D’OR – « Orfeu Negro », le mythe en mouvement

Copyright Cinéma Public Films

Le Festival de Cannes n’aura pas lieu. En tout cas, pas en mai. Et pas sous la forme que l’on connait. La rédaction vous propose une sélection non exhaustive de Palmes d’or qui ont jalonnées l’histoire du festival depuis sa création.

On ne compte plus les adaptations artistiques du mythe d’Orphée : Jean Cocteau en avait fait un film (1950) avec Jean Marais dans le rôle titre ; Jacques Demy avait fait de même en le revisitant cette fois dans un tout autre contexte avec Parking (1985) ; Arcade Fire un album avec Reflektor en 2013. C’est d’ailleurs grâce à Arcade Fire que nous découvrons pour la première fois les images de l’Orfeu Negro du réalisateur français Marcel Camus, dont les images sont employées pour le clip lyrics d’Afterlife.

Orfeu Negro est l’adaptation cinématographique d’une pièce de Vinícius de Moraes (Orfeu da Conceição), celle-ci met en scène la vie d’Orphée (Breno Mello) un homme noir conducteur de tramway à Rio et artiste renommé, qui habite dans les favelas de Rio. Celui-ci tombe éperdument amoureux d’Eurydice (Marpessa Dawn), une jeune femme venue se réfugier quelques temps chez sa cousine Sérafina, afin de se protéger d’un inconnu qui la tourmente et la pourchasse. Évidemment tout le monde connait plus ou moins la suite. Eurydice est arrachée au monde des vivants, et Orphée doit, pour la récupérer, ne pas se retourner jusqu’à son retour avec elle dans celui-ci…

« Rappelle moi ton nom ?

– Vous avez oublié ? Eurydice !

– Formidable ! Je t’aime depuis longtemps, Orphée aime Eurydice, tout le monde sait ça ! »

Extrait de la rencontre entre Orphée et Eurydice – Orfeu Negro (1959)

Le film a la particularité de faire appel à des acteurs.trices non professionnel.le.s et de se dérouler dans le contexte singulier du Carnaval de Rio (bien que Marcel Camus ait reconstitué la majeure partie des scènes de carnaval). Faisant le choix tout particulier de développer son récit dans les favelas, depuis les hauteurs de la ville, mettant en exergue les couleurs, la joie, les teintes rythmées et chatoyantes d’un environnement pourtant précaire. Il met ainsi en avant la communauté noire, bien souvent invisibilisée au milieu de ces paysages de cartes postales emblématiques.

Affiche du film pour la ressortie en version numérique restaurée d’Orfeu Negro en 2016

Ce film marque un premier contact avec la bossa nova pour la France mais aussi pour le monde, cette bossa nova que l’on retrouvera sept ans plus tard dans Un Homme et une femme de Lelouch avec la musique de Pierre Barouh, Samba Saravah. Ici ce sont les éminents Antônio Carlos Jobim, Vinícius de Moraes et Luiz Bonfá qui s’adonnent au déroulement d’une partition devenue un classique de la musique brésilienne, avec des compositions comme O Nosso Amor, ou Manhã de Carnaval, thème principal du film décliné sous différentes versions. Tout au long du film la musique vient, tout comme l’usage appuyé de la couleur et de la danse, contrebalancer les aspects sombres du mythe, pour en faire ressurgir toute sa poésie et son lyrisme.

Car sous ses airs joyeux et entêtants Orfeu Negro est un drame déchirant sur l’amour éphémère, sur la jalousie, et sur la légèreté de vivre, une légèreté brusquement mise à mal par un destin écrit d’office dès le début et ce depuis que le mythe existe. L’amour d’Orphée et d’Eurydice est un amour fait de tristesse niché sous un carcan de liesse. Le lyrisme inhérent à ce type de cinéma conjugue tradition et modernité aussi bien dans ses thèmes que dans sa narration, présentant un visage sincère, bien que parfois exotique, de cette vie en communauté échauffée par le caractère succinct de la fête et de la célébration.

Une magnifique palme d’or qui connut un franc succès auprès de la critique, l’année où le Festival de Cannes voyait naître la carrière de Truffaut avec les 400 coups, et accueillait hors-compétition Hiroshima mon amour d’Alain Resnais. Le film sera par la suite Oscar du meilleur film étranger, et remportera un Golden Globe. Orfeu Negro est disponible en VOD sur les plateformes telles que LaCinetek et UniversCiné.

Caroline Fauvel

LILLE

Du cinéma et de la musique - Master Métiers de la Culture

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés