« Le mur invisible » de Marlen Haushofer – Récit écoféministe avant l’heure

© Actes Sud

Publié dans sa version originale en 1963, Le mur invisible de Marlen Haushofer est le récit de la vie solitaire menée par une femme dans les alpages autrichiens.

Son prénom vous restera inconnu. Derrière l’ouvrage de Marlen Haushofer se trouve une narratrice aux contours flous avec laquelle on se familiarise au fil des pages et d’un quotidien solitaire pas toujours facile à supporter.

Blottie au cœur des alpages autrichiens, la narratrice de cette histoire se retrouve isolée du reste du monde par un mur invisible qu’elle ne rencontre qu’en s’y cognant. Le reste du monde est comme paralysé et, avec ce mur, s’évaporent les derniers êtres humains avec lesquels la femme s’était retrouvée en ces lieux : sa cousine et l’époux de cette dernière. C’est grâce à l’hypocondrie d’Hugo, son cousin par alliance, persuadé qu’une guerre atomique est sur le point d’advenir que la femme survivra dans les premiers temps.

«  C’est depuis que j’ai ralenti mes mouvements que la forêt pour moi est devenue vivante.  »

Le mur invisible, Marlen Haushofer

Ce mur invisible se présente comme isolant face au monde extérieur. La narratrice refait sa vie dans les alpages, retissant des liens forts avec la nature environnante mais aussi, et surtout, avec les animaux de compagnie qu’elle va progressivement recueillir  : Lynx, Bella, Tigre, Perle, Taureau, etc. Ces êtres vivants deviendront ses compagnons de vie, des personnages à part, quasi-humains dans ce livre exempt de dialogues. Cet ouvrage est à la fois une ode à la nature et le récit de la réconciliation d’une femme avec cette dernière. Toutes deux ne font alors plus qu’un grand tout.

«  Quand mes pensées s’embrouillent, c’est comme si la forêt avait commencé à allonger en moi ses racines pour penser avec mon cerveau ses vieilles et éternelles pensées. Et la forêt ne veut pas que les hommes reviennent.  »

Le mur invisible, Marlen Haushofer

Récit écoféministe à la portée universelle, Le Mur invisible est tout sauf une aventure. C’est une quête lente nous narrant la routine d’une femme qui retrouve progressivement le contrôle sur une vie qui lui échappait. Détachée de ses filles bien avant l’existence de la paroi vitrée qui l’entoure, elle redécouvre une vie hors du temps, hors d’une société lui dictant le rôle qu’elle aurait dû y jouer.

«  Mais si le temps n’existe que dans ma tête, et si je suis le dernier être humain, il finira avec moi.  »

Le mur invisible, Marlen Haushofer

Si ce mur apparaît dans un premier temps comme une menace, éloignant la protagoniste du reste de la société, l’obligeant à vivre de ses propres moyens dans un environnement parfois hostile, il se révèle finalement protecteur. La bulle de verre est percée. L’intrus détruit sur son passage le nouveau quotidien de cette femme isolée.

Pour ne pas oublier sa vie ici, elle décide de la figer sur le papier. Voici l’ouvrage que nous tenons entre nos mains. Un ouvrage tout juste terminé pour cause de rupture de papier. Une logique imparable qui pousse le lecteur à poursuivre l’histoire de cette femme, son expérience exceptionnelle. Un lecteur seul, à son tour.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.