ART

Lille fantasmée de Zak Eazy

© Zak Easy
© Zak Easy

© Zak Eazy

Lille, sa célèbre Grand Place et son Opéra majestueux, sa Vieille Bourse et son impressionnante Chambre des Commerces… Autant de bâtiments à l’architecture remarquable qui inspirent sur la toile. L’artiste Zak Eazy propose une visite surréaliste de la capitale des Flandres avec ses créations fantastiques, publiées sur Instagram.

À l’aide de Photoshop, Zak réinvente les bâtiments lillois pour les transposer dans un univers onirique. « J’adore l’architecture, c’est pour cela que j’intègre pas mal de bâtiments dans mes créations », explique-t-il. Les images de ce graphiste de 24 ans, aussi bluffantes qu’irréelles, offrent un nouveau regard sur la ville. « Lille, c’est ma ville, je la connais par cœur. Mon objectif, c’est de faire quelque chose que l’on a pas encore vu en utilisant des bâtiments que les lillois voient tous les jours et en les rendant fantastiques, différents. »

© Zak Easy
La Chambre des Commerces de Lille aux prises avec un poulpe géant. © Zak Eazy

C’est seul que se forme Zak, « grâce à des tutos sur YouTube », après des études d’architecture. S’en suivent trois années en tant que chef de projet graphiste à Paris avant le grand saut dans l’auto-entrepreneuriat il y a deux mois. « Je voulais vraiment retrouver ma créativité, ma passion, mon inspiration.  »

Pour donner naissance à ces images surréalistes, 8 à 15 heures de travail sont nécessaires. Au-delà de ses nombreuses balades en ville, le plus dur pour Zak «  et le plus long, c’est de trouver les images adaptées, les points de vue que je veux.  » Images libres de droits et collaborations avec des photographes permettent à Zak de donner un autre visage au paysage architectural lillois. L’artiste n’hésite d’ailleurs pas à dévoiler ses processus de création. De courtes vidéos tutos accompagnent certaines de ses publications et permettent de découvrir les différentes étapes de son travail.

© Zak Easy
Le célèbre hôtel Carlton de Lille revisité. © Zak Eazy

Inspiré par Salvador Dali et des artistes « digitaux  » découverts sur Instagram, Zak s’attache à « reprendre le concept de modification de la réalité » pour l’associer à l’architecture. « J’adore l’improbable, et je m’inspire beaucoup du mouvement surréaliste mais aussi de mon métier, la communication. Certaines campagnes de comm’ me donnent parfois des idées. »

Les images de Zak, principalement centrées sur des éléments architecturaux, mettent également en valeur la nature. Les tons doux et pastels de ses créations se mêlent à une faune et à une flore surprenante et inattendue. L’association de la nature à l’urbain est propice à la réflexion et à l’évasion. Idéal pendant cette période de confinement. « J’ai le temps de tester de nouvelles choses en ce moment. Des choses qui arriveront plus tard sur mon compte.  »

Le beffroi de Lille entouré d’orques et de végétation. © Zak Eazy

Les œuvres de Zak sont uniquement disponibles sur Instagram pour le moment. Cette vitrine virtuelle a déjà permis au lillois de se faire remarquer puisque certaines de ses créations, visibles à la Braderie de Lille ou encore à l’événement Lille aux artistes, l’ont amené à recevoir de nombreuses commandes de tirages. « Ce n’est pas vraiment mon but de vendre mes créations pour le moment mais je le fais lorsqu’on me le demande. J’attends d’avoir plus de contenus avant de penser à ouvrir un shop  », confie l’artiste. À suivre donc.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in ART