MUSIQUE

« Earth » – Ed O’Brien en orbite avec son premier album solo

© EOB / Capitol Records

Attendue depuis des années, la première échappée solo d’Ed O’Brien, discret guitariste de Radiohead, est sortie ce vendredi. Neuf titres en apesanteurs qui laissent rêveur.

Après la tournée de The King of Limbs en 2012, les membres de Radiohead se sont dispersés chacun de leurs côtés, pour une pause pour le moins productive : Thom Yorke publiera Amok avec Atoms For Peace puis Tomorrow’s Modern Boxes en solo, Jonny Greenwood signera la bande-originale d’Inherent Vice de Paul Thomas Anderson tout en embarquant ce dernier dans son aventure indienne Junun aux côtés de Shye Ben-Tzur et du Rajasthan Express, et le batteur Phil Selway enregistrera Weatherhouse, son second album. Trois poursuites d’horizons bien différents qui laissent Colin Greenwood et Ed O’Brien prendre des vacances respectives auprès de leur famille. Et c’est au Brésil qu’Ed O’Brien décidera de passer cette période, un pays qui va beaucoup l’influencer et le pousser à écrire et développer ses premières compositions en solitaire.

Artisan de l’ombre, souvent relégué à la troisième place du quintette derrière Thom Yorke et Jonny Greenwood, Ed O’Brien n’en est pas moins pour autant un élément essentiel de l’équilibre et l’alchimie de la formation, chercheur de sons et auteur de vraies trouvailles musicales. Il était donc pour lui aussi grand temps de passer à la case album solo. Plusieurs sessions verrons le jour pour enregistrer et produire ce premier disque, entre 2017 et 2019, dans un cadre idyllique et entouré de musiciens prestigieux (Adrian Utley, Nathan East, Omar Hakim, et même son comparse Colin Greenwood). Adoptant ses initiales EOB comme nom de scène, Ed O’Brien annonçait alors en fin d’année dernière sa parution pour le printemps, ce 17 avril.

Planète Terre et vastes mondes

Shangri-La, titre d’ouverture, impose dès les premières secondes son gimmick rythmique et mélodique minimaliste, une entrée en matière accompagnée de mélopées vocales qui nous paraissent bien familières. La ritournelle se mute peu à peu en rock plus nerveux, autour d’un refrain plus classique mais au groove imparable, ponctué d’accents électriques efficaces.

Brasil, premier single extrait du disque publié en décembre dernier demeure, du haut de ses huit minutes trente, un sommet du disque. D’abord folk onirique aux arpèges qui ne sont pas sans rappeler la période In Rainbow ou même les ballades d’Elliott Smith, il prend ensuite un virage plus expérimental et électronique, marqué par un puissant kick et une basse massive sur laquelle se dessine des textures de guitares et de voix ; vertige. Une sorte de douce ascension, en forme de transe paisible, qui s’immerge elle-même dans ses belles paroles d’amour et ses boucles hypnotiques.

Ce qui surprend également dans ce titre, et qui sera une forme de constante dans le disque, ce sont les choix de production et de mixage. Assez éloigné des travaux tuilées et labyrinthiques de Nigel Godrich, producteur historique de Radiohead, Earth prend le partie d’oser la radicalité en terme de la compression et de définition sur certains sons, certains plans sonores, comme l’avait laissé présager la mise en bouche ambient Santa Teresa, par ailleurs étrangement absente du disque. Un travail étonnant mené notamment par les producteurs Flood, Alan Moulder et Adam ‘Cecil’ Bartlett, ayant œuvré pour des artistes tels que Nine Inch Nails, Nick Cave, PJ Harvey, Depeche Mode ou U2.

Deep Days propose une ballade dansante à souhait, avec sa batterie disco et sa basse mouvante, ses couches de guitares acoustiques aux accords latins, ses synthétiseurs et chœurs discrets. Une composition simple, sans prétention, aux accentuations et pulsations obsédantes et à la teinte profondément nostalgique, qui dévoile surtout un Ed O’Brien profondément romantique ; une sensibilité qui se révélera au fil du disque avec des paroles souvent tournées vers l’amour et chargées de poésie.

My days are spent within the sound of your voice

My nights are spent within the reach of your hand

We start this dance tonight and never to drop

Moving together, girl, we won’t ever stop

EOB – Deep Days

Douce et onirique, tendrement mélancolique, Long Time Coming revêt des couleurs acoustiques sublimes. En moins de trois minutes, la voix d’Ed O’Brien touche au cœur, clairsemant les mots tendres (« And all we ever need is someone who says
“I believe in you”
 ») avant un final crépusculaire.

Mass possède elle un charme unique, presque adolescent de prime abord, avec ses accords balayés de façon obstinées et ses turbulences électriques. Ses paroles en forme de mantra (« Stay in love / I’m nothing / Oh my love ») participent grandement à son caractère statique, contemplatif et onirique, avant que de somptueux chœurs ne fassent leur apparition et nous emporte définitivement sur une autre planète.

Banksters, sous ses apparences plus banales, cache pourtant une pop song à la dimension politique redoutable et éclairée, taillée pour la scène. Constat lucide d’un monde profondément mercantile et corrompu, elle interroge également la question de la foi, celle des hommes en des dieux qui ont changés de camps, de visages et de préoccupations (« Some days it just feels like heaven, and others it just feels like hell  »). Éminemment contemporain.

Sail On, construit autour d’effets de reverb et delays qu’ Ed O’Brien affectionne tant, créé un temps suspendu, hors du monde, méditatif. Apaisé, c’est un doux poème en forme d’ode à l’émancipation, à l’oisiveté, à l’aventure et au lâcher prise (« No question now, all that is will be »).

Derrière Olympik et ses influences très marquées par les années 90 se cache le morceau le plus long du disque. Une fois encore le spectre est large, basses contre aigus, masses contre filaments, linéarité contre chemins de traverses. A la fois dansant et planant avec ses percussions haletantes, sa basse électronique, ses inflexions de guitares et ses percées synthétiques fantomatiques, il constitue une plongée dans la psyché humaine, l’univers des choix, du destin, individuel et collectif. Du sens de nos vies, et de celui d’aimer, toujours.

I have cried a thousand times

Just to see what’s on your mind […]

A love supreme is all I need

To be waking up from the deepest sleep

EOB – Olympik

Cloak of The Night, en duo avec la jeune chanteuse folk Laura Marling, clôt le disque en douceur, comme un souvenir de ce voyage en terres solitaires, pourtant chargé en satellites et météores.

Profondément acoustique, s’abandonnant parfois à des élans électroniques, Earth contient surtout un bel équilibre entre ses ambitions folk, pop et rock, fruit d’un savant mélange d’assemblages rythmiques, de métissages musicaux et de tensions électriques sous-jacentes.

Pour son premier album, Ed O’Brien fait donc le pari de l’intimisme et de la sobriété. En ramenant la guitare sur le devant de la scène et renouant avec une certaine forme de simplicité, s’affranchissant des codes devenus parfois complexes de Radiohead, il s’inscrit alors dans une autre sphère, émanant de la même galaxie mais ouvrant la porte d’un monde nouveau : le sien, et désormais aussi le notre.

EOB – Earth
Disponible dès maintenant.

Auteur·rice

AMOUREUX DES SONS, DES MOTS ET DES IMAGES, DE TOUT CE QUI EST UNE QUESTION D'ÉMOTION, DE RYTHME ET D'HARMONIE.

    Vous pourriez aussi aimer

    More in MUSIQUE