MUSIQUE EN BREF – Danser encore

Comme toutes les deux semaines, Maze vous invite à parcourir les albums et EP qui ont retenu l’attention des rédacteurs et rédactrices. 

The Weeknd – After Hours

On a ici affaire à un album étrange. Après tout The Weeknd avait prévenu, au vu de ses premiers clips : ambiance Gotham City qui vire au film d’horreur, visage ensanglanté, folie naissante… Le cinéma était là, est l’est dans tout l’album à commencer par son titre After Hours, référence évidente au film de Martin Scorsese de 1985. Références cinématographiques mais aussi musicales, plus que jamais, tant le Canadien veut marcher dans les pas des plus grands. Sur l’excellent Heartless on assiste quasiment à une imitation vocale de Michael Jackson ; Alone Again sonne comme un hommage à Kanye ; et le phénoménal Blinding Lights résonne lui avec toute la synthpop des eighties, de Human League à Depeche Mode. Si en plus de ces belles références, les productions sont appliquées, millimétrées même, donnant un LP cohérent, il manque ce truc, ce petit truc qui fait basculer un album dans la catégorie des grands disques. A trop vouloir faire vivre la musique des années 1980 The Weeknd a, pour l’instant, loupé l’occasion d’inventer celle des années 2020.

Coups de cœur : Blinding Lights, In Your Eyes

Sortie le 20 mars

Kevin Dufrêche

Porches – Ricky Music

Depuis ses débuts en 2013 la formation Porches n’a cessé de travailler son esthétique musicale. En 2020 c’est Ricky Music qui voit le jour avec un Aaron Maine en leader à la mélancolie magnifique. Les premiers singles Patience, rangerover et Do U Wanna donnaient déjà le ton de cette nouvelle composition profonde et sincère. Des partitions comme celles de Hair ou I Wanna Ride viennent étoffer ce travail d’orfèvre, le groupe s’essaye même à des morceaux plus électriques avec notamment sur l’euphorisant Madonna. Vous l’aurez compris difficile en 2020 de passer à côté de la flamboyance inhérente à ce groupe qui ne cesse de nous surprendre.

Coups de cœur : Hair

Sortie le 13 mars

Caroline Fauvel

Childish Gambino – 3.15.20

C’est un album orchestre tantôt magistral, tantôt léger, que nous lègue Childish Gambino. Après une première sortie surprise il y a quelques jours sur le site de l’artiste (un teasing ?), celui-ci est officiellement disponible en ligne, et ce pour notre plus grand plaisir. Donald Glover mêle ici des sonorités éreintantes, électriques, qui apparaissent sur 32.22 notamment ; et d’autres qui empreintes des codes bien plus pop et RnB, comme le souligne le titre Time en début d’album. 3.15.20 est un concentré explosif de rage et de beauté, qui parvient à emprunter singulièrement les codes musicaux de ces dernières année : de l’auto tune mesuré, des airs d’afrobeat salvateurs, un hip-hop feutré. On songe évidemment à Kanye West, ou à Frank Ocean à l’écoute de cette composition fleuve qui ne se refuse rien.

Coups de cœur : 35.31, Time

Sortie le 22 mars

Caroline Fauvel

Coeur – Minouche Mafia

Attention, âmes sensibles s’abstenir, Coeur va faire des ravages et déconstruire l’idée préconçue que vous aviez peut-être des femmes dans le rap-game. Derrière le ce projet fou de trap romantique se cache Charlie Dirty Duran, moitié du duo stéphanois Schlaasss qui dérive en solitaire pour nous offrir un projet à l’eau de rose mais pas que.. Si l’univers musical se montre nettement moins électro que son projet précédent, dans son premier disque Minouche Mafia, Coeur sors les crocs tout en restant romantique. Accompagné de son fidèle gang de minouches et d’une voix tantôt parfaitement autotunée tantôt crue, elle déballe sa rage sur des intrus trap lourdes et entêtantes. Chez Coeur, pas d’amour en mots doux, c’est directe, trash, gore et délicieux. On retrouve la douceur dans les trois derniers titres où l’ambiance se fait plus vaporeuse et plus mélancolique “Régler mes comptes avec la vie en un album” lâche t-elle comme pour nous rappeler pourquoi elle est là. Un premier album aussi crade que sensible que l’on prend un malin plaisir à écouter pour se défouler et se vider de la haine qui ruisselle au fond de nos tripes et se remplir d’un amour sacré invincible. Mention spéciale pour l’un des seuls morceaux calmes du disque Petula superbe hommage à Petula Clark. Allez, coeurs avec les doigts.

Coups de cœur : Bébé d’amour, Pétula, Minouche Mafia, Kawaii Karma

Sortie le 10 mars

Pauline Pitrou

DA BREAK – Let It Shine

C’était une promesse voire presque une évidence. Le coup de coeur était déjà sur Burning, l’EP annonciateur du nouvel album. Guess what  ? Let It Shine n’est pas un (qu’un) coup de coeur, c’est bien plus. C’est la preuve vivante que la France sait faire du hip hop west coast. Mieux encore ; faire tout un album sans avoir recours au sampling, qui est presque une tradition dans le milieu tant il est présent (parfois avec mesure, parfois avec abus). Maintenant c’est Da Break que les artistes sampleront. Les Lyonnais imposent dorénavant les règles, au travers notamment, de beats saillants et d’un spectre musical assez nuancé ; du funky Gotta Break It Up au soulful Don’t Think So en passant par les reggaeishPig Daddy ou Show Me The Steps. Un LP feel good qui s’écoute (et se réécoute) parfaitement bien et qui tombe carrément à pic vue la période !

Coups de cœur : Shine, Don’t Think So, Miss Rosa

Sortie le 13 mars

Guillaume Lacoste

HEU – Les îles ordinaires (EP)

Un îlot pour pleurer et s’évader en douceur : c’est ce que nous offre Heu, jeune artiste parisien qui dévoile son tout premier EP Les îles ordinaires. C’est dans la simplicité d’une guitare folk et mélancolique qu’il choisit de poser ses textes à fleur de peau. Un quatre titre épuré où tout coule et se dilue pour former un bassin de tendresse et de tristesse. Un univers maritime où l’on croise des mers de solitudes et des averses nocturnes salvatrices. Un premier essai qui trouve sa beauté dans la pureté des textes et dans la sincérité d’une voix sensible qui semble avoir vécu. On se laisse volontiers couler un instant avec ce jeune artiste qui ira loin, au delà de terres et océans.

Coups de cœur : Les saisons distraites, Rivière

Sortie le 21 mars

Pauline Pitrou

RAS – RAS II (EP)

Projet mi lo-fi mi disco, RAS viendra sans nul doute égayer vos journées et amorcer les soirées estivales de l’été à venir. Au programme de ce second EP, qui poursuit activement les motifs du précédent (sobrement intitulé RAS), cinq morceaux solaires et aériens, portés par ce trio basé à Berlin, originaire d’Israël. Cette partition se veut être un enchainement homogène (en témoigne la transition subtile entre Pharoah et Zman Halal), opérant un travail sonore minutieux basé sur des sonorités à la fois contemporaines et plus classiques, évoquant naturellement la musique des années 70, ses rythmiques radieuses et ses guitares opaques.

Coup de cœur : Boogie

Sortie le 13 mars

Caroline Fauvel

Four Tet – Sixteen Oceans

Un nouvel album de Four Cet c’est toujours un événement en soi. On attendait cela depuis trois ans, depuis la sortie du magistral New Energy. Sixteen Oceans s’inscrit sans difficulté dans la continuité de cette précédente composition, sauf que cette fois le producteur fait le choix d’un disque plus dansant, évoluant vers une excitation fugitive qui nous anime du début à la fin de son écoute. Mais Four Tet poursuit néanmoins dans sa musique un voyage introspectif intrinsèque à sa manière de composer, effectuant des allers-retours ingénieux, fluides et pourtant frénétiques entre sonorités orientales, voix énigmatiques, et matériaux électroniques. Un bel album porté par les singles Baby ou Teenage Birdsong, à écouter encore et encore.

Coup de cœur : Love Salad

Sortie le 13 mars

Caroline Fauvel

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.