Agend’Art – Art sans frontière

Tous les quinze jours, la rubrique “Art” de Maze vous propose une sélection d’événements culturels à ne pas manquer. Au programme cette semaine  : on redécouvre le conte d’Alice au Pays des Merveilles, on savoure l’art urbain à Paris et à Monthey, en Suisse et on danse la fin du monde au Théâtre de Chaillot.

© Mahn Kloix – Expo M.U.R

Théâtre – ALICE par la Compagnie des Xylophages au Bahut, à Arcueil

ALICE, une création de la Compagnie des Xylophages © Compagnie des Xylophages

Troisième spectacle des Xylophages, ALICE est créé en février 2017 comme le fruit d’un travail de réécriture collective du célèbre conte Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll. À la poursuite de ses explorations du merveilleux et de l’absurde – dans la lignée de Caligula d’Albert Camus, mais aussi du spectacle à venir, le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, la compagnie s’est ainsi emparée d’un univers connu qu’elle s’est ensuite ré-approprier pour en proposer une nouvelle forme. Finalement à partir des souvenirs de chacun, mêlant à la fois livres, dessins animés et films, que reste-t-il de l’histoire d’Alice au Pays des Merveilles ? Quelles traces l’oeuvre a-t-elle aujourd’hui laissées dans la mémoire collective ? Que l’on se remémore ses personnages emblématiques tels que le Chapelier, la Chenille ou encore la Reine de Cœur, ses lieux et la progression angoissante de l’histoire ou ses jeux de mots, Alice est un personnage pluriel envisagé comme telle dans la pièce. Une pièce conçue de manière immersive où les spectateurs sont intégrés au dispositif scénique, un espace neutre où seuls quelques accessoires symboliques participent au développement du merveilleux.

ALICE par la Compagnie des Xylophages au Bahut, 18 Avenue du Président Salvador Allende, 94110 Arcueil, France les samedis 14 mars à 20h et dimanche 15 mars à 17h. Tarifs : 8 – 10€. Informations et réservations

Exposition – Le M.U.R au Zénith, Paris-La Villette

Exposition Le M.U.R présentée au Zénith-Paris La Villette © Le M.U.R association

Depuis 2015, le Zénith Paris-La Villette propose Regard, un cycle de deux expositions temporaires par an au sein de son établissement dans les coursives de la salle de concert, dans le but de promouvoir de nouvelles formes artistiques auprès de son public. Cette année, les artistes de l’association du M.U.R (Modulable, Urbain, Réactif) sont à l’honneur car de l’avis – et des mots – de l’institution « exposer des œuvres d’art urbain fait sens pour un salle de musiques populaires ». L’événement révèle ainsi 25 créations réalisées sur un large mur situé à l’angle de la rue Saint Maur et Oberkampf dans le 11e arrondissement de Paris, que l’association propose d’investir en invitant les artistes urbains à s’en emparer le temps de quelques jours. Acryliques, encres, aérosols, collages ou performances, tous les modes d’intervention sont permis et permettent de créer une passerelle entre l’espace public, le quartier et une démarche artistique, l’art urbain. L’exposition sera exceptionnellement accessible au public hors-concert les jeudi 12 mars et dimanche 22 mars sur inscription.

Exposition Le M.U.R au Zénith-Paris La Villette, 211 Avenue Jean Jaurès, 75019 Paris. Présentée jusqu’en juin 2020. À découvrir dans les coursives de la salle de concert et réservée aux personnes munies d’un billet de concert. Visites ouvertes exceptionnellement – hors concert – le jeudi 12 mars de 18h à 21h et le dimanche 22 mars de 14h à 17h. Inscription obligatoire sur www.zenith-paris.com

Danse – Vessel au Théâtre de Chaillot à Paris

© Yoshikazu Inoue

En 2015, alors en résidence à la Villa Kujoyama au Japon, l’ancien danseur et désormais chorégraphe Damien Jalet fait la rencontre de deux choses. D’abord, le plasticien Kohei Nawa ; Ensuite, le katakuriko, un matériau japonais à base de fécule de pomme de terre à la fois solide et liquide. Les deux sont au coeur de Vessel, son impressionnante nouvelle création présentée au Théâtre de Chaillot jusqu’au 13 mars. Sur scène, sept êtres évoluent sur une mince couche d’eau autour de ce qui s’apparente à un résidu de banquise dont le centre semble lentement entrer en fusion (il est composé de katakuriko). Impossible d’affirmer qu’il s’agit d’humains puisqu’on ne voit littéralement jamais leur tête ou leur visage durant l’heure que dure le spectacle (prouesse physique sincèrement stupéfiante). On pense plutôt à des monstres de laboratoire, ces spécimens défectueux ou anormaux mis en bocaux par des savants pendant des siècles et généralement exposés tels des oeuvre dans les musées de sciences. Quand certains de ces êtres se lovent ou s’emboitent, on pense d’ailleurs inévitablement aux bocaux de formol de cyclopes et de siamois. Et on est tout aussi fascinés. Si Damien Jalet revendique, entre autres choses, s’être inspiré de La jetée de Chris Marker, on peut également convoquer une référence plus commerciale et récente, The Human centipede de Tom Six sorti 2009 qui relate l’histoire d’un chirurgien qui enlève des touristes pour les joindre l’un à l’autre afin de former un mille-pattes humain… Moins sombre et sensationnelle, la création de Jalet et Nawa joue davantage sur les contrastes, l’étrangeté inquiétante d’individus sans tête, leur humour parfois, l’aspect mécanique de leurs mouvements, la grâce de leurs poses inspirées des déesses primitives japonaises, la fatalité de leur destin, la luminosité de la scénographie. On ne sait plus très bien si on assiste à la naissance ou à la fin d’un monde, à une pièce de danse ou à une exposition de sculptures. Qu’importe surement. 

Spectacle Vessel de Damien Janet et Kohei Nawa, au Théâtre de Chaillot jusqu’au 13 mars – Tarif : 11 – 38€ – Durée : 1h.

Chloë Braz-Vieira

Exposition – What is Love au Parc de la Torma, Monthey

Exposition « What is Love ? » à Monthey, en Suisse © Josh Kempinaire

Inaugurée le samedi 7 mars 2020, l’exposition « What is love ?  » de la photographe suisse Brigitte Lustenberger est présentée au Parc de la Torma à Monthey, en Suisse pour les deux prochaines années. À cette occasion, plus de 40 toiles géantes de la photographe suisse ont ainsi été installées dans les quelques 11 000 m² du parc. On y découvre les nombreuses frontières que l’artiste questionne : vie et mort, matière et esprit, cadre et hors-champ, sujet et objet, signe et substitut, réalité et fiction… Et Julia Hountou, la curatrice de l’exposition d’expliquer : « Sans accessoire ni décor, sans apprêt ni événement, ses images détiennent un fort pouvoir d’évocation et nous amène à nous interroger fondamentalement sur les âges de la vie, la solitude, le couple, l’existence. » L’exposition se tient dans l’ancien cimetière de Monthey surplombant la ville et réaménagé en 2013 en lieu de culture : le Parc de la Torma, un espace mixte à vocation horticole avec les serres communales et propice à la détente et à la découverte artistique.

Exposition-photo « What is love ? » de Brigitte Lustenberger au Parc de la Torma, Route de Morgins 1870 Monthey, Suisse. Présentée jusqu’en 2022, accès libre.

Marie Crabié

Rédactrice en chef de la rubrique Art. Curieuse et intriguée par la création artistique sous toutes ses formes

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés