MUSIQUE EN BREF – Avalanche de sons

Virée dans les contrées musicales. La rédaction vous propose proposons une sélection des albums et EP marquants ces deux dernières semaines.

Buvette – 4EVER

Des bruits de pas dans la nuit. La nuit, devinée par le son des synthétiseurs. Le nouvel album de Buvette sera cinématographique et romanesque, ou ne sera pas. Les doigts qui tapent le digicode. Les talons sur le sol, les bruits de clefs, puis la porte, enfin. Together, morceau introductif de 4EVER, est à l’image du disque : oscillant entre des morceaux de la vie quotidienne, et une partie fantasmée et irréelle, sublimée par des sonorités ouateuses. Ainsi, True Stories évoquent les aventures un peu banales d’une place de marché sur des lignes de basses enjouées. Mais le décollage s’opère en réalité au cinquième titre de l’album, Jupithing. Un voyage tout en crescendo de dix minutes vers d’autres galaxies, dont on ne sort pas indemne. On regrette seulement le goût doux-amer laissé par Xoxo, qui fait résonner tous les mauvais côtés d’Auto-Tune. La seconde partie du disque fait l’effet d’un decrescendo, rythmé par des titres teintés d’ambient, parfois complètement instrumentaux, qui nous laissent contemplatifs. S’il fallait résumer 4EVER, en une phrase, il serait judicieux de le présenter comme l’histoire d’une nuit, peuplée d’aventures psychédéliques et inoubliables.

Coups de coeur : Jupithing, Evening Music

Sortie le 31 janvier

Lolita Mang

Ma Pauvre Lucette – L’Etoile

“La nostalgie est le seul sentiment véritable” : ainsi s’ouvre L’Etoile, deuxième disque des cinq garçons de Ma Pauvre Lucette. Un proverbe qui pourrait résumer à lui seul l’univers intrigant et poétique du groupe qui entretient un certain goût pour les fantômes du passé depuis leur premier disque MPL (2015). Pour ce nouvel essai, les défunts de la belle Lucette, amour commun qu’ils ont perdu, continuent d’entrevoir la lumière et semblent tendre vers un renouveau sentimental mais aussi musical. Si on perçoit des touches du premier disque dans Cendres, Wagon – wagon ou encore Mystère Abyssal, ils s’essayent à d’autres horizons musicaux dans l’air du temps. L’autotune pour ECDT , l’électronique pour Que des Coeurs et Plaqué Or, autant de genres explorés que d’émotions dispersées. Un album où le quintette semble avoir pris un second souffle, un souffle vivifiant qui les fera aimer de nouveau. Un disque étoile donc, mais pas n’importe quelle étoile, l’une de celles qui filent à toute vitesse dans la nuit et qui fait naître les vœux les plus fous.

Sortie le 31 janvier

Pauline Pitrou

Ásgeir – Bury The Moon

Voyage en terres de mélancolie enneigées. Près de trois ans après le succès d’Afterglow (2017), le chanteur islandais Ásgeir revient et nous dévoile son troisième album Bury The Moon (Sátt en islandais). Ses trois premiers singles à savoir Pictures, Youth et  Lazy Giants annonçaient déjà la couleur, une folk brute et nostalgique, des réminiscences de l’enfance et des terres natales où Ásgeir Trausti Einarsson -de son vrai nom- a grandi. Pour cet album, l’artiste à la voix d’ange qui n’est pas sans rappeler celle du chanteur Justin Vernon (Bon Iver) s’entoure de son père Einar Georg Einarsson, poète renommé en Islande, et compose onze titres intimes et puissants. Construit sans artifice mais simplement, Ásgeir revient à l’essence de la folk qui l’a rendu célèbre, celle du tube King And Cross. Entre pop, folk et vagues électroniques, le chanteur chante la perte de l’amour, la mémoire des années tendres et le mal du pays. Un disque d’une puissante beauté qui nous rapproche un peu plus de la lune et de ses rayons, idéal pour se réchauffer par temps de grand froid.

Coups de coeur : Pictures, Youth, Overlay

Sortie le 7 février

Pauline Pitrou

Victor Solf – Aftermath (EP)

Presque un an jour pour jour après le clap de fin du groupe Her, Victor Solf est de retour en solo, avec un premier EP. Composé en piano-voix, enregistré intégralement dans son appartement, en tout petit comité, Aftermath propose un Victor à la voix toujours soul mais plus fragile, et des productions moins spectaculaires, mais peut-être plus touchantes qu’avec Her. Au refrain digne d’un générique de James Bond, Hero répond à la sensibilité de Traffic Lights dont les airs de musique classique contrastent avec le groove de The Salt Of The Earth. Un disque sur la reconstruction, c’est ce que nous disait Victor Solf dans l’interview qu’il nous a accordé à l’occasion de la sortie de cet EP, qui promet un grand album.

Coups de coeur : Hero, The Salt Of The Earth

Sortie le 31 janvier

Kevin Dufrêche

Pongo – UWA (EP)

Découverte au Mama Festival 2019 où elle avait fait trembler les murs de la Cigale, Pongo insuffle un vent de fraîcheur sur la scène émergente internationale. Originaire d’Angola mais exilée à Lisbonne, elle dépoussière un genre très peu représenté dans la musique indépendante : le Kuduro, qui s’avère être aussi une danse populaire angolaise. Après Baia (2019), un premier disque emmêlant EDM, Dancehall et Kuduro qui lui avait valu plus de 6 millions de stream, elle dévoile cet hiver son EP UWA (“Etape” en Kimbundu), un cinq titres qui suit le droit chemin du premier album où la chanteuse enchaîne les ambiances, tantôt dansantes (Uwa, Quem Manda No Mic), tantôt douces (Makamba, Wafu) mais toujours avec la même énergie contagieuse. On croisera tout de même au détour de l’écoute quelques influences latino comme sur le titre Canto sur lequel elle chante en espagnol. Un opus solaire et ressourçant qui nous prouve que Pongo gravit les étapes à pieds joints, direction le succès.

Coups de coeur : Uwa, Quem Manda No Mic, Wafu

Sortie le 7 février

Pauline Pitrou

Later. – On Time (EP)

Nouvelle signature du label Cookie Records (deuxième label de Pain Surprises), les parisiens de Later. dévoilent leur tout premier EP solaire On Time. Il faut dire que les garçons de Later. ne sont pas de grands adeptes de la vie des grandes villes, celle qui file à toute vitesse, eux tendent plutôt vers la procrastination et la détende constante. C’est dans un décor de plage d’été ou d’un après-midi lové au fond d’un hamac que On Time prend vie. Cinq titres efficaces à la production léchée qui vacillent entre pop électronique et jazz bercés par la voix douce et feutrée du chanteur. Un mini-disque groovy et prometteur qui nous prouve que le jeune groupe n’a pas fini d’arrêter le temps, en musique toujours.

Coups de coeur : Don’t U Know

Sortie le 31 janvier

Pauline Pitrou

Swing – ALT F4 (EP)

C’est avec beaucoup d’anticipation que nous attendions ALT F4, le nouveau projet du rappeur et chanteur belge Swing. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nos espérances ont été comblées. Cet EP est superbe sur bien des points. On y retrouve tous les éléments nécessaires : un fil conducteur, une cohérence musicale et textuelle, des featurings intéressants (notamment avec Dune et Crayon), une qualité de son et un mixage excellent. Swing, de sa voix envoûtante, parvient à créer proximité avec son audience, par l’honnêteté de ses mots et de sa voix. Avec ALT F4, le jeune artiste parvient à faire une réelle introspection sur son métissage, l’amour et sa place dans se monde, un sujet universel et compréhensible de tous. ALT F4 est donc un album touchant, et profondément humain, qui s’écoute d’une traite.

Coups de coeurs : Brousse, Gris, Soon

Sortie le 7 février

Tristan Pilloix

Khruangbin – Texas Sun (EP)

Depuis la sortie du merveilleux Con Todo El Mundo, qui avait mis tout le monde d’accord sur la légitimité de la musique instrumentale et plus précisément du rock instrumental, on s’est bien dit que le genre avait trouvé son maître. Pourquoi mettre des voix quand guitare, basse et batterie suffisent à dégager de l’émotion, du chien et foutre les poils pendant trois minutes comme toute bonne chanson constituée a pour mission. Parce que ce serait encore mieux pardi ! Le mieux est l’ennemi du bien et Laura, Mark et Donald le croquent sans vergogne sur ce nouveau maxi. Et si Texas Sun est signé Khruangbin & Leon Bridges c’est parce que c’est bel et bien une collaboration (et non un featuring), où l’on retrouve autant les partitions de rock psyché vacillant du trio que les élocutions soul de leur voisin d’état Leon Bridges (qui recevait en 2018 un Grammy pour la meilleure performance R&B). L’eau à bouche disait Serge, et plus particulièrement sur le dernier échantillon du disque, Conversion, où résonnent d’outre-tombe la guitare de Janis Joplin et les éloges des plus grands crooners tels que Sam Cooke ou Otis Redding. Somptueux.

Coups de coeur : Conversion, C-Side

Sortie le 7 février

Guillaume Lacoste

Jamie Isaac et Nosaj Thing – 3 (EP)

Sobrement intitulé 3, le dernier EP de Jamie Isaac s’est cette fois fait en featuring avec Nosaj Thing. Le producteur originaire de Los Angeles (qui a déjà collaboré avec Toro y Moi, BADBADNOTGOOD ou Chance the Rapper) confère à la voix soul de Jamie Isaac une base sonore électronique subtile. Cet EP à l’esthétique nocturne minimale dispose d’un juste équilibre rythmique, une parenthèse de trois titres qui se complètent efficacement les uns les autres. I Know met l’accent sur des vibes langoureuses ; Next To Me, vient s’apposer comme une composition plus rapide et téméraire ; tandis que Made joue sur des motifs r&n’b feutrées.

Coup de coeur : I Know

Sortie le 31 janvier

Caroline Fauvel

Pour écouter le podcast :

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés