LES CLIPS DU MOIS – Février #1

Désormais chez Maze, on vous parlera clips deux fois par mois pour plus de beauté dans les yeux et dans les oreilles. Pour cette première sélection on voyage avec Voyou et Refuge et on délire gore avec Perez.

Vincent Delerm – Pardon les sentiments par Bertrand Jamot

Le 10 février dernier, Vincent Delerm dévoilait le clip d’un des titres les plus singuliers de son dernier album Panorama  : Pardon les sentiments, une réflexion fantaisiste sur les sentiments dissimulés bercée par la pop de Voyou et portée par le dispositif scénique de Yoann Bourgeois. Réalisé par Bertrand Jamot, le clip forme un ensemble harmonieux et amusant. Sur cette plateforme sans cesse en mouvement, la comédienne Clothilde Hesme – personnage du spectacle du chanteur – et Vincent Delerm jouent au couple qui courre, glisse, danse, souffle sur des bougies. Beaucoup d’amour dans et pour ce clip.

Diane Lestage

Voyou – Les Humains par Norma et Voyou

Avec Les Humains, Voyou voyage, alors qu’il ne veut qu’une chose : être auprès de celle qu’il aime. Le clip réalisé par la chanteuse Norma et entièrement illustré et animé par Voyou lui-même, nous offre un monde coloré, imbibé de cinéma. De quoi parfaitement accompagner ce titre 100 % Voyou, joliment léger, sacrément poétique et rythmé par son inévitable trompette.

Kevin Dufrêche

Refuge – Silsila Yeh Chahat Ka par Margot de Kerangat

Après un premier extrait envoûtant sous les traits de 2K16, Refuge continue de dessiner son prochain album Hunger à paraître en mars prochain et dévoile le clip hypnotisant de Silsila Yeh Chahat Ka ( Je n’ai pas laissé mourir cette flamme de désir “). Pour cette reprise d’un célèbre titre issu du film bollywodien Devdas – qui a bercé l’enfance de l’artiste -, il fait appel à la réalisatrice Margot de Kerangat qui le met en scène dans une superbe robe rouge et ocre inspirée du traditionnel sari indien. Accompagné d’une danseuse (Natty Fusion), Refuge attend l’être aimé , le feu au creux des paumes. A l’aide de nombreux procédés visuels psychédéliques (découpages, flous.. ), le clip nous transporte sur des terres étranges de lamentations où chagrin et amour ne font plus qu’un.

Pauline Pitrou

OH MU – I DADDY par OH MU

 Véritable alien de la nouvelle scène française, la/ le chanteur.euse Oh Mu revient de plus belle avec Contre-Culture, nouvel EP prévu pour mars 2020. Pour annoncer la couleur, l’artiste dévoile un premier extrait réjouissant et militant sous les traits de I DADDY. Apprends-moi la vie / Papa chéri / Sans toi ni loi je vais nulle part / du moins c’est ce qu’on me fait croire, elle dénonce la masculinité toxique, la violence patriarcale et les daddy “issues” dans une vidéo auto-réalisée haute en couleurs, fabriquée tout en montages et en gif. Installée sur les genoux d’un père imaginaire dont le visage est camouflé par des images d’hommes viriles, OH MU déballe sa rage sur une instru à mi-chemin entre musique de club et pop française. Un clip courageux et engagé d’une artiste qui bouscule les codes et dont on a définitivement besoin.

Pauline Pitrou

The Strokes – At The Door par Mike Burakoff

Après sept ans de silence, les Strokes annonçaient la sortie d’un nouvel album, The New Abnormal, le 10 avril prochain. Dans la foulée, un premier titre clippé sortait, At The Door. Et le résultat est à la hauteur de ce premier morceau, avec une superbe vidéo en animation réalisée par Mike Burakoff. Ce dernier est notamment connu pour avoir collaboré avec MGMT sur leur clip When You Die (2017). At the Door nous plonge durant six minutes dans un univers 100 % eighties et science-fiction. Le tout avec vaisseaux spatiaux, effets lumineux et créatures étranges. Une énième raison de les aimer.

Manon Michel

LAAKE – Run par Vincent De La Rue

Extrait de son prochain album O à paraître en mars prochain, le producteur électronique LAAKE dévoile le clip haletant de Run. Réalisée par Vincent de La Rue, la vidéo nous transporte entre ciel et mer pour une course effrénée contre la folie et les visions étranges d’un homme en bord de mer. Sur une musique électronique et symphonique épique, les paysages marins et pittoresques défilent sous nos yeux au gré de son sprint salvateur. Un clip épuré et majestueux façon The Blaze porté par le jeu impressionnant de Lucas Mortier. A couper le souffle.

Pauline Pitrou

Kompromat – De mon âme à ton âme par Claire Burger

Après le premier clip sombre et trash de Niemand réalisé par Bertrand Mandico, il semblait être difficile d’égaler esthétiquement un tel bijou cinématographique pourtant ils l’ont fait. Pour illustrer leur morceau hypnotique De mon âme à ton âme, temps fort de l’album Traum und Existenz (2019), le duo techno punk dark Kompromat fait appel à la célèbre réalisatrice Claire Burger (C’est ça l’amour, Party Girl) qui rend un hommage sublime au film culte inachevé L’Enfer de Henri-Georges Clouzot. Avec la présence solaire et mystérieuse d’Adèle Haenel qui prêtait déjà sa voix au morceau, le clip replonge les cinéphiles les plus avertis dans les méandres de ce film maudit et télescope les autres dans une bulle visuelle obsédante et sublime. Une production qui fera frémir les âmes et les corps.

Pauline Pitrou

Perez – El Sueño par Alexis Langlois

Ne vous fiez pas au titre, le rêve (El Sueño) que nous conte Perez dans son dernier clip a plutôt des allures de cauchemars. Pour illustrer le morceau extrait de son album SUREX, le chanteur fait appel au talent trash du jeune cinéaste Alexis Langlois (De La Terreur Mes Soeurs) pour modeler un rêve glauque et répétitif obsédant. Ainsi, on retrouve Perez dans un “rêve de rêve” interminable dévoré par d’étranges créatures roses. Stroboscopique, effrayant et diaboliquement queer, Alexis Langlois accentue l’ambiance anxiogène du titre et réussit presque à nous rendre cannibale. Miam.

Pauline Pitrou

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.