LES CLIPS DU MOIS – Janvier

Pour cette première sélection des clips du mois de 2020, comme à son habitude, la rédaction a sélectionné pour vous les productions visuelles et musicales qui ont subjugué nos yeux et nos oreilles. Ce mois-ci, le bal triste de P.R2B, les songes enfantins de Ian Caulfield ou encore le conte funèbre de Mila Dietrich.

P.R2B – La Chanson du Bal par Pauline Rambeau De Baralon

Fuir au beau milieu d’une fête, s’échapper promptement sans rien dire à personne, déserter la piste et abandonner l’espoir qu’on avait qu’elle nous regarde et qu’elle nous aime, notre amoureuse du soir. Dans sa robe couleur de spleen, P.R2B nous emmène au bal pour son tout premier clip La Chanson du Bal. Tel une Cendrillon des temps modernes, elle nous transporte dans une soirée qui bat son plein, entre vodka et gin, stroboscopes et rayons lumineux puis vient la romance rêvée fort mais qui n’arrive pas, alors elle s’enfuit de ce château dansant pour retrouver son chagrin et sa solitude. Diplômée de la Femis, Pauline Rambeau De Baralon dit P.R2B se lance dans la réalisation de ses propres vidéos et nous livre un joyau esthétique et mélancolique. Jeux de lumières et d’écrans, ralentis poétiques, l’artiste s’inspire des films qu’elle adule (Melancholia de Lars Von Trier, La Belle et la Bête de Jean Cocteau) pour créer un univers onirique empli de tendresse. Pour jouer sa cavalière de bal énigmatique et inaccessible, elle fait appel à l’actrice Alma Jorodowski. Côté musique, P.R2B nous offre un poème lancinant où les mots créent des images, où les sons s’enlacent. Une fête triste mais douce qu’on se plaît à rejouer en boucle.

Pauline Pitrou

Mélodie Lauret – Elles avaient 15 ans par Guillaume Genetet

“L’innocence sous les paupières, un coeur vierge d’aimer”, des mots justes slamés sur des notes de piano triste, c’est bel et bien une histoire que nous raconte Mélodie Lauret dans Elles avaient 15 ans, deuxième morceau de son premier EP 23h28 paru en novembre dernier. Ce n’est pas n’importe quelle histoire mais une première romance faite de détails poétiques, de passions et de cœurs qui explosent. Un conte d’amour juvénile entre deux filles pas encore femmes mais plus vraiment enfants qui se perdent dans une idylle sublime et douloureuse. Pour illustrer son titre, la jeune artiste choisit l’errance et nous emmène derrière les vitres des transports en commun, lieu de souvenirs et de nostalgie où il suffit simplement de coller son visage sur la vitre pour replonger dans la mémoire. Signé Guillaume Genetet, le clip nous offre un instant suspendu dans les profondeurs d’un premier amour et son chagrin, celui là même qui reste gravé pour toujours dans l’esprit et qui construit tous les autres qui s’en suivent.

Pauline Pitrou

Lala &ce – Amen par La Maison Blanch.

Après avoir plongé dans les eaux troubles et sensuelles pour les clips de WET (Drippin’) et Coulée, la rappeuse Lala &ce est de retour avec Amen, présent sur son dernier album Le Son d’Après sorti en juin dernier. Cette fois-ci, c’est dans un road-trip classieux qui la mène jusqu’aux sommets qu’on retrouve la jeune artiste lyonnaise. Mise en image par la Maison Blanch. , la vidéo suit Lala et sa bande se pavaner sur les routes et achever leur voyage face à la mer, sous une pluie de pétales et de champagne. Un clip brûlant à l’esthétique ravageur, désormais marque de fabrique de celle qui se place au devant de la scène rap indépendante. On dit chapeau.

Pauline Pitrou

Mila Dietrich – Lien de Sang (feat.Théodora) par Lola Margrain

Avis aux amateurices d’hémoglobine et de techno sombre, la productrice Mila Dietrich -adulée de la scène électronique LGBTQI+ française- dévoile un conte visuel funèbre pour son morceau Lien de Sang. Tout commence au beau milieu d’un cimetière désert, une mystérieuse femme en deuil se recueille sur la tombe d’une inconnue, s’en suit une course nocturne mystique à base de couteaux sanglants et de kidnapping violent. Une pépite cinématographique morbide et esthétiquement sublime réalisée par Lola Magrain pour illustrer le morceau final de Intrusion, dernier EP martial de la jeune femme paru en novembre dernier. On ressort troublé.e et envoûté.e par les nappes électroniques qui cognent et la voix obsédante de Théodora qui résonne jusqu’aux tripes. Un festin glauque pour yeux et oreilles, on en redemande.

Pauline Pitrou

Lolo Zouaï – Desert Rose par Emilie Badenhorst

Pour sa dernière vidéo, la princesse RnB revient en terres de coeur et dévoile le clip de Desert Rose, sans doute le titre le plus personnel de son dernier album High Highs to Low Lows (2019). La jeune artiste franco-algérienne nous emmène à Essaouira, ville portuaire du Maroc et déclare son amour à l’Afrique du nord d’où est originaire son papa. Une pellicule signée Emilie Badenhorst parsemée de paysages sublimes où mer et oiseaux se confondent et de scènes quotidiennes empruntes d’une poésie sensible. Un morceau nostalgique où Lolo Zouaï renoue avec ses origines et recrée visuellement le moment crucial du départ. Un désert rose dense et touchant où chaque grain de sable est un souvenir qu’on garde quelque part en soi.

Pauline Pitrou

Ian Caulfield – Pas Grand Chose par Nicolas Garrier

Pour introduire son tout nouveau projet, Ian Caulfield convoque ses songes d’enfants et nous emmène dans un monde étrange peuplé de créatures et d’ombres effrayantes dans Pas Grand Chose. Perdu dans sa cabane en bois au beau milieu de la forêt, il dessine ses névroses et ses cauchemars. Mis en images par Nicolas Garrier, la vidéo bercée d’une lumière crépusculaire recrée un univers inspiré des contes juvéniles. Fantasmagorique et fascinant, l’artiste rémois se bat contre ses monstres intérieurs, entre rêves et peurs, on plonge avec lui volontiers. Un premier titre où le gamin rêveur déploie sa voix rauque et fragile sur une musique pop inspirée de la musique anglo-saxonne. Un air de liberté et une preuve de plus que l’enfance et ses fantômes ne sont jamais très loin.

Pauline Pitrou

Poppy Ajudha – Low Ride (feat. Mahalia) par CHILD

C’est une soul transcendante et feutrée dont la chanteuse britannique Poppy Ajudha fait usage pour ce morceau où elle invite Mahalia. Celle-ci y appose une voix mielleuse, qui s’accorde à merveille avec les accents volontairement jazz du morceau. Low Ride est un hymne amoureux et féminin, transposé avec la simplicité d’un noir et blanc vaporeux dans ce clip réalisé par CHILD. 

Caroline Fauvel

GENTS – Own Little World par Niklas Adrian

Le duo danois GENTS avait marqué l’année 2019 avec son album Human Connection. Avec le clip du morceau Own Little World, Niels et Thies font durer le plaisir de leur musique qui nous poursuit depuis quelques années à présent. Filmé par un ami du groupe, Niklas Adrian Vindelev, ce clip vidéo de quelques minutes fait état d’une nostalgie légère et poétique qui nous laisse rêveur. Le vidéaste emploie ici un plan scindé en deux constitué essentiellement de vidéos personnelles dans des teintes de bleu, d’orange et de mauve ; des paysages, des voyages, des clichés, pour la plupart capturés à New-York à l’automne 2018. 

Caroline Fauvel

Porches – Do U Wanna par Nick Harwood & Aaron Maine

C’est un morceau bref mais d’une candeur déconcertante que nous a livré Porches il y a quelques jours. Do U Wanna, donne suite à rangerover, et nous invite à danser dans un cabinet dépouillé, au milieu de ce duo esseulé et touchant formé par le chanteur du groupe et une psy. L’occasion pour la formation menée par le charismatique Aaron Maine d’amorcer la sortie de Ricky Music, album à paraître le 13 mars prochain.

Caroline Fauvel

Méryl – La Brume (feat Le Motif) par James CAM’RHUM & Elaps

La scène rap féminine française n’a pas fini de briller et ce n’est pas Méryl qui nous fera dire le contraire. A seulement 23 ans, la rappeuse originaire de Martinique a déjà tout d’une grande. Déjà une poignée de clips solides dans la poche (Désolé, Ah LALA), elle étonne et détonne armée d’un flow arrogant et de lyrics sensibles. Début janvier, elle dévoilait La Brume accompagnée d’un clip aux couleurs tropicales signé James CAM’RHUM & Elaps. Ombres sur la plume mais couleurs sur la veste , on suit l’artiste et le rappeur Le Motif (en featuring sur le morceau) se noyer entre brumes épaisses et soleil brûlant, un décor qui colle parfaitement aux paroles mélancoliques du titre “Dehors soleil rayonne / Mais dans ma tête, c’est la brume”. On compte bien traverser les fumées avec elle jusqu’à son projet prévu pour février prochain.

Pauline Pitrou

King Krule – (Don’t Let The Dragon) Draag On par Archy Marshall

Près de trois ans après la sortie de son album The Ooz en 2017, King Krule, de son vrai nom Archy Marshall, nous propose un clip sinistre et fantasmagorique, non sans rappeler le récent film The Lighthouse de Robert Eggers, pour son titre (Don’t Let The Dragon) Draag On. Écrit et réalisé par lui-même, King Krule nous embarque l’espace de deux minutes et demie dans un angoissant et lent plan-séquence, alternant close-up du visage de l’artiste et vision horrifique de la pleine lune. La sortie du clip est aussi l’opportunité d’annoncer Man Alive !, nouvel album du musicien anglais, prévu pour le 21 février prochain. Ce nouveau projet sera l’occasion de retrouver les titres Alone, Omen 3 et Energy Fleets, déjà connus des fans de l’artiste depuis novembre 2019 car extraits de son court-métrage Hey World !.

Pierre-Louis Herrouin

Cathedrale – Gold Rush par Alison Flora

Dans le beau monde de la nouvelle scène rock, il est de plus en plus coutume d’utiliser l’animation en décor des riffs percutants et autres rythmes nerveux, on songe au lugubre Mourn de Lysistrata ou encore au délirant Never Fight A Man With a Perm des Idles. Il n’est donc pas vraiment étonnant de découvrir le nouveau bijou animé des toulousains de Cathedrale. Pour illustrer leur troisième single Gold Rush, le groupe fait appel à Alison Flora -déjà aux manettes de You Can Fall – qui offre au morceau à l’énergie post-punk un écrin électrique et coloré. Extrait de leur futur album Houses Are Built The Same à paraître le 27 mars prochain chez Howlin Banana et Rockerill Records, la vidéo nous invite à suivre la dégringolade professionnelle d’un jeune travailleur sous l’emprise de la pression capitaliste qui ira jusqu’à faire un pacte avec le diable pour l’argent. Une bande couleur dénonciatrice et pop à voir/écouter d’urgence.

Pauline Pitrou

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés