« L’Upcycling is the new recyclage » avec Kitesy Martin

Photo : © Sam Sarabandi

Prendre l’ancien pour faire du neuf, c’est la philosophie de Kitesy Martin, fondatrice de la marque de bijoux upcyclés du même nom. Portrait d’une créatrice qui a de l’ambition.

Kitesy est parisienne, elle a 35 ans et collectionne les casquettes  : professeure de yoga, cofondatrice du concept de hip-hop yoga Humble Warrior et styliste. Diplômée de l’Ecole Olivier-de-Serres puis de l’école nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris en section mode, Kitesy devient styliste pendant 10 ans pour plusieurs maisons telles que Louis Vuitton, Balenciaga, Balmain ou encore Lacoste. Seulement, après un certain temps, la jeune parisienne réalise que c’est l’intégralité de la marque qui l’intéresse, du développement à la création, jusqu’au marketing. 

« Au bout d’un moment je me suis rendue compte que ça me convenait pas de limiter la création au dessin et à la confection d’un vêtement, j’avais envie de toujours voir au-delà de la création d’un vêtement (…) petit-à-petit j’ai commencé à faire ma route vers l’entrepreneuriat. »

Kitesy Martin

C’est pour cette raison que Kitesy lance sa marque de sacs de luxe, à l’aide des artisans français répertoriés dans son carnet d’adresses pendant ses années de stylisme. Une expérience qui durera 3 ans et lui en apprendra beaucoup sur l’entrepreneuriat. 

« Il y avait un truc à faire »

Passionnée par la mode, Kitesy était styliste vêtements mais également accessoires. «  J’ai toujours aimé les bijoux  » Avec eux, c’est une histoire d’amour de longue date «  j’ai grandi avec, j’ai une mère qui aime les bijoux fantaisies à fond, elle a des boîtes de bijoux à gogo. Moi, petite, à la maternelle j’allais à l’école avec des bijoux.  » Lorsqu’elle en porte, c’est presque toujours des bijoux vintages, «  des trucs de famille  ».

A l’époque, elle se prend en photo avec, et les poste sur Instagram «  je me suis rendue compte que sur Instagram, plein de nanas me demandaient d’où venaient mes bijoux (…) et en fait je me suis dit  : ah il y a quand même un truc à faire avec  ». C’est comme ça que l’idée fait son chemin. Ces messages sont le point de départ de la marque Kitesy Martin. 

Photo : ©Kitesy Marti, Bijoux

La créatrice avait depuis quelques temps pris conscience des répercussions de la consommation de fast fashion «  je me rendais compte que c’était une catastrophe pour l’environnement, pour la planète, au niveau éthique aussi.  » Cela fait d’ailleurs un an et demi, qu’elle essaie de consommer de manière plus responsable la mode quand elle décide de lancer sa marque. 

Photo : © Enzo Lefort

Après un brainstorming de plusieurs mois, deux notions ressortent  : l’upcycling et la pièce unique. La créatrice veut une marque qui allie son amour du vintage et sa prise de conscience éco-responsable, et c’est l’upcycling qui semble être la solution toute trouvée. Elle le dit elle-même, elle a toujours été habile de ses mains «  j’ai toujours rafistolé des bijoux, par exemple, si je trouvais une clé par terre je la mettais en boucle d’oreille, un pendentif de ma mère je le transformais en broche.  »

L’entrepreneuse décide d’aller aux puces de Saint-Ouen et de Montreuil afin de trouver des stands capables de lui vendre des bijoux vintages en gros. Pour l’assemblage, pas d’autre choix que de trouver des magasins pour acheter les anneaux d’assemblage, fermoirs et créoles en plaqué or : des éléments qui se doivent d’être neufs en raison de la difficulté à en trouver des vintages mais surtout pour des questions d’hygiène. Des produits qu’elle trouve auprès de fournisseurs parisiens qu’elle avait dans son carnet d’adresses. 

Photo : © Kitesy Martin

Une logique écologique profonde

Au fur et à mesure, d’autres questions se posent pour un développement qui colle à la philosophie de la marque, notamment au niveau du packaging. «  Au début je me suis dit je vais faire de belles boîtes avec un beau nom embossé à l’or doré, et puis après je me suis dit que c’était ridicule, je vais pas faire des boîtes en carton que les gens vont jeter  », c’est pour cette raison, que la créatrice se tourne vers les boîtes biodégradables et choisit les packagings alimentaires.

«  Pour l’envoi, je me suis rendue compte aussi, comme j’avais tout ce processus, c’était ridicule de faire voyager une mini-boîte à l’autre bout du monde, donc tant pis, on s’arrête à la France  », une limite qui lui paraît évidente, d’autant plus qu’elle n’imagine pas au début la résonance que vont avoir ses bijoux. Aidée par son compagnon, Kitesy créé son identité, son logo, un compte instagram et lance son shop en ligne

Photo : © Kitesy Martin

«  Presque tout est parti en une nuit  »

Officiellement lancée en décembre 2018, la marque Kitesy Martin n’a pas cessé de se développer et de trouver son public. Dès le lancement, les commandes épuisent les stocks. Un succès qui pousse les enseignes à se rapprocher de la jeune femme pour des collaborations.

«  Je me suis fait approcher par Nike assez rapidement (…) c’était hyper cool de travailler avec cette marque qui est pas du tout éco-reponsable, mais j’étais contente de pouvoir montrer à une toute petite partie des clients Nike qu’il y a aussi cette façon là de consommer  ».

Kitesy Martin

Loin d’elle l’idée de dire que tout est horrible dans nos modes de consommation, ses ateliers lui permettent de faire découvrir le concept de l’upcycling et de montrer à quel point il est ouvert à tous. C’est d’ailleurs là qu’elle voit une partie de l’avenir de sa marque «  je pense que Kitesy Martin ça va pas que être du produit bijou ça peut être quelque chose qui parle de l’upcycling.  »

Photo : © Kitesy Martin Bijoux

Pour le développement de ses bijoux, l’entrepreneuse est lucide «  Je me dit souvent que ça peut pas être très gros comme marque, comme je travaille sur de la pièce unique, je suis totalement dépendante de mes trouvailles et chiner ça peut pas être infini, il y a plus de ressources à un moment  ». D’autres catégories, des vêtements, des objets du quotidien ou de la décoration, mais également d’autres formes d’action. Continuer les workshops et pourquoi pas développer le consulting pour les plus grosses marques qui veulent se tourner vers l’éco-responsabilité. 

Photo : © Kitesy Martin Bijoux

Pour l’heure, Kitesy Martin se développe et collabore au coup de cœur. Un coup de cœur qui l’a d’ailleurs menée à s’associer à la styliste Iris Gonzales, pour sortir une collection capsule de mini sacs vintages d’inspiration 90’s-00’s, customisés avec des bijoux vintages. «  Ça ouvre aussi la piste que Kitesy Martin ça va être autre chose que des bijoux.  »

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.