MUSIQUE EN BREF – Disques sombres

Noirceur, mélancolie et jeunes pépites au rendez-vous de ce nouveau musique en bref. La rédaction vous chronique les albums sortis récemment qu’ils ont apprécié (ou non).

Pomme – Les Failles

« Je suis celle qu’on ne voit pas, je suis celle qu’on n’entend pas, je suis cachée au bord des larmes, je suis la reine des drames » ainsi commence le nouveau disque de celle qui nous avait déjà charmé avec son premier album A Peu Près (2017). Près de trois ans après la chanteuse au doux nom sucré dévoile Les Failles, un second disque mélancolique et troublant qu’elle compose pour sortir du silence qui lui ronge le coeur, pour éponger les peines qui la hantent comme elle nous le raconte dans l’entretien qu’elle nous a accordé récemment. Pomme a grandi, découvre son corps et ses failles, devient femme et nous offre un disque qui vient puiser au plus profond de ses fêlures intérieures. Un album co-produit par Albin de La Simone qui explore des thèmes universels comme l’angoisse de la fin (Pourquoi La Mort Te Fait Peur ?), l’envie de prendre le large (Soleil Soleil) ou encore le rêve d’enfanter, qui prennent une dimension intime dans la bouche de l’artiste. Sur des mélodies délicates et magiques aux accents folk, Claire Pommet de son vrai nom, purge ses angoisses et nous montre, une fois de plus, que la musique peut sauver des âmes, quitte à y laisser quelques larmes.

Coups de cœur : Je sais pas danser, Les Séquoias, Soleil Soleil, Saphir, Pourquoi La Mort Te Fait Peur

Sortie le 1er novembre

Pauline Pitrou

Neil Young & Crazy Horse – Colorado

Si la source d’inspiration du septuagénaire canadien ne tarit pas (une moyenne d’un album original par an, sans compter les rééditions et publications de ses archives), voici un disque un peu à part, puisqu’il marque le retour de Crazy Horse, son backing band légendaire, sept ans après le mastodonte Psychedelic Pill. Hormis She Showed Me Loved et ses treize minutes au compteur, l’ensemble est moins porté sur les longues jams et les envolées électriques, ce qui n’empêche pas des compositions toujours aussi aussi percutantes et inspirées (Help Me Lose My Mind, Milky Way, Shut It Down, I Do). Mais, étonnamment, ce sont encore les chansons portées par le piano qui sont les plus mémorables : ainsi la profondément politique et bouleversante Green Is Blue et la tendre Eternity s’imposent comme des pièces maîtresses de la discographie du loner, doublées d’une belle conclusion à cette décennie qui s’achève. En 2019, face aux prises de conscience des nouvelles générations et à l’absurdité du gouvernement de son pays, Neil Young a encore des choses à dire, et nous aurions bien tort de ne pas l’écouter.

Coups de cœur : Olden Days, Green Is Blue, Eternity, I Do

Sortie le 25 octobre

Camille Tardieux

Cigarettes After Sex – Cry

Cigarettes After Sex c’est (on ne veut pas se le cacher) un peu tout le temps la même chose, bien qu’on soulignera le fait que le groupe a le mérite d’être fidèle à lui même depuis sept ans à présent. La formation new yorkaise restant de marbre derrière une musique toujours plus sombre et mélancolique basée sur cette même structure : des percussions en demi teinte, des guitares et la voix toujours plus vaporeuse de Greg Gonzalez déclamant des paroles toutes plus déprimantes les unes que les autres. Bref vous l’aurez compris rien à dire de bien parlant sur Cry si ce n’est que cet album fait honneur au caractère si singulier de la musique du groupe et rendra les fans de la première heure ravis ; une production douce-amère pour ceux qui en attendaient plus.

Coup de cœur : ?

Sortie le 25 octobre

Caroline Fauvel

Acid Arab – Jdid

Préparez vos dancefloors, Acid Arab signe son grand retour. Plus de trois ans après leur tout premier album Musique de France (2016), le groupe qui allie à merveilles acid et sonorités du Moyen-Orient dévoile Jdid (“nouveau” en arabe) pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Pour ce nouvel opus électrique, les producteurs font de nouveau appel à plusieurs artistes pour collaborer avec eux, on retrouvera ainsi de nouveau Sofiane Saidi sur Rimitti Dor mais aussi l’envoûtante Radia Menel sur le titre d’ouverture Staifia ou encore le girl band nigérien les Filles de Illighadad sur Soulan. Ainsi, au détour du disque, on visitera Alger, Tunis, Manchester ou encore Le Caire. Un album où le mot d’ordre est “rencontre”, assemblages d’univers sonores et de diversités musicales. Onze titres dansants et hypnotiques qui se montrent plus acides et techno que ceux entendus sur le premier disque. Un nouveau virage qui fera danser le monde entier, sur un même pied.

Coups de cœur : Staifia, Was Was, Club DZ, Rajel

Sortie le 18 octobre

Pauline Pitrou

Black Marble – Bigger Than Life

Quoi de plus réjouissant que la synth pop sobre et efficace de Black Marble. Depuis 2012 la formation use des vieilles recettes des années 80 pour proposer des sonorités bien actuelles qui ne sont pas sans évoquer des groupes comme Porches, Part Time ou Motorama. Bigger Than Life publié chez Sacred Bones Records est une suite honnête qui s’inclue impeccablement dans cette continuité, sans pour autant susciter la surprise chez l’auditeur ; si ce n’est que le groupe semble ici s’attarder sur une temporalité plus construite, avec des morceaux plus ou moins rapides, et des interludes apaisées dans un élan relativement enjoué. Black Marble sera à découvrir en concert avec Super ! à Paris, Lille et Poitiers en début d’année prochaine.

Coup de cœur : Call

Sortie le 25 octobre

Caroline Fauvel

Christine Ott & Torsten Böttcher – Nanook of the North

Si le nom de Christine Ott vous ait peut-être encore inconnu, ses nombreuses collaborations (Radiohead, Tindersticks, Yann Tiersen) ont pourtant dépassées depuis longtemps les frontières de la musique contemporaine. La française, spécialiste des ondes Martenot, revient ici à son premier amour, le piano, ainsi qu’aux percussions, et ce en compagnie de Torsten Böttcher (hang, didgeriddo, kalimba) à l’occasion de la création d’un ciné-concert autour du film culte et bientôt centenaire Nanook of the North de Robert Flaherty, sept ans après avoir livré le même exercice sur le Tabu de Murnau. Un florilège d’ambiances à la fois douces et polaires, lumineuses et organiques, sensitives et impressionnistes, qui créé un dépaysement total, avec ou sans les images ethnographiques de cette aventure arctique qui avait déjà inspiré Frank Zappa dans les années 70 pour son disque Apostrophe. Seul regret : que la captation n’ai pas été réalisée en studio, laissant une patte live plaisante mais aussi quelques toux et une distance parfois dommage. Un moindre mal qui ne nous empêchera pas de nous perdre dans ce beau voyage.

Coups de cœur : Babies, Walrus Hunting, …Et le blizzard

Sortie le 25 octobre

Camille Tardieux

Vulves Assassines – Godzilla 3000

Nom vengeur, textes provocateurs, musique agressive, les Vulves Assassines débarquent avec Godzilla 3000, l’album de tous les dangers, qui s’apprête à faire saigner les oreilles et le cerveau de tout ceux qui oseront s’y aventurer. Electroclash, (t)rap, punk, cumbia, gabber, c’est un concentré de cultures alternatives et dissidentes que nous propose ce premier disque. Onze titres aux thématiques incendiaires, conviant pages sombres de la culture pop (Derrick), monde du travail (Chômeur branleur), état d’urgence (Colis suspect), violences conjugales (C’est moi qui t’baise), IVG (Un oiseau au paradis) et, surtout, la phallocratie sous toutes ses formes (Godzilla 3000, J’aime la bite mais pas la tienne). Quelque part entre Sexy Sushi, Schlaasss, Stupeflip et Salut C’est Cool, les Vulves Assassines distribuent des uppercut contre toutes les formes de dogmes, de bien-pensance et d’idées préconçues, machisme et virilisme en tête : un véritable féminisme de guerre, musical et salvateur, qui n’a pas fini de faire du bruit.

Coups de cœur : Chômeur branleur, Un oiseau au paradis

Sortie le 25 octobre.

Camille Tardieux

Saintard – Calor (EP)

Attention, les amateur.ces pop hybride vont prendre un bain de soleil en plein automne. Les pieds dans le jazz, le hip-hop et la soul depuis toujours, le producteur (Prince Wally, Enchantée Julia), saxophoniste et compositeur dévoile son tout premier EP Calor. Quelque part entre Henri Salvador (dont il reprend d’ailleurs le titre Pauvre Jésus Christ), Philippe Katerine et Miel De Montagne, Saintard mélange les genres et propose une musique bien à lui, solaire, sensible et faussement nonchalante. Ainsi en six titres, il nous parle de ses sentiments sans filtre et en douceur : une rupture dans Paradoxe ou encore la solitude amoureuse dans Dérisoire. Un premier EP léger et travaillé qu’on pourrait presque qualifier de surréaliste. Un artiste à suivre de près.

Coups de cœur : Paradoxe, Dérisoire, Muraille

Sortie le 25 octobre

Pauline Pitrou

Jadasea – half-life (EP)

La pépite du jour nous vient directement d’outre-Manche : le premier EP du rappeur Jadasea ici associé à Edgar The Beatmaker (ou King Krule ou Archy Marshall : comme vous le souhaitez) à la prod pour un ensemble des plus LoFi avec une constante éthérée immanente. Apres un premier single en 2018 et un remix sur le single CNT U SEE de Jamie Isaac, Jadasea propose une écriture nébuleuse qui s’harmonise à merveille avec la partition diffuse composée par Archy Marshall. Pas de doute sur le fait que cette alliance sera auréolée de succès d’autant que le retour musical de ce second artiste se fait attendre, half-life augurant la patte musicale captivante du duo.

Coup de cœur : days

Sortie le 3 novembre

Caroline Fauvel

A lire aussi sur Maze : les chroniques intégrales de Jesus is King de Kanye West et de Leaving Meaning de Swans.

Pauline Pitrou

Lyon / Paris

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.