« Et si Banksy était une femme »

©Elodie Potente et Popnographe

La journaliste Elodie Potente et la street-artiste toulousaine Popnographe ont été sélectionnées par la Podcast Creators Session lancée par Majelan pour leur projet « Et si Banksy était une femme ».

« Tu peux me citer plus de deux noms de street-artistes féminines sans réfléchir ? ». D’apparence anodine, cette question, c’est celle que se posent les deux créatrices du podcast lors d’un séjour à Montpellier, haut lieu du street-art. C’est vrai, quand on pense aux street-artists, l’imaginaire collectif à tendance à penser plutôt à des figures masculines. Dans les médias, c’est bien le pronom « il » et le genre masculin qui ressort le plus souvent quand le mythique Banksy est évoqué.

Un constat : le manque de visibilité chez les femmes artistes

De ce constat né la volonté, pour Élodie et Popnographe, de créer un podcast autour des femmes artistes. Leur fil rouge : un documentaire sonore de six épisodes en immersion totale avec des femmes du milieu. L’idée revendiquée par cette série est de démonter les clichés sur le genre dans ce domaine souvent considéré comme masculin. Pour cela, elles accompagneront les artistes dans leur activité, durant les collages, les graffs et les peintures.

« Dans ce podcast, on va se demander quelle est la place du genre dans le street-art »

Popnographe

Visibilité, genre ou réappropriation de l’espace public, les artistes se livreront au micro d’Elodie et Popnographe sur leur quotidien. Les deux créatrices du projet prévoient de s’arrêter dans plusieurs villes françaises afin de réaliser un véritable tour de France du street-art. Toulouse, Bordeaux, Montpellier, Lyon et Paris, ces cinq villes figureront dans les épisodes. Le projet ne s’arrêtera pas au podcast puisque Elodie et Popnographe prévoient également d’organiser des rencontres entre artistes, auditeurs et auditrices.

Six épisodes en financement participatif

Pour l’heure, les deux créatrices ont enregistré le premier épisode de cette série documentaire à Montpellier. Mais pour pouvoir tourner les quatre épisodes restants et un épisode bonus sur le mouvement des colleuses contre les féminicides, ils ne leur reste plus que deux semaines pour collecter l’argent nécessaire au financement participatif.

« Si on ne remplit pas le premier pallier, c’est retour à la case départ »

Popnographe et Elodie Potente

Pour pouvoir être diffusées sur Majelan, rencontrer les artistes, acheter le matériel d’enregistrement, monter et ensuite pouvoir organiser des événements, elles ont besoin de réunir le maximum de dons possibles sur la plateforme Kisskissbankbank. Ce premier pallier leur permettra notamment de se déplacer pour les interviews, de créer du lien et de la visibilité pour les artistes.

Pour soutenir le projet, c’est juste ici : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/et-si-banksy-etait-une-femme/tabs/description

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.