Théâtre – Stallone au théâtre

© Clothilde Hesme – archive personnelle

Après le cinéma, le réalisateur Fabien Gorgeart et l’actrice Clotilde Hesme se retrouvent au théâtre, autour d’une nouvelle d’Emmanuelle Bernheim sur la figure totem de Sylvester Stallone… Simple mais efficace, comme un bon Rocky

En 2001, la romancière Emmanuelle Bernheim publie dans Le Monde Stallone, une nouvelle dans laquelle elle relate la passion d’une jeune femme, Lise, pour l’acteur de Rambo. Un récit dont s’empare Fabien Gorgeart et Clotilde Hesme, qui avaient déjà collaboré sur Diane a les épaules (2017), pour un résultat aussi touchant que jouissif. 

À 25 ans, Lise s’ennuie dans un travail abrutissant de secrétaire médicale et une relation amoureuse étouffante. Cinq ans plus tôt, elle a arrêté ses études de médecine et depuis elle végète un peu. Un soir de 1983, elle et Michel, son compagnon, vont voir Rocky III au cinéma. Ce n’est pas vraiment son genre de film, elle n’a vu aucun des deux premiers épisodes de la série mais qu’importe, sa vie ne sera plus jamais la même. Le destin de Lise va être définitivement percuté par la trajectoire du boxeur incarné par Stallone. 

Eye of the tiger 

Comme le personnage interprété par l’acteur américain bodybuildé, Lise décide alors de remonter sur le ring et de reprendre sa vie en main : elle retourne sur les bancs de la fac de médecine, elle rompt avec son copain et ses parents qui ne comprennent pas son choix de vie et, surtout, elle s’accroche. Elle passe aussi un pacte : désormais elle ira voir tous les films de Stallone en salle. Quand elle a un coup de mou, elle écoute Eye of the tiger et ça repart. A force d’acharnement, elle atteint ses objectifs et finit même par se mettre à la boxe. Elle tient aussi son engagement cinématographique, même enceinte, même débordée, même quand Stallone traverse une période creux au début des années 90 et qu’il enchaine les échecs commerciaux. A cette époque, Lise a beau être devenue médecin, être heureuse en ménage et maman d’un adorable petit garçon, elle s’inquiète pour son acteur fétiche, jusqu’à décider de lui constituer secrètement un petit pécule, au cas où… 

Pascal Sangla et Clotilde Hesme © Huma Rosentalski

Uppercut 

Très bien écrit (surtout dans ses parties dialoguées), le texte d’Emmanuelle Bernheim est avant tout l’histoire d’un combat et d’une émancipation sociale absolument réussie et donc profondément réjouissante. L’appropriation des œuvres populaires par des figures intellectuelles n’est pas spécialement originale mais, ici, elle a le mérite d’être absolument sincère et exempte de toute tentative de manipulation ou de mépris dissimulé. Cette simplicité et cette honnêteté on les retrouve totalement sur scène. Dans un dispositif très simple, Clotilde Hesme dit le texte, l’incarne, le fait vivre, seulement accompagnée des interventions orales et musicales de Pascal Sangla qui interprète (à merveille) les différents personnages secondaires croqués avec beaucoup d’intelligence et d’humour. La création sonore de la mise en scène est particulièrement réussie et ne laisse aucun chance de ne pas rentrer dans le spectacle. C’est tout simplement trop efficace. Après tout, Rocky III est indissociable de sa bande originale Eye of the tiger et la vie de Lise va le devenir également. Le tube de Survivor est passé à la moulinette du synthé de Pascal Sangla, modulé et découpé pour devenir tour à tour mélancolique, facétieux ou énergisant et accompagner chaque évènement de la vie de Lise. De ses études à ses rencards foireux en passant par les tétés de son deuxième fils et, finalement, sa disparition prématurée. Une épopée à cent à l’heure dont on ressort galvanisé, comme après une belle victoire. 

Stallone, création de Fabien Gorgeart et Clotilde Hesme d’après le texte d’Emmanuelle Bernheim (Editions Gallimard). Au 104 à Paris jusqu’au 26 octobre puis en tournée au tub de Rennes du 6 au 11 novembre, à Tulle le 12 novembre, à Toulon des 13 au 15 mai 2020.

Chloë Braz-Vieira

Rédactrice "Art". Toujours quelque part entre un théâtre, un film, un ballet, un opéra et une expo.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.