SORTIES BD – Une rentrée haute en couleur.

© Olivier Boiscommun

La cloche a sonné et c’est enfin l’heure d’une rentrée “bédéesque” fournie et pleine de belles découvertes  !

Danthrakôn de Christophe Arleston et Olivier Boiscommun.

Quoi de mieux pour débuter cette nouvelle année scolaire que la création d’une nouvelle maison d’édition et la parution de ses premiers titres ?

Née de la rencontre entre Olivier Sulpice, Président et fondateur des Éditions Bamboo, et Christophe Arleston scénariste notamment reconnu pour sa série Lanfeust, Drakoo nous promet de nouvelles aventures, de la fantasy à la science-fiction, en passant par le fantastique et le steampunk. De quoi faire la part belle à l’imaginaire ! Et tout le monde peut s’en délecter, les habitués ou non du genre, les jeunes, les adultes, les amateurs ou les véritables bédéphiles.

Le premier né de cette entreprise éditoriale est Danthrakôn : Le grimoire glouton de Christophe Arleston et Olivier Boiscommun.

Nuwan vit dans la légendaire cité de Kompiam où demeurent aussi de nombreuses créatures intelligentes. Apprenti cuisinier dans le palais du célèbre magicien Waïwo, au sommet de cette fourmilière, son rêve est de pouvoir un jour devenir magicien. Mais pour cela, il doit apprendre à lire et, par chance, la jeune et belle Lerëh est là pour le faire progresser. Malheureusement, son impatience à pouvoir exercer la magie va le mettre dans de fâcheuses postures. Il va croiser la route du Danthrakon, un précieux grimoire entouré de mystères…

Ce premier tome d’un triptyque, mêle parfaitement magie, rivalité et pouvoir le tout dans une société à ascension verticale, finalement très proche de notre monde.

Danthrakôn tome 1 de Christophe Arleston et Olivier Boiscommun, Drakoo, sortie le 4 Septembre 2019 – 14,50 euros

Touchées de Quentin Zuttion.

Toujours ancrés dans des sujets de fond comme la quête d’identité, le corps ou la confiance en soi, les récits de Quentin Zuttion sont puissants et salvateurs. Dans son dernier album, il prend pour sujet les violences sexuelles. Sans se cantonner à ce thème propre, il élargit notre horizon de réflexion pour nous offrir un magnifique album sur la résilience, la guérison et le courage des femmes abusées.

Déchargez la colère, transpercez la culpabilité, tuez la honte. Libérez-vous.

Lucie, Tamara et Nicole combattent, chacune à leur manière, le traumatisme qu’elles ont vécu. Sans armes, elles vivent dans la crainte, s’isolent ou se débattent tant bien que mal. Pour essayer de se reconstruire et de reprendre leur vie en main, mais sans trop y croire, elles s’inscrivent à un cours d’escrime thérapeutique. Un programme d’un an qui, peut-être, leur fera retrouver leur légèreté…

Quentin Zuttion nous plonge dans une sorte de basculement métaphorique, entre la réalité terre-à-terre de la vie quotidienne de ces femmes et une sorte de transcendance qui les gagne pour amorcer leur reconstruction. Le dessin de l’auteur traduit, de façon très sensible, ce phénomène en oscillant entre le flou et le trait net. C’est encore un coup de maître pour ce jeune talent !

Touchées de Quentin Zuttion, Éditions Payot, sortie le 18 Septembre 2019 – 21,80 euros

Visa Transit de Nicolas de Crécy.

Nicolas de Crécy est un scénariste et illustrateur qu’on ne présente plus. Son imagination débordante et sa patte bien à lui nous font voyager dans des univers inconnus. Une fois de plus, le voyage est au cœur de ce nouveau diptyque, mais de manière biographique cette fois.

L’été suivant la catastrophe de Tchernobyl, Nicolas de Crécy et son cousin Guy, âgés tous les deux d’une vingtaine d’années, décident d’effectuer un road-trip dont ils ne connaissent pas encore la destination. À bord d’une Citroën Visa prête à rendre l’âme, les deux compères vont traverser le nord de l’Italie, la Yougoslavie, la Bulgarie pour arriver jusqu’en Turquie. Ils embarquent avec eux le strict nécessaire à leur yeux : des livres, des cigarettes et deux sacs de couchage…

À la manière d’un voyage initiatique, Nicolas de Crécy restitue le contexte géopolitique des deux blocs de l’Est et nous donne à voir, grâce à ses aquarelles légères, des paysages lumineux de beauté.

Visa Transit tome 1 de Nicolas de Crécy, Gallimard, sortie le 11 Septembre 2019 – 22 euros

Jours d’attente de Simon Leclerc et Thomas Desaulniers-Brousseau.

Alors que la Seconde Guerre mondiale s’éternise, Jérôme, un jeune déserteur des Forces canadiennes, se réfugie dans la vieille maison isolée de son grand-père. Tous deux vont entreprendre de rénover cette bâtisse. Au fil des jours et des travaux, l’endroit se révèle marqué par des morts suspectes. Pour tromper son ennui et sa solitude, le jeune homme décide d’enquêter sur les incidents de son lieu de résidence.

Pour leur première association, Simon Leclerc et Thomas Desaulniers-Brousseau n’hésitent pas à nous plonger au cœur d’une ambiance inquiétante, parfaitement servie par un dessin aux expressions vives et aux couleurs imprégnées de nuances pourpres. Un scénario finement mené où se mêlent fantastique, horreur et polar.

Jours d’attente de Simon Leclerc et Thomas Desaulniers-Brousseau, Éditions de la Pastèque, sortie le 6 Septembre 2019 – 19 euros

Monsieur Jules de Ducoudray et Monin.

Après son inoubliable collaboration avec Zidrou pour L’adoption, Arno Monin revient avec son style graphique reconnaissable entre mille et accompagné cette fois, par le non moins célèbre scénariste, Aurélien Ducoudray.

Monsieur Jules est un vieil homme taciturne, vivant avec le souvenir douloureux de celle qu’il a aimé et qui n’est plus. Retiré de la vie active depuis plusieurs années, il continu pourtant d’exercer son métier peu commun : proxénète. Il vit, d’ailleurs, avec deux vieilles prostituées toujours en exercice. Alors que sa vie est plus que monotone, il fait la rencontre de Tina, une jeune femme d’origine africaine, engluée dans un réseau de prostitution, à la vision bien différente de celle du retraité.

Peu abordé en littérature et dans la bande-dessinée, le sujet de la prostitution est une option intéressante. De plus, choisir comme personnage principal un proxénète, est bien vu.

Malgré une édulcoration du proxénétisme de manière générale, la véritable problématique des jeunes femmes étrangères venues en France dans l’espoir de trouver un travail et qui, faute d’emploi, finissent esclaves sexuelles, est soulevée et pose question.

Monsieur Jules d’Aurélien Ducoudray et Arno Monin, Éditions Bamboo, collection Grand Angle, sortie le 25 Septembre 2019 – 16,90 euros

Jack et le Jackalope de Ced et Mino

Comment impressionner son père, quand ce dernier est une véritable légende de l’Ouest ? C’est la question qui tourne en boucle dans l’esprit du petit Jack. Prêt à tout pour se faire remarquer, le jeune garçon se met en tête de capturer un animal légendaire. Il choisit le Jackalope, connu aussi sous le nom de lapin cornu. Enchaînant les péripéties, les déconvenues et les rencontres, le jeune cowboy nous emmène avec lui dans sa folle aventure.

Ced et Mino nous replongent en enfance avec un récit tendre qui prône la tolérance. Bourré de traits d’humour, cette album régalera aussi bien les enfants que les adultes. Une sorte de bande-dessinée à l’ancienne, comme on les aime !

Jack et le Jackalope de Ced et Mino, Éditions Makaka, sortie le 12 Septembre 2019 – 17 euros

Sophie Moulin

Amoureuse des lettres, des mots, des phrases. Sur papier, dans des bulles, sur les murs, dans mes oreilles...

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés