L’automne des créateurs #4 : Kenta Matsushige, fondateur de la marque éponyme

Leurs concepts, leurs idéaux et leur engagement nous enthousiasment : cet automne, la rédaction style de Maze part à la rencontre de jeunes créateurs. Kenta Matsushige a créé sa marque éponyme où il conjugue sobriété japonaise et élégance européenne.

Printemps été 2020

Discret, un large pull en maille sur les épaules, Kenta Matsushige présente sa collection aux Designers Apartment. Parler de lui n’est ni son métier ni un plaisir, mais il aime expliquer la confection de ses pièces. Il semble protégé par les portants de vêtements qui forment une jungle dense autour de lui, dans le grand showroom du Palais de Tokyo où les jeunes créateurs présentent leurs collections sur des stands juxtaposés.

Quand la marque Kenta Matsushige voit le jour en 2015, le jeune homme vient de remporter le prestigieux Grand Prix du Festival International de Mode et de Photographie à Hyères. Depuis, Kenta a sorti dix collections. “Le concept de ma marque tourne autour de la sobriété, de la sérénité”, explique le créateur.

La forme avant les couleurs

“J’adore travailler la forme, j’ai pas mal d’expérience en modélisme”, explique le créateur. On veut bien le croire, lui qui a été diplômé en 2011 de l’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne. Dans son travail, ce sont les coupes et les tombés que l’on retient le plus. Selon lui, “les clients viennent me voir pour le bon choix de matériaux” qu’il sélectionne avec attention, en véritable technicien du vêtement.

“J’adore le quotidien. Au Japon nous avons assez peu la culture de la fête donc pour moi le quotidien est plus important”, explique Kenta. Ces vêtements sont faits pour être portés au travail. Ils sont des pièces que l’on porte, que l’on lave et que l’on remet immédiatement, qui dégagent quelque chose d’élégant tout en restant simples. En les portant, on les remarque sans se faire remarquer.

J’adore le quotidien. Au Japon nous avons assez peu la culture de la fête donc pour moi le quotidien est plus important.

Kenta Matsushige

“Avant je fabriquais au Japon mais maintenant c’est plutôt en France et en Pologne” affirme Kenta, qui admet avoir fait le choix de l’Europe de l’Est pour que ses prix restent abordables. Il faut tout de même compter quelque 460 euros pour une robe de la dernière collection.

Respecter l’image du Japon en la faisant rayonner en France

“Au Japon, le vêtement est très plat, comme le patronage du kimono par exemple. En France c’est différent. Techniquement je me sens plus proche de la France.” Pour le créateur, l’essence de ses collections vient du Japon. Toutefois, il se sent plus à l’aise en France pour la vie qu’il a décidé de mener ; il vante la richesse de l’art et des musées de Paris qui lui rendent l’intégration plus douce. Aujourd’hui, sa famille vit toujours au Japon et il s’y rend principalement pour le travail.

Printemps été 2020

S’il est créateur aujourd’hui, Kenta Matsushige n’imagine pas poursuivre la totalité de sa carrière dans le modélisme. Il est seul à travailler de manière permanente dans son entreprise. La bonne santé de son carnet de commande l’incite à ne pas renoncer pour le moment mais si une opportunité se présentait à lui, il pourrait changer de carrière.

Dans très peu de temps, les pièces de Kenta Matsushige seront disponibles sur son site web. En attendant, le jeune créateur souhaite développer son image de marque. Finalement, il n’est pas pressé d’arrêter.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.